Aller au contenu principal

Affaire conclue : comment la Palestine a été liquidée par le processus de paix

Les détails de l’initiative de paix américaine communément appelée « accord du siècle » ont été promis pour bientôt. Cependant, le soutien de Donald Trump à Israël a déjà modifié la réalité sur le terrain
Le président américain Donald Trump aux côtés du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou après la signature d’une proclamation reconnaissant la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan, le 25 mars 2019 (AFP)

En novembre 2016, juste après sa victoire aux élections, le président américain élu Donald Trump s’est vanté de son intention de mettre fin au conflit israélo-palestinien en concluant ce qu’il appelait alors « l’accord ultime ».

Surnommant ce conflit « la guerre sans fin », Trump déclarait au Wall Street Journal : « En tant que négociateur, j’aimerais conclure […] l’accord qui ne peut pas l’être. Et le faire pour le bien de l’humanité. »

Vieille ville de Jérusalem : comment le passé de la Palestine est lentement effacé
Lire

Milliardaire magnat de l’immobilier et star de la télé-réalité connu pour ses relations commerciales avec le marché immobilier de New York, ce n’était pas la première fois que Trump présentait le rétablissement de la paix et la diplomatie comme une transaction commerciale.

Interrogé en mars 2016 lors de sa campagne électorale sur la meilleure affaire de sa vie, il a déclaré qu’il s’agissait de la création de 6 000 logements dans le West Side à Manhattan.

Son intervieweur lui a ensuite demandé quelle serait la meilleure affaire qu’il pourrait conclure en tant que président.

« La paix dans le monde entier serait la meilleure affaire. Et je pense que je saurais le faire mieux que quiconque, mais la paix dans le monde entier », fut sa modeste réponse.

Une fois en poste, Trump a confié à un autre spéculateur immobilier, son gendre Jared Kushner, la mission de parvenir à cet accord, désormais largement surnommé l’« accord du siècle ».

« Claque du siècle »

Il s’est depuis transformé en l’initiative de paix la plus controversée et la plus scandaleuse de la longue et triste histoire des initiatives de paix au Moyen-Orient.

Annexion : Israël contrôle déjà plus de la moitié de la Cisjordanie
Lire

Les dirigeants palestiniens ont refusé d’ouvrir le dossier et de participer aux négociations, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas qualifiant le projet de « claque du siècle ».

Trump a entre-temps fermé la mission de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Washington, il a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et le plateau du Golan syrien occupé comme territoire israélien.

En outre, il a réduit les fonds destinés à l’agence d’aide humanitaire de l’ONU, l’UNRWA, qui gère des écoles et des installations médicales pour des millions de réfugiés palestiniens dans la région, tout en fournissant leur principale source d’emploi.

Il a en outre demandé unilatéralement un changement de la définition de « réfugié », décidant que tous les réfugiés sauf 500 000 sur un total estimé à 5,5 millions devraient être déchus de leur statut.

Gaza : l’enclave palestinienne asphyxiée
Lire

Tout cela dans le but de « démolir et reconstruire » le Moyen-Orient.

La semaine prochaine, des représentants américains, israéliens et arabes se réuniront à Bahreïn les 25 et 26 juin pour un « atelier économique » dans le but de recueillir des promesses de financement pour les Palestiniens, au cas où ils accepteraient l’accord qui n’est toujours pas publié. Ils ont juré à plusieurs reprises de le refuser

Cet accord divise les analystes. Certains pensent qu’il est conçu pour échouer. D’autres pensent que le fait qu’il soit publié ou non importe peu – il est déjà en train d’être adopté sur le terrain, le processus de « rétablissement de la paix » ne servant plus qu’à couvrir le soutien unilatéral de l’administration américaine à Israël.

Réfugiés : l’« accord du siècle » de Trump est voué à l’échec
Lire

Middle East Eye examine cette thèse dans une série d’articles. Dans le premier, nous examinons comment la réalité change pour préparer l’annexion permanente de vastes régions de la Cisjordanie par Israël.

Dans les articles suivants, nous examinerons comment évolue le statut des réfugiés ; comment l’accès à la vieille ville de Jérusalem est restreint ; comment l’étau sur Gaza se resserre progressivement ; et, enfin, comment les « promesses de Gascon », avec de grosses sommes d’argent en suspens pour inciter les Palestiniens à accepter un accord inéquitable, ne sont en rien une nouveauté. 

Nous avons appelé la série « Affaire conclue » car, peu importe ce qui se dira dans les mois à venir, peu importe ce qui se trame dans les sphères du pouvoir à Washington DC, Manama ou ailleurs, la réalité sur le terrain a déjà changé de façon fondamentale et rien ne semble l’arrêter.

Traduit de l’anglais (original).