Aller au contenu principal

« MBS, ils ont tué ma fille ! » : la disparition d’une femme retrouvée morte dans le désert saoudien suscite l’indignation

Des arrestations ont eu lieu après la mort d’une femme qui aurait été tuée par deux de ses frères pour avoir ouvert un compte Snapchat public
Manal (au centre) a publié sur les réseaux sociaux une photo d’enfance de sa défunte sœur Qamar (à gauche) et de son frère Ahmed (à droite), qu’elle a accusé de l’avoir tuée (capture d’écran/Twitter)
Manal (au centre) a publié sur les réseaux sociaux une photo d’enfance de sa défunte sœur Qamar (à gauche) et de son frère Ahmed (à droite), qu’elle a accusé de l’avoir tuée (capture d’écran/Twitter)

La disparition et la mort d’une Saoudienne présumée tuée par deux de ses frères a déclenché un tollé en ligne autour de la sécurité des femmes dans le royaume. 

La semaine dernière, les réseaux sociaux saoudiens se sont inquiétés du sort d’une certaine Qamar après la publication d’informations sur sa disparition, puis sa mort, sur un compte Twitter attribué à sa sœur Manal.

Dans des tweets désormais supprimés, Manal a affirmé que deux de ses frères, Ahmed et Nasser, avaient entrepris de tuer leur sœur car cette dernière avait ouvert un compte public sur le réseau social Snapchat.

Quelques jours plus tard, elle a publié une photo d’une trace de main ensanglantée censée appartenir à sa sœur et publié une vidéo dans laquelle on entend sa mère hurler après la découverte du corps de Qamar, dans le désert, près de Riyad.

Dimanche, les autorités d’Al Khardj, au sud-est de la capitale, ont confirmé qu’elles avaient arrêté deux individus en lien avec les faits. 

« Les services de sécurité de la police du gouvernorat d’Al Khardj ont été informés le 19 janvier par une citoyenne de la disparition d’une jeune femme [26 ans] », ont-elles indiqué dans un communiqué. 

« Les résultats des procédures d’enquête préliminaire montrent que son corps a été retrouvé dans le désert, à dix kilomètres du gouvernorat. Deux citoyens d’une trentaine d’années soupçonnés d’être impliqués dans les faits qui ont entraîné sa disparition et sa mort ont été arrêtés. » 

Le prince héritier saoudien interpellé dans une vidéo

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, on voit une femme – probablement la mère de Qamar – interpeller le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, au sujet du sort de sa fille. 

« Quelqu’un connaît-il Mohammed ben Salmane ? Quelqu’un peut-il entrer en contact avec Mohammed ben Salmane ? », demande-t-elle. « Ils ont tué ma fille […] Elle a été tuée sans justification. »

Après cette tragédie, plusieurs hashtags sont apparus sur Twitter, notamment #SaveManalQamarsSister (« Sauvez Manal, la sœur de Qamar »), de nombreux internautes affirmant que Manal est désormais sous la menace des autorités après avoir partagé publiquement des détails sur l’affaire.

Traduction : « Arrêtez de réduire au silence les Saoudiennes. Vous ne pouvez pas promouvoir une fausse image de l’émancipation des femmes en Arabie saoudite en forçant les femmes à signer des engagements pour ne pas diffuser la vérité sur les réseaux sociaux. »

Mardi, Manal a publié un nouveau tweet : « Bonjour, je vais bien et je laisse l’affaire entre les mains de la justice. » Plusieurs internautes ont relevé un changement de ton par rapport aux jours précédents, laissant craindre qu’elle n’ait été réduite au silence ou victime de coercition. 

Traduction : « Des informations déchirantes au sujet d’une Saoudienne qui a été tuée et de sa sœur qui ne peut obtenir justice car la loi est corrompue et tente de la réduire au silence. Elle est maintenant en danger. Cette affaire n’est pas la première de ce genre ni la dernière. Comment les femmes peuvent-elles s’émanciper alors que tout ce qui intéresse MBS est de réduire les femmes au silence ? »

« Je suis indignée et fatiguée de lire de telles choses tous les jours en Arabie saoudite », a déclaré Lina al-Hathloul, la sœur de l’activiste féministe emprisonnée Loujain al-Hathloul.

« MBS, l’émancipation des femmes commence par le fait de les protéger de leur propre famille. »

Loujain al-Hathloul a été arrêtée en mai 2018 en même temps que plusieurs autres activistes féministes quelques semaines seulement avant la levée historique d’une interdiction de conduire imposée aux femmes en Arabie saoudite, un droit pour lequel elle avait mené une campagne de longue date.

Elle a été condamnée à cinq ans et huit mois de prison le mois dernier dans le cadre d’une affaire qui a suscité des critiques de la part de groupes internationaux de défense des droits de l’homme et ainsi que de divers gouvernements. 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.