Aller au contenu principal

« La guerre a commencé » : l’armée marocaine déclenche une opération militaire au Sahara occidental

Le Maroc a annoncé vendredi avoir lancé une opération militaire dans la zone tampon de Guerguerat, près de la Mauritanie, en dénonçant « les provocations du Polisario » au Sahara occidental, dans un contexte de tensions croissantes autour de l’ancienne colonie espagnole au statut toujours indéfini
Une Sahraouie tient un drapeau du Front Polisario, lors d’une cérémonie marquant les 40 ans de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) par le Polisario, le 27 février 2016, dans le territoire contesté du Sahara occidental (AFP)

Quelque 200 routiers sont bloqués depuis environ trois semaines au poste-frontière de Guerguerat, à l’extrême sud du Sahara occidental, territoire désertique que se disputent depuis des décennies le Maroc et les indépendantistes du Front Polisario soutenus par l’Algérie, malgré les efforts de règlements de l’ONU.

« Le Polisario et ses milices qui se sont introduits dans la zone depuis le 21 octobre ont mené des actes de banditisme, bloqué la circulation et harcelé continuellement les observateurs militaires de la MINURSO », la force d’interposition de l’ONU, indique un communiqué des Affaires étrangères marocaines.

Le rapprochement Maroc-Émirats ? Une manœuvre aventureuse dans un désert saharien miné
Lire

Le but de l’opération est de « mettre un terme à la situation de blocage » et « restaurer la libre circulation civile et commerciale » sur la route qui conduit vers la Mauritanie, selon la même source.

Le Front Polisario avait menacé lundi de mettre fin à l’accord de cessez-le-feu avec Rabat si le Maroc introduisait des troupes ou des civils dans la zone tampon de Guerguerat.

Nouakchott a annoncé mercredi que l’armée mauritanienne avait renforcé ses positions à la frontière avec le Sahara occidental « pour parer à toute éventualité ».

« Ce n’est pas une action offensive mais c’est une action de fermeté par rapport à cette action qui est inacceptable », a assuré à l’AFP le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, en affirmant que la MIURSO, présente sur le terrain, avait observé « qu’il n’y avait aucun contact avec les civils ».

Le roi Mohamed VI a déclaré dans un récent discours, début novembre, « que le Maroc ne tolérerait pas que ces provocations continuent : aujourd’hui, c’est une manifestation de cette intransigeance », a-t-il ajouté.

Vendredi, des hommes du génie civil de l’armée marocaine ont été déployés à une dizaine de kilomètres du poste-frontière pour « colmater une brèche » dans le mur qui sépare les deux camps dans l’immense territoire désertique, de façon à « rendre impossible l’accès à la zone », selon un haut responsable des Affaires étrangères joints par l’AFP.

Attaques de milices

Depuis environ trois semaines, des milices, comprenant quelque 70 hommes armés, « s’attaquent à des camionneurs, interdisent la circulation, procèdent à du racket », selon la même source. 

Sahara occidental : la fabrique de la haine
Lire

Jusque-là, « le Maroc a fait preuve de retenue » mais « les appels de la MINURSO et du secrétaire général de l’ONU […] sont malheureusement restés vains », a souligné le haut responsable marocain en affirmant que l’ONU, la Mauritanie et « d’autres pays impliqués dans le dossier » avaient été prévenus de l’opération.

Selon le haut responsable marocain joint par l’AFP, 108 routiers sont bloqués côté mauritanien et 78 de l’autre côté de la frontière, avec des véhicules de différentes origines, comme le Maroc, la Mauritanie ou la France.

La semaine dernière, un groupe de routiers marocains avaient lancé un appel au secours aux autorités du Maroc et de la Mauritanie en se disant bloqués par des « milices affiliées à des séparatistes » au poste-frontière de Gerguerat.

La région de Guerguerat a déjà été au centre de vives tensions entre le Polisario et le Maroc, notamment début 2017. Les indépendantistes sahraouis dénoncent l’existence de cette route que Rabat considère comme essentielle pour ses échanges avec l’Afrique subsaharienne.

Rabat, qui contrôle 80 % de l’ancienne colonie, ses gisements de phosphate et ses eaux poissonneuses dans sa partie ouest, le long de l’océan atlantique, veut une « autonomie sous contrôle » du territoire, où de grands chantiers de développement marocains ont été lancés ces dernières années.

« Le Maroc a liquidé le cessez-le feu »

Les forces du Front Polisario ont répliqué à l’opération militaire déclenchée par l’armée marocaine dans la zone tampon de Guerguerat, a affirmé vendredi à l’AFP le chef de la diplomatie sahraouie.

« C’est une agression. Les troupes sahraouies se retrouvent en situation de légitime défense et répliquent aux troupes marocaines », a déclaré Mohamed Salem Ould Salek, interrogé au téléphone depuis Alger. « La guerre a commencé. Le Maroc a liquidé le cessez-le feu » signé en 1991, a-t-il ajouté.

Le Polisario, qui a proclamé une République sahraouie (RASD) au début des années 1980, milite pour l’indépendance et réclame un référendum d’autodétermination.

Un cessez-le-feu a été signé en septembre 1991 sous l’égide de l’ONU, après seize ans de guerre. Les négociations menées par l’ONU et impliquant le Maroc, le Polisario, l’Algérie et la Mauritanie sont suspendues depuis plusieurs mois.