Aller au contenu principal

Polémique à Paris autour d’une publicité pour le tourisme en Arabie saoudite 

Reporters sans frontières estime que cette publicité affiche « le cynisme de l’Arabie saoudite, le peu de cas qu’elle fait des réactions internationales et son mépris des libertés fondamentales » 
L’affiche polémique se trouve dans le 9e arrondissement de Paris, au carrefour de Chaussée-d’Antin-La Fayette (Twitter)

L’ONG Reporters sans Frontières (RSF) a annoncé mardi 29 octobre avoir saisi la justice française pour obtenir le retrait d’une immense affiche vantant le tourisme en Arabie saoudite. En cause : une publicité installée sur la façade d’un immeuble parisien, placardée un an à peine après l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, perçue comme une « provocation » et une « atteinte à la dignité humaine ».

Cette affiche de « 342 m2 », selon RSF, est apposée sur un immeuble en angle donnant sur le boulevard Haussmann, en plein cœur du quartier des grands magasins à Paris. Elle « fait partie d’une vaste campagne de publicité mondiale destinée à promouvoir le pays comme destination touristique », rappelle RSF, et a reçu une autorisation administrative (sous la forme d’un arrêté préfectoral) le 1er octobre.

« Un an presque jour pour jour après l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué et démembré dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul par des agents de Riyad, RSF estime que cette publicité affiche le cynisme de l’Arabie saoudite, le peu de cas qu’elle fait des réactions internationales et son mépris des libertés fondamentales », indique l’association de défense de la liberté de la presse.

« Une inacceptable atteinte à la dignité humaine »

« Afin d’obtenir le retrait de cette publicité », RSF a précisé avoir déposé une plainte en référé (une procédure d’urgence) devant un juge administratif, pour demander « que l’arrêté préfectoral autorisant son affichage soit annulé ». 

Assassinat de Jamal Khashoggi : l’effroyable lâcheté de l’Occident
Lire

Et ce au motif qu’elle constitue « une inacceptable atteinte à la dignité humaine, et par conséquent un grave trouble à l’ordre public ».

RSF a organisé plusieurs actions ces dernières semaines pour exiger que toute la lumière soit faite par les autorités saoudiennes sur l’assassinat de Jamal Khashoggi et que le pays (placé à 172e place sur 180 dans son classement mondial de la liberté de la presse) cesse ses graves atteintes à l’égard des journalistes.

Dans ce cadre, l’ONG avait notamment disposé des mannequins démembrés devant le consulat d’Arabie saoudite en France, début octobre.

L’affichage de cette publicité pour le tourisme dans le royaume saoudien avait déjà suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux.

C’est une association d’étudiants de Sciences Po qui a déclenché cette polémique. L’association Critique de la raison européenne avait interpellé la maire de Paris, Anne Hidalgo, sur Twitter : « Pardon de vous déranger, mais peut-on avoir une explication sur cette promotion gigantesque en face des Galeries Lafayette pour l’Arabie saoudite... qui semble avoir oublié de mentionner ses décapitations d’opposants et lapidations de femmes sur l’affiche ».

Danielle Simmonet, élue Front de gauche et conseillère de Paris, a également réagi sur Twitter : « Un pays qui lapide les femmes, décapite ses opposants, meurtrier au Yémen, l’Arabie saoudite, peut faire sa pub en immense au cœur de Paris mais les féministes qui dénoncent les féminicides sur les murs des quartiers, elles, prennent des amendes ? ». 

Le maire du deuxième arrondissement de Paris, l’écologiste Jacques Boutault, tweete également : « La pub, vraiment, ça pue. Cette promotion d’une monarchie totalitaire est inique et... interdite car une bâche n’est autorisée que si elle est posée sur un bâtiment inscrit au patrimoine. »