Aller au contenu principal

Richard Gere : « Tant que les Palestiniens n’auront pas de foyer, les Israéliens n’auront pas de foyer »

Ce n’est pas la première fois que l’acteur américain critique l’occupation israélienne
« Le conflit du Moyen-Orient aurait pu être solutionné réellement, et non artificiellement, avec de l’amour et de la compassion », a déclaré l’acteur américain (AFP)
« Le conflit du Moyen-Orient aurait pu être solutionné réellement, et non artificiellement, avec de l’amour et de la compassion », a déclaré l’acteur américain (AFP)
Par

« Tant que les Palestiniens n’auront pas de foyer, les Israéliens n’auront pas de foyer, vous connaissez cette vérité », a déclaré l’acteur américain Richard Gere, le 13 avril dernier, dans une vidéo diffusée lors d’une cérémonie organisée par les ONG israélo-palestiniennes Combatants for Peace et The Parents Circle-Families Forum pour marquer « le jour du souvenir pour les victimes de guerre ».

« Nous savons que plus de haine et plus de colère ne nous sortiront jamais de cela », a ajouté Richard Gere, poursuivant : « Le conflit du Moyen-Orient aurait pu être solutionné réellement, et non artificiellement, avec de l’amour et de la compassion, cela aurait pu être un exemple pour le monde entier. » Gere a appelé les participants à créer un monde où les enfants peuvent grandir sans peur.

La rencontre annuelle a rassemblé des Israéliens et des Palestiniens endeuillés par la perte d’êtres chers pendant le conflit.

Très engagée pour la cause tibétaine et les droits des peuples autochtones en Amérique centrale, la star hollywoodienne avait déjà exprimé ses positions sur l’occupation israélienne.

Comme par exemple lors de la présentation, en Israël, du biopic Norman, dans lequel il incarnait le physicien atomique Norman Oppenheimer, en mars 2017. Visitant, avec des membre de l’ONG israélienne Breaking the Silence, la ville d’Hébron, Gere avait comparé la séparation entre Palestiniens et Israélien à l’ancien système de ségrégation dans le sud des États-Unis.

Visite de Richard Gere à Hébron en mars 2017

« C’est exactement ce qu’était le ‘’vieux sud’’ en Amérique. Les noirs savaient où ils pouvaient aller », avait déclaré l’acteur. « Ils ne pouvaient pas boire à telle fontaine, ni manger à tel endroit… Vous ne franchissiez pas la limite si vous ne vouliez pas vous faire frapper à la tête ou vous faire lyncher », avait-il poursuivi.

Lors de ce voyage en Israël, Gere s’était confié au quotidien Haaretz : « Les colonies sont une provocation tellement absurde, elles sont de toute évidence complètement illégales au regard du droit international, et elles ne font certainement pas partie du plan de quelqu’un qui veut d’un vrai processus de paix. »

Il avait ajouté : « Juste pour être clair, je dénonce les violences de chaque côté. Et bien sûr, les Israéliens devraient être en sécurité, mais les Palestiniens ne devraient pas être désespérés. »