Aller au contenu principal

Israël : des images satellites montrent des aménagements majeurs sur un site nucléaire secret

Les travaux de construction sur le site près de Dimona interviennent alors même qu’Israël critique durement le programme nucléaire iranien
Israël a commencé à établir ce site nucléaire avec l’aide des Français à la fin des années 1950 dans le désert près de Dimona, une ville à environ 90 km au sud de Jérusalem (Planet Labs)
Israël a commencé à établir ce site nucléaire avec l’aide des Français à la fin des années 1950 dans le désert près de Dimona, une ville à environ 90 km au sud de Jérusalem (Planet Labs)
Par

Un site nucléaire secret au centre du programme d’armement nucléaire caché d’Israël fait l’objet d’une phase de construction, la plus importante depuis des décennies, révèlent des photos satellite analysées par Associated Press (AP).

Une excavation de la taille d’un terrain de foot et profonde de plusieurs dizaines de mètres campe désormais à quelques mètres du réacteur vieillissant du centre de recherche nucléaire Shimon Peres Negev, près de la ville de Dimona. 

Ce centre abrite déjà des laboratoires souterrains qui retraitent le combustible usagé du réacteur pour obtenir du plutonium de qualité militaire pour le programme de bombe nucléaire d’Israël, a rapporté jeudi le quotidien israélien Haaretz.

Traduction : « Des images satellite montrent une importante nouvelle construction sur le site de Dimona. »

La vocation de la nouvelle construction reste obscure. Le gouvernement israélien n’a pas répondu aux questions détaillées de l’AP concernant ces travaux. 

Israël n’a jamais confirmé ni infirmé être en possession de l’arme atomique et fait partie des quatre pays qui n’ont jamais rejoint le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, un accord international visant à prévenir la multiplication des armes nucléaires.

Ces travaux de construction interviennent alors même qu’Israël critique durement le programme nucléaire iranien, lequel reste sous la surveillance des inspecteurs de l’ONU, contrairement au sien.

« Nouvelle construction importante »

Israël a commencé à établir ce site nucléaire avec l’aide des Français à la fin des années 1950 dans le désert près de Dimona, une ville à environ 90 km au sud de Jérusalem. 

Il a caché la vocation militaire du site pendant des années aux États-Unis, le faisant même passer pour une usine textile, indique Haaretz.

Pendant plusieurs décennies, l’aménagement de Dimona n’a pas changé. 

Mais la semaine dernière, le Groupe international d’étude sur les matières fissiles de l’université de Princeton a noté avoir constaté une « nouvelle construction importante » sur le site via des images satellites accessibles, bien qu’on ne puisse pas distinguer de détails.

Surenchère nucléaire entre l’Arabie saoudite et l’Iran
Lire

Dans les années 1960, Israël s’est servi de ses allégations à propos du programme nucléaire et de missiles de l’Égypte pour détourner l’attention de Dimona – et pourrait remettre ça aujourd’hui avec l’Iran, selon Haaretz.

« À la place d’Israël, si vous deviez entreprendre un projet d’aménagement majeur à Dimona qui va attirer l’attention, c’est probablement le moment d’ameuter autour des Iraniens », déclare au journal israélien Jeffrey Lewis, professeur enseignant des matières liées à la non-prolifération à l’institut Middlebury d’études internationales à Monterey.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.