Aller au contenu principal

Yahya Sinouar, le chef de l’espionnage du Hamas qui surveille Gaza

Malgré son passé militant, les analystes palestiniens estiment que l’élection de Yahya Sinouar comme responsable politique n’entraînera vraisemblablement pas de changement radical dans la politique envers Israël
Le leader du Hamas Ismaël Haniyeh et Yahya Sinouar à Gaza après la libération de ce dernier en 2011 (AFP)

Le leader politique nouvellement élu du mouvement palestinien du Hamas, Yahya Sinouar, est considéré comme un partisan de la ligne dure par beaucoup, mais les habitants de Gaza estiment qu’il apportera peu de changements aux politiques du Hamas envers Israël.

Yahya Sinouar (55 ans), membre de l’aile armée du Hamas, a été élu lundi dernier à la tête du bureau politique de Gaza.

Il a remplacé Ismaël Haniyeh, qui est considéré par beaucoup d’observateurs comme le successeur le plus probable du chef du Hamas en exil Khaled Meshaal.

Yahya Sinouar, diplômé en arabe, est né dans le camp de réfugiés de Khan Younis, dans le sud de Gaza.

Il a fondé le « Majd », l’un des services de renseignement du Hamas, et a été arrêté par Israël en 1988 pour « activité terroriste » et condamné à quatre peines d’emprisonnement à perpétuité.

Sinouar a été libéré en octobre 2011 en vertu d’un accord visant à échanger plus de 1 000 prisonniers palestiniens contre la libération de Gilad Shalit, un soldat israélien capturé cinq ans plus tôt.

Depuis sa libération, Sinouar travaille comme membre du bureau politique du Hamas à Gaza, menant des négociations pour l’échange de prisonniers avec Israël et organisant des réunions de réconciliation avec la faction rivale du Hamas, le Fatah.

Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis les élections de 2006, mène des élections internes depuis plusieurs mois.

Le processus est entouré de mystère et on ne sait pas quand les autres nominations seront annoncées.

Cependant, selon Yahya Moussa, membre du Conseil législatif palestinien, le processus d’élection de Sinouar qui a duré deux semaines et marque le début des élections législatives palestiniennes, s’est déroulé sans heurts.

Moussa a rejeté les allégations selon lesquelles l’élection de Sinouar fait partie d’un plan pour remplacer Meshaal par Haniyeh.

« Sinouar était membre du bureau politique du Hamas à Gaza. Il est normal pour lui de prendre la suite en tant que chef de bureau du groupe », a déclaré Moussa à MEE.

« Les dirigeants du Hamas ne se remplacent pas simplement. Les postes sont pourvus selon l’expérience des individus et basés sur le choix de notre peuple. »

Expérience militaire

Les médias israéliens ont averti que l’élection de Sinouar visait à contrer la montée d’un gouvernement de droite en Israël. Les analystes ont également déclaré que l’expérience militante de Sinouar pourrait conduire à des changements drastiques dans les politiques du Hamas envers Israël ainsi qu’à de potentielles confrontations futures.

« Il sera très difficile de parvenir à une quelconque sorte d’entente avec Sinouar », a déclaré Yaron Blum, un ancien haut fonctionnaire de l’agence de renseignement israélienne Shin Bet, à des médias israéliens. « Sinouar fera ce qu’il peut pour mener des attaques terroristes. »

Toutefois, les analystes palestiniens ont démenti ces allégations affirmant que Sinouar n’avait participé à aucune activité militante depuis son arrestation en 1988.

L’analyste palestinien Khalil Shaheen a rejeté l’idée que l’élection de Sinouar était une réaction à la montée d’un gouvernement israélien de droite.

« Bien qu’Israël planifie de futures agressions sur Gaza et continue de construire des colonies en Cisjordanie, je ne pense pas que l’élection de Sinouar ait une quelconque relation avec ces activités. »

« Dans les partis de résistance comme le Hamas, les dirigeants ayant une expérience militaire sont plus susceptibles d’occuper des postes au sein du bureau politique », a déclaré Shaheen.

« Étant donné que les politiciens ne sont pas parvenus à mettre fin au siège de Gaza ou à améliorer sa situation économique, il est normal que des gens comme Sinouar soient élus », a-t-il ajouté.

Mais si Israël attaque Gaza, selon Shaheen, les dirigeants militaires, plutôt que les politiciens, au Hamas et au sein des autres partis de résistance décideront comment réagir.

Il a également souligné la présence d’un conseil consultatif solide au sein du parti, où chaque décision est approuvée par la majorité du conseil – constitué de cadres supérieurs du parti – avant leur application.

Réaction populaire

L’élection de Sinouar reflétait également l’appui populaire pour son leadership parmi certains Gazaouis.

Pour Marwan Ahmed, marchand de Gaza (47 ans), Sinouar est un vrai patriote et un vrai combattant.

« Je me souviens de son nom lors de la première Intifada, il a sacrifié beaucoup pour notre pays et a passé plus de 20 ans en prison. Nous avons besoin d’un tel dirigeant qui croit fermement à la libération de la Palestine. »

Cependant, les jeunes générations de Gaza, peu familières de l’histoire de Sinouar, s’attendent à peu de changement.

« Je n’ai appris le nom de Sinouar qu’il y a quelques jours seulement », a déclaré Mostafa al-Haddad, un étudiant. « Je ne crois pas que changer de dirigeants puisse changer la situation. »

« J’espère que la situation s’améliorera. Nous voulons des améliorations dans la situation économique et la liberté de mouvement. »

Sinouar n’a pas encore tenu de conférence de presse depuis son élection.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.