Aller au contenu principal

Au Mondial, les drapeaux palestiniens flottent et les Israéliens se font discrets

Le gouvernement israélien a recommandé à ses ressortissants de ne pas afficher de « symboles » juifs ou israéliens pendant leur séjour au Qatar
Une supportrice uruguayenne affiche son soutien à la Palestine dans un stade de la Coupe du monde du Qatar (Twitter)
Une supportrice uruguayenne affiche son soutien à la Palestine dans un stade de la Coupe du monde du Qatar (Twitter)
Par
DOHA, Qatar

Les supporteurs arabes brandissent fièrement le drapeau palestinien à Doha pendant la première Coupe du monde organisée au Moyen-Orient, une « résistance pacifique » à l’occupation israélienne, tandis qu’Israël a appelé ses ressortissants à la discrétion.

Si certains pays arabes ont normalisé leurs relations avec Israël, la population reste majoritairement acquise à la cause palestinienne. De nombreux fans, pour la plupart arabes, refusent de s’exprimer devant les caméras israéliennes, tandis que d’autres scandent « Vive la Palestine ! » durant les retransmissions en direct. 

Dans une vidéo filmée par l’AFP et visionnée plus de 5,2 millions de fois sur Twitter, un supporteur saoudien tance le journaliste Moav Vardi, de la chaîne Kan : « Il n’y a que la Palestine, il n’y a pas d’Israël… vous n’êtes pas le bienvenu ici. » 

Traduction : « Un supporteur saoudien a été filmé en train de dire au journaliste israélien Moav Vardi qu’il n’était ‘’pas le bienvenu’’ dans l’État du Golfe, lors du dernier incident de supporteurs arabes snobant des journalistes israéliens couvrant la #FIFAWorldCup 2022 au Qatar. »

« Il est très difficile de travailler ici », affirme à l’AFP Moav Vardi, disant toutefois comprendre la colère dans le monde arabe, échaudé par des décennies de colonisation et d’occupation par Israël des territoires palestiniens, considérée comme illégale par la communauté internationale.

De nombreux Qataris, dont le pays n’entretient pas de relations officielles avec Israël, ont accroché des drapeaux palestiniens aux vitres de leurs voitures. 

Keffieh

Dans les tribunes, certains d’entre eux arborent des brassards reprenant les motifs du keffieh, symbole de la résistance à l’occupation israélienne, tandis que des chants palestiniens résonnent dans les fan-zones de Doha. 

« Certains étrangers ne connaissent pas le drapeau palestinien et nous posent des questions », raconte Yahya Abou Hantach, un Palestinien de 33 ans résidant à Doha. 

« C’est une occasion en or de mettre en avant notre cause », se réjouit le supporteur muni d’un maillot de l’équipe du Qatar et d’un drapeau palestinien. 

Traduction : « Qu’est-ce qu’Israël ? Il n’y a seulement que la Palestine. »

Pour Souhaib al-Issa, un Jordanien de 16 ans, brandir le drapeau palestinien est un signe de « résistance pacifique pour exprimer notre rejet de la normalisation avec un pays qui occupe la Palestine ».  

Le Qatar, qui tient à afficher son soutien aux Palestiniens, n’a pas suivi Bahreïn et les Émirats arabes unis, deux voisins du Golfe qui ont normalisé leurs relations avec Israël en 2020.

Traduction : « Les supporteurs du Qatar à la Coupe du monde portent des brassards palestiniens. »

Un supporteur israélien, qui se fait appeler Haïm, confie ne pas avoir pris le drapeau de son pays, une première pour ce féru de football qui a assisté à trois autres éditions du Mondial. 

« J’ai l’impression de regarder la Coupe du monde en étant déguisé. L’atmosphère est hostile à notre égard », constate l’homme de 57 ans, qui a également retiré l’étoile de David d’habitude accrochée à son cou. 

Traduction : « Un supporteur tunisien refuse de se prendre en photo avec une personne qui se présente comme israélienne. »

Le gouvernement israélien a recommandé à ses ressortissants de ne pas afficher de « symboles » juifs ou israéliens durant le Mondial. 

Pour assister au tournoi avec ses deux fils, Haïm a emprunté l’un des vols spéciaux au départ de l’aéroport Ben-Gourion, opéré par une compagnie chypriote à bas coût.

Traduction : « ‘’Cet endroit soutient la Palestine...’’. Un propriétaire de café au Qatar accroche une pancarte à la porte de son établissement pour ne pas recevoir d’Israéliens pendant la Coupe du monde. »

Au total, près de 10 000 Israéliens sont attendus dans le pays du Golfe, selon le diplomate Alon Levy, qui assure des services consulaires aux ressortissants israéliens le temps de la Coupe du monde. 

Des vols Tel Aviv-Doha sous condition

La FIFA a salué la mise en place inédite de vols directs entre Tel Aviv et Doha, le Qatar n’ayant donné son feu vert qu’à la condition que les Palestiniens soient autorisés à embarquer au même titre que les Israéliens. 

Traduction : « Le journal brésilien Globo : ‘’Il y a 33 pays qui participent à la Coupe du monde 2022 et non 32, car la Palestine et ses drapeaux sont présents partout au Qatar’’. »

Selon un représentant de la billetterie, aucun Palestinien n’a été enregistré sur les deux premiers vols, mais certains devraient emprunter le troisième, prévu mardi. 

L’accord n’a pas été discuté avec l’Autorité palestinienne, selon un responsable palestinien ayant requis l’anonymat. « Nous avons appris la nouvelle à la télévision », a-t-il assuré à l’AFP. 

La plupart des Palestiniens se rendent d’habitude à Doha en passant par la Jordanie ou l’Égypte, car Israël restreint l’accès à l’aéroport de Tel Aviv, souligne le responsable. 

Le Qatar abrite près 250 000 Palestiniens sur une population totale de près de trois millions d’habitants, composée majoritairement d’expatriés. 

Depuis le début de la Coupe du monde, le pays accueille de nombreux visiteurs arabes, notamment d’Arabie saoudite, de Tunisie et du Maroc, les trois équipes de la région qualifiées avec le pays hôte.  

Par Haitham El-Tabei.

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.