Aller au contenu principal

Migrants : une menace de tir de missiles, dernière violence derrière l’accord UE/Libye

Quelque 100 000 personnes ont été interceptées depuis la signature de l’accord avec la Libye en 2017 par l’Italie et l’UE, qui ont accepté de former et d’équiper les garde-côtes libyens. Un accord décrié par les ONG
Des secouristes de l’ONG Proactiva Open Arms sauvent une migrante camerounaise, Josepha, 40 ans, au large des côtes libyennes le 17 juillet 2018 (AFP/Pau Barrena)
Des secouristes de l’ONG Proactiva Open Arms sauvent une migrante camerounaise, Josepha, 40 ans, au large des côtes libyennes le 17 juillet 2018 (AFP/Pau Barrena)
Par
ROME, Italie

Lorsque les garde-côtes libyens ont récemment menacé d’abattre l’avion de l’ONG Sea-Watch qui surveillait l’assistance à une embarcation de migrants en Méditerranée, la docteure allemande Leona Blankenstein a d’abord cru avoir mal compris.

« Éloignez-vous des [eaux] territoriales libyennes, sinon nous vous tirons dessus avec des missiles SAM [sol-air]) », a averti le Fezzan, l’un des patrouilleurs fournis par l’Italie à la Libye pour intercepter les migrants tentant de quitter le pays déchiré par la guerre.

Les deux pays ont signé un accord parrainé par l’Union européenne (UE) pour empêcher les migrants de traverser la Méditerranée centrale, un texte controversé qui refait débat alors que Rome a adopté une ligne dure en matière de politique migratoire.

« C’est très bruyant dans l’avion et j’ai pensé que je les avais peut-être mal compris », a déclaré à l’AFP Leona Blankenstein, qui survolait les eaux maltaises, ce 25 octobre, à bord de l’avion de l’organisation humanitaire allemande Sea-Watch.

Traduction : « Les soi-disant garde-côtes libyens menacent notre équipage d’avion avec la force des armes dans la zone de recherche et de sauvetage maltaise : ‘’Éloignez-vous du territoire libyen, sinon nous vous tirerons dessus avec des missiles.’’.Le partenaire de l’UE travaille en violation du droit international. »

L’équipage libyen a fait monter les migrants à leur bord avant de retirer le moteur de leur canot pneumatique et de lui tirer dessus jusqu’à ce qu’il prenne feu, selon la docteure et des séquences vidéo diffusées par Sea-Watch.

« C’est arrivé en quelques secondes […] J’étais inquiète. Leur comportement est très imprévisible », a-t-elle confié, expliquant avoir quitté la zone immédiatement après avoir entendu l’avertissement.

Un accord « très efficace »

Selon les associations, quelque 100 000 personnes ont ainsi été interceptées depuis la signature de l’accord avec la Libye en 2017 par l’Italie et l’UE, qui ont accepté de former et d’équiper les garde-côtes libyens. 

Libye : les centres de détention pour migrants au cœur du trafic d’êtres humains
Lire

Malgré les appels à annuler l’accord, celui-ci a été automatiquement renouvelé début novembre, quelques jours après l’entrée en fonction du gouvernement d’extrême droite italien de Giorgia Meloni.

L’accord est né sous la pression du grand nombre de réfugiés fuyant les conflits en Syrie, en Irak et en Libye pour trouver refuge en Europe, et après une série de naufrages meurtriers, avec un record de 5 000 morts ou disparus en mer Méditerranée en 2016.

L’objectif était « d’empêcher les pertes de vies humaines en Méditerranée et en même temps de réprimer les réseaux de trafic de migrants et de traite des êtres humains », selon la Commission européenne.

Quelque 3 140 personnes ont été signalées mortes ou portées disparues en 2017 contre 2 062 l’an dernier, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

« Travailler avec les autorités des pays tiers pour empêcher les migrants d’arriver en Europe a été l’un des principaux axes de la politique européenne », relève Luigi Scazzieri, du groupe de réflexion Centre for European Reform. 

L’accord Italie-Libye s’est avéré « très efficace » pour réduire le nombre d’arrivées, du moins dans un premier temps.

Bon nombre des personnes interceptées se seraient retrouvées dans des centres de détention libyens, comparés par le pape François à des camps de concentration

Mais des organisations humanitaires dénoncent un « Far West », avec des milices armées se faisant passer pour des garde-côtes libyens et des cas documentés d’utilisation de balles réelles contre des embarcations de migrants en haute mer.

Les critiques pointent un manque de responsabilité et de transparence sur les destinataires des subventions en Libye.

Entre-temps, bon nombre des personnes interceptées se seraient retrouvées dans des centres de détention libyens, comparés par le pape François à des camps de concentration

Save the Children, Médecins sans frontières et Amnesty International affirment que les migrants en Libye sont torturés, victimes de violences sexuelles ou d’esclavage.

Trafiquants d’êtres humains

Mais les autorités libyennes démentent. « Les arrestations sont effectuées conformément aux règles en vigueur », a assuré un responsable des migrations.

Les associations affirment également que l’agence de l’UE, Frontex, qui utilise des avions pour repérer les migrants en détresse, aide les Libyens.

Pour Felix Weiss, porte-parole de la branche Seabird de Sea-Watch, « les gardes-côtes libyens ne sont pas professionnels, ils ont besoin de la surveillance aérienne et des conseils de l’UE pour trouver les bateaux de migrants ».

