Aller au contenu principal

Poneys, voitures blindées et bijoux : ce que la princesse Haya va recevoir du cheikh Mohammed de Dubaï

L’indemnisation dans le cadre du litige qui oppose le dirigent de Dubaï à son ex-épouse comprend un forfait vacances de 6 millions d’euros et 1,2 million d’euros pour des vêtements de haute couture
La princesse Haya s’est vu accorder un budget de plus de 277 000 livres sterling (326 000 euros) pour les animaux des enfants, dont un cheval et deux poneys (Reuters)
Par

Le cheikh de Dubaï Mohammed ben Rachid al-Maktoum a été sommé par la Haute Cour de justice de Londres de verser jusqu’à 550 millions de livres sterling (650 millions d’euros), un record dans l’histoire britannique, dans le cadre du litige qui l’oppose à son ex-épouse pour la garde de leurs deux enfants.

L’essentiel de l’énorme indemnisation accordée à la princesse Haya bint al-Hussein, demi-sœur du roi Abdallah II de Jordanie, et aux deux enfants du couple, vise à assurer leur sécurité à vie, notamment pour faire face au « risque grave » que représente pour eux le cheikh en personne, a affirmé le juge Philip Moor.

Le juge a déclaré qu’« elle ne demand[ait] pas des indemnités pour elle-même, mais pour sa sécurité » et afin d’être dédommagée pour les biens qu’elle a perdus à la suite de leur rupture.

La princesse Haya de Dubaï fuit son mari : l’infernale saga de la Maison des Maktoum
Lire

Le juge Moor a ordonné au cheikh Mohammed de transmettre à la princesse un versement unique de 251,5 millions de livres sterling (296 millions d’euros) dans un délai de trois mois et de fournir une garantie bancaire de 290 millions de livres (342 millions d’euros) pour subvenir aux besoins des enfants et assurer leur sécurité une fois adultes.

L’avocat de la princesse Haya, Nicholas Cusworth, a déclaré que les demandes de sa cliente devaient être envisagées dans un contexte où, au cours d’un été, le cheikh Mohammed a par exemple pu acheter 2 millions de livres (2,35 millions d’euros) de fraises pour sa propriété de campagne au nord-est de Londres.

« Je me rappelle que l’argent n’était pas un problème pendant le mariage », a indiqué le juge Philip Moor en accédant à une demande de la princesse Haya, qui souhaitait obtenir 1,9 million de livres (2,2 millions d’euros) pour une extension de cuisine, un four à pizza et des rideaux de cuisine dans son domicile londonien.

Middle East Eye développe ci-dessous d’autres détails financiers étonnants du verdict rendu mardi.

Bijoux et vêtements de haute couture

Le juge Philip Moor a accordé à la princesse Haya plus de 13,5 millions de livres (15,9 millions d’euros) pour la perte de ses bijoux dans le cadre du divorce.

Influenceurs français à Dubaï : derrière le glamour, le côté obscur des Émirats
Lire

La princesse a déclaré qu’elle avait laissé plusieurs objets précieux lorsqu’elle a quitté Dubaï, car elle ne voulait pas être accusée de vol.

Ses bijoux, d’une valeur totale de 20 millions de livres (23,5 millions d’euros), rempliraient la salle d’audience s’ils étaient étalés, a-elle affirmé plus tôt au juge.

La princesse Haya a également demandé à récupérer 63 millions de livres (74 millions d’euros) pour ses vêtements de haute couture, mais s’est vu accorder 1 million de livres (1,2 million d’euros).

Loisirs

Le juge a également accordé plus d’un million de livres sterling par an pour les loisirs des enfants.

La princesse s’est vu octroyer un budget de plus de 277 000 livres (326 000 euros) pour les animaux des enfants, dont un cheval et deux poneys.

« J’accepte, bien sûr, que les enfants puissent monter à poney », a précisé le juge Philip Moor.

Sécurité

L’essentiel de l’indemnisation accordée à la princesse Haya sera affecté à la sécurité, selon les détails du verdict. 

Ce montant est destiné à écarter toute menace d’enlèvement des enfants par leur propre père, selon le jugement, et à financer une flotte de voitures blindées qui seraient renouvelée à intervalles de quelques années.

Vacances

Le juge Moor a fixé un forfait vacances d’un total de 5,1 millions de livres (6 millions d’euros) pour la princesse Haya et ses deux enfants, comprenant sept séjours à l’étranger, trois longs week-ends en Jordanie et deux semaines au Royaume-Uni.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.