Aller au contenu principal

Une victime présumée de viol accusée de relations sexuelles extra-conjugales à Dubaï

Les deux Britanniques accusés du viol ont eu leurs passeports confisqués mais ne font face à aucune poursuites
Une photo prise le 14 novembre 2016 montre la « super lune » s’élever au-dessus des bâtiments de Dubaï (AFP)
Par

Une Britannique a été accusée d’avoir des relations sexuelles hors mariage à Dubaï après avoir déclaré qu’elle avait été violée par deux hommes britanniques.

La femme a été libérée sous caution, mais son passeport a été confisqué.

« Nous soutenons une femme britannique en relation avec ce cas et nous restons en contact avec sa famille », a déclaré le ministère des Affaires étrangères jeudi, selon la BBC.

Les passeports des deux hommes, qui seraient originaire de Birmingham, ont également été confisqués, mais aucune accusation n’a été portée contre eux. Le ministère des Affaires étrangères serait également en contact avec eux.

Une photo publiée sur le compte Instagram d’un acteur de The Only Way is Essex, une série télévisée, montrait l’acteur en train de se détendre avec les deux hommes.

La victime supposée, qui a 25 ans et a besoin de 24 000 livres Sterling pour ses frais légaux, résiderait chez une famille anglaise et serait « absolument terrifiée » selon un ami de la famille.

« Ils ont pris son passeport le temps que les avocats argumentent le cas », a déclaré un ami au journal The Sun.

« Elle s’est rendue à la police en tant que victime de l’une des plus terribles épreuves imaginables mais elle est traitée comme une criminelle. »

Radha Stirling, de l’organisation Detained in Dubai (« Retenues à Dubaï »), a déclaré qu’il n’était toujours pas sans danger de rapporter des allégations d’agression sexuelle à la police aux Émirats arabes unis.

« Nous avons été impliqués dans plusieurs cas similaires par le passé, et nous travaillons avec les avocats et les familles. Nous avons mené des campagnes pour changer l’attitude de la police et de la justice », a-t-elle déclaré à la BBC.

« Les cas récents… montrent qu’il n’est toujours pas sûr pour les victimes de parler de ces crimes à la police sans risquer une double punition. »

Les lois strictes de Dubaï sur la sexualité ont déjà posé des problèmes aux étrangers par le passé.

Deux Britanniques accusés d’avoir eu des relations sexuelles sur la plage de Jumeirah, aux Émirats arabes unis, ont été emprisonnés pendant trois mois en 2008.

Le ministère des Affaires étrangères britannique a auparavant déclaré que les Britanniques étaient proportionnellement plus susceptibles d’être arrêtés aux Émirats arabes unis que dans n’importe quel autre pays.

Traduit de l’anglais (original).