Drame des migrants : les secouristes en Méditerranée désemparés face aux intransigeances européennes
Lire

L’avocat et défenseur des droits humains Arturo Salerni a déclaré à l’AFP que le « refoulement » des migrants des zones européennes de recherche et de sauvetage vers la Libye était, en vertu du droit de l’UE, « illégal si les États européens sont complices ». 

Interrogé, le gouvernement italien n’a pas donné suite. 

L’Italie accueille des dizaines de milliers de personnes qui tentent chaque année de traverser la Méditerranée centrale, la route migratoire la plus meurtrière au monde.

Le pays a signé de nombreux accords au cours des années 2000 avec l’ex-dictateur libyen Mouammar Kadhafi, renversé et tué en 2011, pour freiner les flux migratoires.

Ce partenariat a été suspendu à la suite de l’effondrement du gouvernement libyen et de la condamnation de l’Italie en 2012 par la Cour européenne des droits de l’homme pour avoir intercepté et renvoyé de force des migrants en Libye. 

Mais en 2017, Paolo Gentiloni, alors Premier ministre italien de centre-gauche, a signé un nouvel accord avec Fayez al-Sarraj, chef du Gouvernement libyen d’union nationale (GNA) soutenu par l’ONU. 

Dès lors, les organisations humanitaires, dont la hotline Alarm Phone utilisée par les migrants en détresse, ont reçu l’ordre « d’alerter plutôt les garde-côtes libyens », a déclaré à l’AFP Chiara Denaro, d’Alarm Phone.

Un trafiquant d’êtres humains, Abd al-Rahman al-Milad, avait participé à des pourparlers avec des responsables italiens sur l’élaboration de l’accord de 2017 sur les migrants

L’accord a aussitôt suscité des critiques, l’ONU sanctionnant plusieurs Libyens en 2018 qui seraient étroitement impliqués dans la traite d’êtres humains. 

Parmi eux, Ahmad Oumar al-Dabbashi, dont la milice contrôlait des camps et bateaux et exposait les migrants, y compris mineurs, à « des conditions brutales et parfois mortelles sur terre et en mer », selon l’ONU. 

En 2019, le journaliste italien Nello Scavo a révélé qu’un autre trafiquant d’êtres humains, Abd al-Rahman al-Milad – surnommé Bija – avait participé à des pourparlers en Sicile avec des responsables italiens sur l’élaboration de l’accord de 2017 sur les migrants.

Bija a été suspendu des garde-côtes libyens en 2018 mais est resté impliqué l’année suivante dans le « sauvetage de migrants », selon un rapport de l’ONU cité par Nello Scavo. 

Deux jours après la menace contre l’avion, Sea-Watch a annoncé avoir la preuve que les garde-côtes libyens collaboraient avec des passeurs. 

L’ONG a publié des photographies d’un bateau de migrants en bois, immatriculé 1688, prises par le Seabird début octobre lors d’une interception par les garde-côtes.

Le même bateau a été photographié trois jours plus tard avec différents migrants à bord, suggérant qu’il avait été ramené en Libye et réutilisé, a rapporté Sea-Watch.

Traduction : « Le 8 octobre, l’équipage de notre avion de reconnaissance Seabird a repéré un bateau bleu clair avec environ 50 personnes à bord en Méditerranée centrale. Le nombre et les marques proéminents sur la coque du bateau sont particulièrement remarquables.

Au total, l’UE a consacré quelque 59 millions d’euros pour augmenter la capacité opérationnelle des garde-côtes libyens, y compris pour la formation de quelque 500 membres entre 2015 et 2020, date de l’arrêt de l’opération.

Des pourparlers sont en cours avec les Libyens pour reprendre cette formation, « avec un accent substantiel sur les droits de l’homme et le droit international », a déclaré à l’AFP une porte-parole de l’UE. 

La Commission européenne a chargé un sous-traitant indépendant en 2019 de surveiller les opérations en Libye, mais ses rapports ne sont pas rendus publics pour des raisons de sécurité, a-t-elle expliqué.

« Honteux »

Pour sa part, l’Italie a affecté au moins 32,5 millions d’euros à des missions de soutien aux garde-côtes libyens depuis 2017, a déclaré l’organisation humanitaire Arci dans un rapport l’année dernière. 

En octobre, le journaliste d’investigation Duccio Facchini a révélé que l’Italie avait dépensé 6,65 millions d’euros supplémentaires pour quatorze nouveaux bateaux rapides pour les garde-côtes libyens il y a quelques mois à peine. 

Crise des migrants : l’Europe doit cesser d’utiliser la Libye comme décharge
Lire

Amnesty a déclaré dimanche qu’il était « honteux » que Rome « continue d’aider les autorités libyennes à violer les droits humains de leur peuple ».

Sea-Watch est l’une des organisations humanitaires avec des navires de sauvetage en Méditerranée qui se sont retrouvées dans le collimateur du nouveau gouvernement de Giorgia Meloni. 

Le week-end dernier, l’Italie a refusé d’accorder le droit d’accoster à quatre navires, avant d’en autoriser finalement trois à débarquer. Le quatrième s’est rendu en France, déclenchant un conflit diplomatique entre Paris et Rome.

Le Conseil de l’Europe affirme que l’obstruction des activités de sauvetage des ONG et l’absence d’attribution de ports sûrs et proches pour débarquer les personnes secourues en mer, en l’occurrence en Italie, sont des tactiques qui « semblent viser, implicitement ou explicitement, à ‘’ouvrir le champ’’ aux interceptions par les garde-côtes libyens […] malgré les preuves irréfutables de graves violations des droits humains ».

Par Ella Ide.

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.