Aller au contenu principal

Drogue : l’Arabie saoudite, pays pivot du trafic de captagon

On observe, selon une enquête de CNN, « le rôle croissant de l’Arabie saoudite en tant que capitale de la drogue au Moyen-Orient, stimulant la demande et devenant la principale destination des passeurs de Syrie et du Liban »
Des agents de la Direction du contrôle des stupéfiants du ministère de l’Intérieur saoudien trient des comprimés de captagon saisis lors d’une opération spéciale à Djeddah, le 1er mars 2022 (AFP/Fayez Nureldine)
Des agents de la Direction du contrôle des stupéfiants du ministère de l’Intérieur saoudien trient des comprimés de captagon saisis lors d’une opération spéciale à Djeddah, le 1er mars 2022 (AFP/Fayez Nureldine)
Par

D’après des experts consultés par la chaîne américaine CNN, l’Arabie saoudite est devenue « l’une des destinations régionales les plus importantes et les plus lucratives pour la drogue, et ce statut ne fait que s’intensifier ».

Les médias saoudiens ont, selon CNN, récemment tiré la sonnette d’alarme face à « l’augmentation de la consommation de drogue », un chroniqueur décrivant les expéditions de stupéfiants vers le royaume comme une « guerre ouverte contre nous, plus dangereuse que toute autre guerre ».

CNN rappelle que le 31 août dernier, les autorités saoudiennes avaient annoncé la plus grande saisie de drogue de l’histoire du pays après la découverte dans un entrepôt à Riyad de 47 millions de comprimés d’amphétamine cachés dans une cargaison de farine.

« La saisie record démontre ce que les experts disent être le rôle croissant de l’Arabie saoudite en tant que capitale de la drogue au Moyen-Orient, stimulant la demande et devenant la principale destination des passeurs de Syrie et du Liban », explique CNN.

L’Arabie saoudite en guerre contre le fléau du captagon
Lire

Bien que les autorités n’aient pas rendu publiques la nature de la drogue saisie ni sa provenance, l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) avait précédemment déclaré que « les rapports de saisies d’amphétamines provenant de pays du Moyen-Orient continuent de faire principalement référence à des comprimés portant le logo du captagon ».

L’Arabie saoudite, avec ses 35 millions d’habitants, dont plus de la moitié a moins de 35 ans, représente un « marché majeur » pour cette drogue, selon l’ONUDC.

Le captagon était à l’origine le nom de marque d’un médicament contenant le stimulant synthétique fénétylline. Bien qu’il ne soit plus produit légalement, des médicaments contrefaits portant le nom de captagon sont régulièrement saisis au Moyen-Orient, selon l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies.

CNN observe que « les saisies de drogue captagon en Arabie saoudite et dans la région ont augmenté au fil du temps ». Et de rappeler que, « plus tôt cette semaine, un bateau des garde-côtes américains a saisi 320 kilogrammes de comprimés d’amphétamine et près de 3 000 kilogrammes de haschisch d’une valeur de plusieurs millions de dollars sur un bateau de pêche dans le golfe d’Oman ».

Vanda Felbab-Brown, membre de la Brookings Institution à Washington DC, a déclaré à CNN que la consommation de cette drogue était désormais « peut-être à égalité avec [celle du] cannabis ».

L’une des raisons pour lesquelles le captagon se répand est « qu’il y a une inondation d’approvisionnement venant maintenant principalement de Syrie », où il est produit « à l’échelle industrielle dans les usines chimiques héritées du régime [d’Assad] » et « fourni par des seigneurs de la guerre et des affiliés du régime », poursuit la chercheuse.

"

Le captagon peut être vendu entre 10 et 25 dollars la pilule, ce qui signifie que la dernière saisie en Arabie saoudite citée plus haut – s’il s’agissait du même médicament – a une valeur marchande pouvant atteindre 1,1 milliard de dollars, d’après les chiffres de la revue International Addiction Review.

« Les propriétés du captagon sont recherchées pour aider les utilisateurs confrontés à l’insécurité alimentaire à lutter contre la faim » mais aussi pour atteindre un « stade euphorique qui, selon les utilisateurs, aide à dépasser le stress traumatique », a déclaré à CNN Caroline Rose, analyste au New Lines Institute à Washington, D.C., et qui a étudié le commerce du captagon.

« Il a également été dit que ces mêmes caractéristiques du captagon étaient recherchées par les travailleurs étrangers dans les pays riches du Golfe comme l’Arabie saoudite car considérées comme favorisant la performance au travail. »

« Politiques aussi rigides et pour la plupart inefficaces »

Alors que le haschisch et le khat sont également des drogues courantes dans le royaume, les amphétamines sont populaires parmi la jeunesse saoudienne. Une étude de 2021 dans la revue Crime, Law and Social Change cite un utilisateur : le captagon, dit-il, « est discret par sa taille. Mes camarades de classe et moi l’aimons plus que le haschisch… Dès que nous recevons 25 riyals [environs 7 euros] de [nos] parents, nous pouvons acheter un comprimé et en profiter ».

Le captagon, cette amphétamine qui a nourri la colère de l’Arabie saoudite contre le Liban
Lire

CNN rappelle que, ces dernières années, plusieurs centres de désintoxication, notamment privés, ont été créés dans le royaume. Il existe toutefois « peu de messages ou de campagnes de santé publique pour sensibiliser au captagon », regrette la chercheuse Caroline Rose.

Pour sa part, Vanda Felbab-Brown souligne le caractère strictement sécuritaire de la gestion du phénomène par les autorités saoudiennes. « Contrairement à d’autres pays du monde [qui] se sont éloignés de politiques aussi rigides et pour la plupart inefficaces ou carrément contre-productives, le Moyen-Orient les a souvent intensifiées […] Emprisonner les utilisateurs est inefficace et contre-productif », a-t-elle noté.

En Arabie saoudite, le trafic de drogue est passible de la peine de mort par décapitation.

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.