Aller au contenu principal

Le piètre bilan de l’axe Riyad-Abou Dabi dans le monde arabe

Depuis l’éclatement du Printemps arabe il y a une dizaine d’années, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis assument presque partout une posture contre-révolutionnaire et font preuve d’un aventurisme dont le bilan semble médiocre
Le prince héritier d’Abou Dabi, Mohammed ben Zayed, et celui d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, en novembre 2019 au palais royal saoudien à Riyad (AFP)

Le Printemps arabe (2010-2011) constitue à la fois une rupture politique et une rupture géopolitique. La rupture politique concerne la contestation des divers régimes qui se sont imposés aux populations arabes, tandis que la rupture géopolitique concerne les rapports de force à l’échelle de l’ensemble du monde arabe.

Dès les soulèvements tunisien et égyptien, l’identification de trois axes géopolitiques moyen-orientaux distincts s’est imposée : un axe franchement contre-révolutionnaire mené par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU), un axe que l’on peut qualifier d’islamo-réformateur (pro-révolutionnaire et favorable au réseau des Frères musulmans) mené par la Turquie et le Qatar, et un « axe de la résistance » (résistance aux États-Unis et à Israël) incarné par l’Iran, la Syrie et le Hezbollah.

L’axe contre-révolutionnaire considérait (comme la Russie, d’ailleurs) les soulèvements dans le monde arabe comme une menace (représentée notamment par l’islam politique), tandis que l’axe islamo-réformateur encourageait ce phénomène et militait pour un triomphe de l’islam politique dans le monde arabe.

L’axe contre-révolutionnaire considérait les soulèvements dans le monde arabe comme une menace, tandis que l’axe islamo-réformateur encourageait ce phénomène et militait pour un triomphe de l’islam politique dans le monde arabe

Les Iraniens, quant à eux, ont formellement salué le Printemps arabe, dans la mesure où il bousculait des partenaires privilégiés de Riyad. Les conflits armés libyen et syrien viendront nuancer ces positions de principes.

En effet, en Libye comme en Syrie, « l’axe de la résistance » a privilégié le statu quo, là où l’axe Riyad-Abou Dabi s’est aligné sur les positions volontaristes de l’axe Ankara-Doha et a agi en faveur du renversement de Mouammar Kadhafi en Libye et – en vain – de Bachar al-Assad en Syrie. Dans ce dernier cas, les Saoudiens entendaient surtout endiguer l’influence iranienne dans la région.

Les limites du volontarisme saoudo-émirati

Ces axes sont donc bien fondés sur des partis pris politiques et stratégiques et non sur des considérations religieuses. Ce n’est pas l’opposition entre sunnisme et chiisme qui détermine la division géopolitique du Moyen-Orient.

L’axe Riyad-Abou Dabi ne se définit pas par une volonté de défendre le sunnisme, mais par sa proximité avec Washington, son inclination à la normalisation avec Israël, une hostilité à l’égard de l’Iran (qui concerne davantage Riyad qu’Abou Dabi) et une grande méfiance vis-à-vis des Frères musulmans (qui concerne encore plus Abou Dabi que Riyad).

En juillet 2013, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis obtiennent une victoire importante en Égypte avec le coup d’État contre le président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans. L’arrivée au pouvoir d’Abdel Fattah al-Sissi, artisan de la contre-révolution en Égypte, et la répression qu’il mène à l’encontre des Frères musulmans sont largement appuyées par Riyad et Abou Dabi.

Un premier vol publiquement annoncé entre les Émirats et Israël
Lire

En Syrie, l’intervention militaire russe a sauvé le camp loyaliste et a rendu presque vaines les tentatives de renverser Bachar al-Assad. La défaite de l’Arabie saoudite en Syrie prend les allures d’une défaite définitive en avril 2018, quand ses protégés de Jaych al-Islam (armée de l’islam) capitulent à l’issue de la bataille de la Ghouta orientale.

Ce soutien saoudien apporté à un groupe salafiste montre, par ailleurs, l’ambiguïté de Riyad s’agissant de l’islamisme : les Frères musulmans sont honnis (pour leur caractère transnational et réformiste), mais certains groupes salafistes nationaux sont appréciés, en Égypte comme en Syrie.

