Aller au contenu principal

Sahara occidental : Horst Köhler nouvel émissaire de l'ONU

L'ancien président allemand, annoncé depuis juin pour succéder à l’Américain Chistopher Ross, a été officiellement nommé ce mercredi
Horst Köhler, nouvel envoyé spécial de l'ONU au Sahara occidental, n'a pas fait carrière dans la diplomatie (AFP)

L'ancien président allemand Horst Köhler a été formellement nommé mercredi nouvel émissaire de l'ONU pour le Sahara occidental, chargé de relancer les discussions entre le Maroc et le Front Polisario, selon un communiqué des Nations unies.

Le choix de Horst Köhler, 74 ans, avait été annoncé début juin par l'ONU. Il remplace l'Américain Christopher Ross, qui avait démissionné en avril après des années de tensions entre l'ONU et le Maroc à propos de ce territoire très disputé. 

Si cette nomination a pris beaucoup de temps à s’officialiser, selon Inner City Press, un site très bien informé sur les dossiers relatifs au Sahara occidental, c’est parce que l’ancien président allemand « exigeait qu’un personnel important, des collaborateurs de longue date, soit recruté avec lui par l’ONU ».

À LIRE : Sahara occidental : comment Antonio Guterres cherche à ménager les Marocains

Économiste et ancien banquier, Horst Köhler, marié et père de deux enfants, a présidé l'Allemagne de 2004 à 2010 après avoir dirigé le Fonds monétaire international (FMI) et présidé la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).

Le Conseil de sécurité a adopté en avril une résolution exhortant le Maroc et le Front Polisario (soutenu par l'Algérie) à reprendre les négociations, qui sont dans l'impasse depuis 2012.

Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental est depuis 1975 en grande partie sous contrôle du royaume marocain, qui le considère comme partie intégrante de son territoire. Le Front Polisario en réclame l'indépendance.

Rabat propose d'accorder l'autonomie à ce territoire mais le Front Polisario réclame un référendum d'indépendance organisé par l'ONU.

Le Front Polisario s'est dit jeudi « satisfait » de cette nomination et a exprimé sa disponibilité à coopérer avec le nouvel émissaire.