Aller au contenu principal

À Madrid, des manifestants accusent l’Espagne d’avoir utilisé le Sahara occidental comme « monnaie d’échange » avec le Maroc

Venus de toute l’Espagne, les manifestants étaient environ 2 000 samedi à Madrid, selon les autorités locales, pour dénoncer le revirement de leur gouvernement sur la question du Sahara occidental
Manifestation dans la capitale espagnole, Madrid, le 26 mars 2022, dénonçant la nouvelle posi-tion du gouvernement sur la question sahraouie (AFP/Pierre-Philippe Marcou)
Manifestation dans la capitale espagnole, Madrid, le 26 mars 2022, dénonçant la nouvelle posi-tion du gouvernement sur la question sahraouie (AFP/Pierre-Philippe Marcou)

Près de 2 000 personnes ont manifesté samedi à Madrid pour afficher leur soutien au Sahara occidental et réclamer l’autodétermination de cette ex-colonie espagnole, quelques jours après un revirement du gouvernement espagnol en faveur du Maroc sur le sujet.

« Pas en notre nom », « Sánchez, traître », « Les Sahraouis décident, ils ne sont pas votre monnaie d’échange », « Le Sahara ne se vend pas » : de nombreuses pancartes fustigeaient la décision du Premier ministre socialiste Pedro Sánchez de soutenir tout à coup le plan défendu par Rabat sur le territoire disputé du Sahara occidental, et mettre ainsi fin à une brouille diplomatique de près d’un an.

Le revirement espagnol sur le Sahara occidental, entre bêtise et démesure
Lire

« C’est la dernière trahison perpétrée par le gouvernement espagnol », a déploré Pablo Marin, 63 ans, au milieu de drapeaux sahraoui, mais aussi de drapeaux du parti de gauche radicale Podemos, pourtant allié du gouvernement dans la coalition au pouvoir.

Affichant jusqu’ici sa neutralité, Madrid a annoncé publiquement il y a huit jours son soutien au plan d’autonomie marocain pour le Sahara occidental, un vaste territoire désertique riche en phosphates et aux eaux très poissonneuses, qui oppose Rabat au Front Polisario, soutenu par Alger, depuis le départ des Espagnols en 1975.

Cette annonce fracassante intervient après une crise diplomatique, déclenchée en avril 2021 par l’accueil en Espagne, pour y être soigné du covid-19, du chef du Front Polisario, Brahim Ghali, ennemi juré de Rabat.

Son point culminant avait été, un mois plus tard, l’arrivée de quelque 10 000 migrants d’origine marocaine en quelques heures dans l’enclave espagnole de Ceuta, sur la côte nord du Maroc, à la faveur d’un relâchement de la surveillance des frontières côté marocain.

« Monnaie d’échange »

La manifestation a vu la participation, entre autres, les eurodéputés de la gauche Sira Rego et Manu Pineda, le porte-parole de Podemos, Isabel Serra, la porte-parole du Más Madrid à l’Assemblée, Mónica García Gómez , et le cofondateur de Podemos Juan Carlos Monedero.     

Fatma Hamida, étudiante de 20 ans, est venue de Zamora, en Castille-et-Léon (nord-ouest) pour s’opposer à « une décision de Pedro Sánchez et manifester pour notre liberté, notre droit d’avoir un territoire à nous ».

Des manifestants tiennent des pancartes « Reposez en paix les droits de l’homme » lors de la manifestation contre le soutien du gouvernement espagnol au plan d’autonomie du Maroc pour le Sahara occidental, à Madrid, le 26 mars 2022 (AFP/Pierre-Philippe Marcou)
Des manifestants tiennent des pancartes « Reposez en paix les droits de l’homme » lors de la manifestation contre le soutien du gouvernement espagnol au plan d’autonomie du Maroc pour le Sahara occidental, à Madrid, le 26 mars 2022 (AFP/Pierre-Philippe Marcou)

« En colère », Salome Brahim, un commercial de 28 ans venu de Valladolid, estime que les Sahraouis ont été « la monnaie d’échange face aux intérêts du royaume marocain ».

« Personne ne sait pourquoi » l’Espagne a brutalement changé de position, et « c’est bien ça le problème », explique-t-il, alors que depuis près d’une cinquantaine d’années et le départ des Espagnols, Madrid était restée neutre.

Le représentant du Front Polisario en Espagne, Abdullah Arabi, qui a pris part à la manifestation, a rappelé la déclaration de la présidence sahraouie, selon laquelle la nouvelle position espagnole sur la question du Sahara occidental constitue « une dérive dangereuse » en contradiction avec la légalité internationale.

Le conflit du Sahara occidental, considéré comme un « territoire non autonome » par l’ONU, oppose depuis des décennies le Maroc aux indépendantistes du Front Polisario soutenus par Alger.

Rabat, qui contrôle près de 80 % de ce territoire, propose un plan d’autonomie sous sa souveraineté tandis que le Polisario réclame un référendum d’autodétermination, prévu lors de la signature en 1991 d’un cessez-le feu mais jamais concrétisé.