Aller au contenu principal

Élections américaines 2020 : une adepte de théories du complot islamophobes remporte un siège au Congrès

Marjorie Taylor Greene devient la première représentante de la Chambre des représentants à soutenir ouvertement le complot d’extrême droite QAnon
Le FBI a qualifié les QAnon de menace terroriste intérieure en 2019 (Reuters)

Qui est Marjorie Taylor Greene ? Réponse : la première adepte de la théorie du complot d’extrême droite QAnon à remporter un siège à la Chambre des représentants.

Elle représentera le 14e district de Géorgie après que son adversaire démocrate, Kevin Van Ausdal, a abandonné en septembre pour des raisons personnelles, lui garantissant presque la victoire.

« GRANDE VICTOIRE CE SOIR ! », a tweeté la nouvelle Congresswoman de 46 ans, en remerciant « les habitants du nord-ouest de la Géorgie de l’avoir choisie pour se battre pour eux à Washington DC. »

Marjorie Taylor Greene a ouvertement soutenu la conspiration QAnon, qui propage l’idée sans fondement et xénophobe qu’un réseau d’acteurs de « l’État profond » travaille en coulisse contre le président américain Donald Trump pour créer un nouvel ordre mondial.

Comment Ilhan Omar change la façon dont les Américains parlent d’Israël
Lire

QAnon colporte également la théorie selon laquelle un plan secret a été orchestré par les musulmans américains pour utiliser les restrictions liées au coronavirus comme moyen d’introduire la charia (loi islamique) dans le pays.

Plus tôt cette année, le média Politico a révélé des heures de vidéos Facebook dans lesquelles Marjorie Taylor Greene exprime des opinions racistes, islamophobes et antisémites. Plusieurs républicains de haut rang de la Chambre des représentants ont alors pris leurs distances avec elle.

Dans un message vidéo, Taylor Greene a notamment déclaré que les élections fédérales de 2018 – qui ont vu Ilhan Omar et Rashida Tlaib accéder au Congrès – avaient participé à l’« invasion islamique de notre gouvernement » et que « quiconque est musulman et croit en la charia n’appartient pas à notre gouvernement ».

« Des gens qui aiment notre pays »

Elle a également posté sur Facebook une image d’elle-même tenant une arme à feu aux côtés de photos d’Ilhan Omar, de Rashida Tlaib et de la représentante Alexandria Ocasio-Cortez, encourageant « les chrétiens forts et conservateurs à attaquer ces socialistes qui veulent déchirer notre pays ».

Ilhan Omar, Rashida Tlaib et Alexandria Ocasio-Cortez ont facilement été réélues mardi soir.

Media Matters, une organisation à but non lucratif surveillant la désinformation lors de l’élection, a constaté que 27 candidats en lice pour l’élection de 2020 approuvaient ou semblaient accepter les idées de QAnon.

La République américaine de la suprématie blanche
Lire

Selon l’organisation, vingt-cinq étaient républicains tandis que les deux autres étaient indépendants.

Trump a alimenté la controverse le mois dernier en refusant de condamner directement le groupe, affirmant lors du débat télévisé contre Joe Biden qu’il ne connaissait « rien de QAnon », avant de dire quelques minutes plus tard qu’il était d’accord avec leurs positions « contre la pédophilie ».

Le président a également peu fait pour décourager les partisans de QAnon. Il en a décrit les adhérents, dont plusieurs ont été accusés de meurtre et de terrorisme national, comme « des gens qui aiment notre pays ».

Traduit de l’anglais (original).