Aller au contenu principal

Liban : cinq « braquages » de banques en une journée, des clients exigent leurs économies

La principale association des épargnants libanais a exprimé son soutien aux auteurs de ces braquages, affirmant qu’ils étaient confrontés à « l’injustice et à l’oppression »
Des hommes se rassemblent devant la succursale de la Blom Bank dans le quartier de Tarik Jdidé dans la capitale Beyrouth, le 16 septembre 2022, pour exprimer leur soutien à un déposant qui a pris d’assaut la banque pour exiger le retrait de ses économies (AFP/Ibrahim Amro)
Par
BEYROUTH, Liban

Cinq banques ont été « braquées » vendredi au Liban par des clients cherchant à retirer leurs économies bloquées, les derniers en date d’une série d’incidents de ce type qui ont suscité un large soutien dans l’opinion publique de ce pays frappé par une crise sans précédent.

Le Liban est plongé depuis 2019 dans de graves difficultés économiques et financières imputées par une grande partie de la population à la mauvaise gestion, la corruption, la négligence et l’inertie d’une classe dirigeante en place depuis des décennies.

Quand la valeur de la livre libanaise s’est mise à s’effondrer, les banques ont commencé à imposer des restrictions draconiennes sur les retraits, empêchant ainsi les clients de retirer leurs économies, en particulier en devises étrangères, surtout des dollars.

En 48 heures, sept banques ont été touchées par une série de « braquages ». Face à la multiplication de ces incidents, le ministre de l’Intérieur a tenu vendredi une réunion d’urgence « pour prendre les mesures sécuritaires nécessaires ».

L’Association des banques du Liban (ABL) a elle aussi convoqué une réunion d’urgence et ordonné une fermeture généralisée de toutes les succursales pendant trois jours la semaine prochaine.

Pourquoi l’effondrement interne du Liban semble inéluctable
Lire

Mercredi, l’exaspération d’une jeune Libanaise qui a pris d’assaut une banque de Beyrouth pour récupérer ses économies bloquées en vue de payer les frais d’hospitalisation de sa sœur atteinte d’un cancer a eu un effet de boule de neige.

Le même jour, un homme a braqué une autre banque dans à Aley, commune au nord-est de la capitale. Et vendredi à la mi-journée, pas moins de cinq autres braquages ont été recensés –- trois à Beyrouth et deux dans le Sud du pays.

Tôt le matin, un homme de 50 ans et son fils d’une vingtaine d’années ont fait irruption dans une succursale de la Byblos Bank à Ghaziyeh, au sud-est de Saïda, la principale ville du sud, ont indiqué à l’AFP une source policière et un agent de sécurité témoin de l’incident.

Le quinquagénaire a menacé les employés de la banque avec une arme, qui, selon une chaîne de télévision locale, serait factice, réclamant le retrait de ses économies gelées.

Effet boule de neige

À la suite de cet incident, trois autres banques ont été prises d’assaut quelques heures plus tard à Beyrouth.

Dans le quartier de Tarik Jdidé, la situation sécuritaire était tendue après qu’un homme s’est enfermé à l’intérieur d’une succursale de la Blom Bank avec des policiers, ont déclaré à l’AFP des témoins rassemblés dans la rue. 

Selon eux, il s’agit d’un commerçant endetté qui réclame le retrait de ses économies gelées et ne serait pas armé.

Manifestations au Liban : le peuple veut la chute des banques
Lire

Trois kilomètres plus loin, dans le quartier de Ramlet al-Bayda, un homme armé d’un fusil de chasse a pris d’assaut une succursale de la Lebanon & Gulf Bank, ont affirmé des habitants à un photographe de l’AFP sur place.

Dans la banlieue sud de Beyrouth, un jeune homme armé d’un pistolet factice a lui déclaré avoir pu retirer une somme de 20 000 dollars, selon des médias locaux.

À Chhim dans le Sud, un lieutenant retraité de l’armée retiendrait en otage six personnes parmi lesquels le directeur de la banque, qui lui aurait proposé 100 000 dollars, selon certains médias.

Le retraité aurait refusé, exigeant l’intégralité de son dépôt de 200 000 dollars, tandis que des coups de feu auraient été tirés.

En août, un épargnant a été acclamé par la foule après avoir fait irruption dans une banque à Beyrouth, réclamant, fusil à la main, ses plus de 200 000 euros d’économies pour payer les frais d’hospitalisation de son père. La banque avait fini par lui donner près de 30 000 euros et il s’était rendu aux autorités. Il n’a pas été poursuivi.

De son côté, la principale association des épargnants libanais a exprimé son soutien aux auteurs de ces braquages, affirmant qu’ils étaient confrontés à « l’injustice et à l’oppression ».

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.