Aller au contenu principal

L’Algérie, le Maroc et la Tunisie en alerte face au coronavirus

Rapatriements, fausses rumeurs et informations officielles : voici le point sur les mesures prises en Afrique du Nord contre l’épidémie de coronavirus
Ce lundi, un avion d’Air Algérie a rapatrié plusieurs ressortissants algériens, tunisiens, libyens et mauritaniens depuis Wuhan. Le Maroc aussi a rapatrié dimanche ses ressortissants (AFP)
Par
ALGER, Algérie

Alors que les rumeurs sur des cas de malades atteints par le nouveau coronavirus se propagent sur les réseaux sociaux, que ce soit au Maroc, en Algérie ou en Tunisie, les autorités démentent et mettent en garde contre les risques de confusion avec les cas de grippe.  

En Algérie, le directeur général de la prévention et de la lutte contre les maladies transmissibles au ministère de la Santé est intervenu dimanche sur la radio nationale pour rappeler : « Les gens confondent la grippe saisonnière et le coronavirus, même s’il est vrai que les manifestations cliniques sont à peu près les mêmes. La grippe saisonnière tue plus que le coronavirus. À l’heure actuelle, nous avons cinq décès par grippe saisonnière. »

Le Maroc « qui accueille depuis 2018 entre 150 000 et 190 000 touristes chinois n’est pas à l’abri. D’autant que a Royal Air Maroc (RAM) vient d’inaugurer sa première ligne Casablanca-Pékin », s’inquiète de son côté le site Médias 24.

Les trois cas suspects détectés par le Système national de veille et de surveillance épidémiologique au Maroc étaient finalement atteints de grippe saisonnière. La Royal Air Maroc a par ailleurs annoncé jeudi la suspension de ses vols vers Pékin, du 31 janvier au 29 février, « en raison de la forte baisse de la demande ».

Le Maroc a rapatrié dimanche 167 ressortissants qui se trouvaient à Wuhan, épicentre de l’épidémie du nouveau coronavirus en Chine, et les a placés dans des structures hospitalières où ils resteront « vingt jours » sous surveillance médicale.

Un avion de la RAM a atterri en matinée à l’aéroport de Benslimane, entre Rabat et Casablanca. Au total, 167 Marocains en provenance de Wuhan se trouvaient à bord, dont 52 femmes, a précisé l’agence MAP qui souligne qu’ils sont « en très bon état ».

« Nous allons procéder entre aujourd’hui et demain à des prélèvements pour des examens virologiques dans un laboratoire dédié à cette fin, en vue de s’assurer qu’ils ne portent pas le virus en question, et seront gardés en observation médicale durant toute la période possible d’incubation de la maladie », a prévenu le directeur de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies, Mohammed Youbi.

L’Algérie a elle aussi annoncé dimanche qu’un avion d’Air Algérie, la compagnie nationale, avec à son bord un staff médical spécialisé, avait décollé dans la nuit à destination de la Chine.

Il a permis le rapatriement depuis Wuhan de 36 Algériens, en majorité des étudiants. Il a aussi transporté – à la demande de leurs gouvernements respectifs – dix Tunisiens et des étudiants libyens et mauritaniens également bloqués dans la ville chinoise.

L’avion est parti d’Alger avec 500 000 masques à trois couches, 20 000 lunettes de protection et 300 000 gants pour contribuer à faire face à la propagation du nouveau virus.

Concernant les étudiants algériens, le ministère de la Santé a « aménagé des services » au sein de l’Établissement hospitalier spécialisé dans les maladies infectieuses (EHS) El-Hadi Flici à Alger. Un staff médical spécialisé veillera au suivi de ces rapatriés, pendant une durée de quatorze jours, « période d’incubation du virus », a précisé l’agence APS.

Ce lundi, Air Algérie a, comme la RAM, annoncé la suspension de ses vols vers la Chine. « Deux raisons sont avancées par la direction de la compagnie aérienne nationale pour expliquer cette décision », relève le site Visas Voyages Algérie en citant le porte-parole d’Air Algérie : l’aspect sanitaire lié à la propagation du coronavirus et le très faible taux de réservation.

Dans les trois pays, des dispositifs équivalents de dépistage sont entrés en vigueur, a minima dans l’aéroport de la capitale.

Caricature de Dilem, dans Liberté, le 27 janvier, alors que Recep Tayyip Erdoğan était en visite à Alger pour le dossier libyen (capture d’écran)

Le ministre algérien de la Santé a ainsi annoncé qu’un dispositif de contrôle épidémiologique avait été mis en place à l’aéroport Houari Boumédiène où les passagers de dix vols quotidiens, notamment en provenance de Dubaï, d’Istanbul, de Doha, du Caire et de Pékin, sont soumis à des caméras thermiques.

Même chose en Tunisie où, parmi les mesures prises par les autorités, des caméras thermiques ont été installées à l’aéroport international de Tunis Carthage, lieu d’entrée des voyageurs arrivant de Chine via d’autres villes d’Asie et d’Europe.