Aller au contenu principal

France : Éric Zemmour à nouveau accusé de « provocation à la haine raciale »

Plusieurs plaintes ont été déposées contre le polémiste après ses dernières déclarations sur les mineurs isolés sur la chaîne CNews
« Ils n’ont rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu’ils viennent » a déclaré Éric Zemmour (capture d’écran)
« Ils n’ont rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu’ils viennent », a déclaré Éric Zemmour (capture d’écran)
Par

Le parquet de Paris a ouvert une enquête, jeudi 1er octobre, pour « provocation à la haine raciale » et « injures publiques à caractère raciste » au lendemain de l’intervention d’Éric Zemmour sur la chaîne d’information CNews, où il a qualifié les migrants mineurs de « voleurs », d’« assassins » et de « violeurs », rapporte France TV Info

Le polémiste a été condamné pour les mêmes motifs une semaine auparavant : il avait lancé une violente diatribe contre l’islam et l’immigration lors d’une réunion baptisée « Convention de la droite », en septembre 2019, organisée par des proches de l’ex-députée du Front national (devenu RN) Marion Maréchal-Le Pen. 

Lors de ce « débat » sur CNews, Zemmour a lancé, en parlant des mineurs isolés : « Ils n’ont rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu’ils viennent. »

« Et d’expliquer que pour parvenir à cet objectif, la France ne devrait pas hésiter à quitter la Cour européenne des droits de l’homme [CEDH], ‘‘l’origine du mal’’, pour citer les mots du chroniqueur. Une instance qui, pour rappel, a déjà condamné la France pour sa mauvaise voire non-prise en charge de certains enfants », précise le Huffington Post.  

La responsabilité de CNews engagée

Selon le site Les Jours, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a déclenché l’article 40 de son règlement, « à savoir le signalement au procureur de la République d’un délit. Et comme l’émission était en différé, toujours selon nos infos, alors la responsabilité de CNews est engagée ».

Interrogé par Le Monde, « le CSA a fait savoir que la chaîne CNews ayant déjà été mise en demeure pour des faits similaires, les saisines relatives à la séquence de mercredi étaient transmises à un rapporteur indépendant ». 

Sur Twitter, l’association SOS Racisme a annoncé qu’elle portait plainte contre Éric Zemmour.

La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) a décidé également de porter plainte contre Éric Zemmour, qu’elle qualifie de « récidiviste ».

Pour sa part, Élisabeth Moreno, la ministre déléguée auprès du Premier ministre chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances, a qualifié la sortie du polémiste d’« abjecte et raciste », et demandé à saisir le procureur de la République.

Élisabeth Moreno a demandé au Délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH) de saisir le procureur. 

De son côté, le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, a également réagi sur Twitter : « Chroniquer à la télé, c’est informer, participer au débat démocratique, ça n’est pas répandre la haine et le racisme ».

Hugues Renson, vice-président de l’Assemblée nationale (La République en marche), a tweeté : « Les propos tenus par Éric Zemmour sont graves et indignes. C’est un abject et méprisable appel à la haine. Qui abime notre pays. Je les condamne de la façon la plus ferme. Que CNews prenne désormais ses responsabilités. Cela suffit. »

Sur les réseaux sociaux, un appel au boycott de CNews a été lancé avec le hashtag #BoycottCnews.

« Nicolas Sarkozy qui fait un raccourci douteux entre les singes et les personnes noires sur Quotidien, Danielle Obono dépeinte en esclave dans une fiction de Valeurs actuelles, une étudiante portant le foulard qui souhaitait aider des étudiants précaires, associée aux attentats du 11 septembre par une journaliste du Figaro, Éric Zemmour qui décrit les enfants issus de l’immigration comme des ‘’assassins, voleurs, violeurs’’ » : le Bondy Blog s’inquiète du fait que « depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, cette banalisation du racisme dans les médias [surtout sur les chaînes d’information en continu] n’a cessé de gagner du terrain » et que cette tendance « s’est subitement intensifiée depuis quelques semaines ».

« Cette séquence politique n’est pas anodine puisqu’elle intervient à un peu plus d’un an des élections présidentielles de 2022. Durant cette période, le gouvernement a amorcé une polarisation de son discours vers la droite, en reprenant les idées et obsessions de l’extrême droite [l’islam, l’immigration, l’insécurité…] », poursuit le Bondy Blog, alors que s’esquisse en France un duel présidentiel Emmanuel Macron-Marine Le Pen.