Huit mois après la défaite des groupes rebelles dans la Ghouta orientale, les Émirats arabes unis rouvrent leur ambassade à Damas et assument pleinement – contrairement à leurs alliés saoudiens qui hésitent encore et qui ne veulent pas céder du terrain aux Iraniens – leur préférence pour l’autoritarisme et la sacro-sainte stabilité.

Aujourd’hui, c’est en Libye que l’axe Riyad-Abou Dabi connaît des difficultés. Les Émirats arabes unis, l’Égypte et, dans une moindre mesure, l’Arabie saoudite soutiennent un acteur qui concurrence le pouvoir légal internationalement reconnu (le Gouvernement d’union nationale de Fayez al-Sarraj), tout en étant censé incarner l’autorité et la stabilité : le maréchal Haftar. Celui-ci multiplie les revers en Tripolitaine, où la Turquie est déterminée à soutenir Fayez al-Sarraj.

Une faille dans l’alliance

En dépit d’une convergence réelle entre Riyad et Abou Dabi (perceptible en 2011 face aux manifestations à Bahreïn, en 2013 en Égypte ou encore en 2017 quand l’isolement du Qatar était une priorité commune) et de solides relations personnelles entre le prince héritier d’Abou Dabi (Mohammed ben Zayed) et celui d’Arabie saoudite (Mohammed ben Salmane), les deux États sont loin d’être sur la même longueur d’onde.

Les tentatives de coup d’État des Émirats en Libye et au Yémen peuvent-elles aboutir ?
Lire

Ces dernières années, il semblerait que les Émirats arabes unis aient décidé de redéfinir leurs priorités (parfois contradictoires) : défendre la stabilité et l’autoritarisme contre les tentatives de démocratisation et contre l’islam politique (avec un rapprochement avec l’Iran en filigrane) et se façonner un réseau maritime, quitte à renforcer le séparatisme (au Yémen comme au Somaliland).

Au Yémen, la grande coalition menée par la monarchie saoudienne contre la rébellion houthie s’est réduite comme une peau de chagrin.

Militairement et politiquement, après plus de cinq ans de guerre, les Houthis – qui contrôlent Sanaa et une bonne partie du territoire et de la population yéménites – sont en position de force et la défaite saoudienne (et, incidemment, du camp loyaliste du président Abdrabbo Mansour Hadi) ne fait plus aucun doute.

Tout en jouant la carte antiterroriste et en reprochant au gouvernement loyaliste – et, indirectement, aux Saoudiens – de s’accommoder des Frères musulmans du parti al-Islah (la réforme), les Émirats soutiennent les séparatistes du sud – qui contrôlent Aden.

En avril 2020, ces derniers sont allés jusqu’à proclamer l’autonomie des provinces du sud. En somme, l’Arabie saoudite n’a plus la main sur le Yémen : le nord et le sud sont majoritairement tenus respectivement par les Houthis et les séparatistes.

Cette « émancipation » d’Abou Dabi dans son alliance avec Riyad a une conséquence géopolitique notable : le bras de fer entre les Émirats et la Turquie vient sérieusement concurrencer la guerre froide entre l’Arabie saoudite et l’Iran.

Mohammed ben Salmane aura été bien meilleur en organisateur de festivals qu’en stratège

En définitive, le bilan de cette alliance saoudo-émiratie dans le monde arabe est peu reluisant.

Le coup d’État contre Morsi en Égypte est l’unique « victoire » que l’on peut lui concéder. D’un point de vue idéologique, les populations arabes (et les Algériens et les Libanais l’ont récemment rappelé) ne sont plus enclines à se contenter de la rhétorique de l’autoritarisme contre l’instabilité.

Mais c’est surtout le bilan de la politique étrangère saoudienne qui est catastrophique : éviction de l’Irak, défaite en Syrie, recul au Liban, déroute au Yémen et mauvais calculs en Libye. Mohammed ben Salmane aura été bien meilleur en organisateur de festivals qu’en stratège.

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Adlene Mohammedi
Adlene Mohammedi holds a PhD in political geography and is specialist in Arab politics in Russia. He runs Araprism, a website and an association dedicated to the Arab world