Aller au contenu principal

Bolivie : un coup d’État pour Israël aussi

La droite cherche à reconquérir la Bolivie, à démanteler la solidarité avec la Palestine et à faire appel à des conseillers israéliens pour aider à écraser les manifestations
Des gens manifestent en soutien au président bolivien renversé, Evo Morales, à Buenos Aires, le 22 novembre (AFP)

Peu de temps après que le président bolivien de gauche Evo Morales a été évincé lors d’un coup d’État soutenu par les États-Unis en novembre – déguisé en noble réaction à une présumée fraude électorale – l’autoproclamé gouvernement bolivien « par intérim » et on ne peut plus à droite a annoncé le renouvellement des relations diplomatiques avec Israël. 

Celles-ci avaient été rompues par Morales en 2009 lors de l’opération israélienne Plomb durci dans la bande de Gaza, qui avait tué quelque 1 400 Palestiniens, dont plus de 300 enfants. Bien qu’Israël se soit naturellement présenté comme la seule victime de l’affaire, le ratio entre les morts civiles palestiniennes et les civils israéliens était de 400 contre 1.

Lors d’un bain de sang ultérieur perpétré par les Israéliens à Gaza en 2014, celui-ci baptisé opération Bordure protectrice et entraînant le massacre de 2 251 Palestiniens (dont 299 femmes et 551 enfants), Morales a dénoncé Israël comme un « État terroriste » – une évaluation parfaitement exacte, compte tenu des circonstances et des antécédents d’Israël.

Reprise des relations

Il n’est donc pas surprenant qu’Israël ait été prompt à accueillir ce rapprochement avec le gouvernement nouvellement purgé de la Bolivie après le coup d’État de novembre, le site d’information israélien Ynet rapportant que « la reprise des relations entre la Bolivie et Israël a été rendue possible par la fin du règne de l’ancien président hostile Abou Morales ».

Quant à l’expérience présumée d’Israël dans la « gestion des terroristes », qui mieux qu’un État terroriste pour offrir une formation antiterroriste ?

D’autres possibilités de rapprochement se sont rapidement concrétisées, alors que la Bolivie s’est mise à demander l’aide d’Israël pour former des unités de police aux opérations antiterroristes. Le 6 décembre, le ministre bolivien de l’Intérieur par intérim, Arturo Murillo, a déclaré à Reuters : « Nous les avons invités à nous aider. Ils ont l’habitude de gérer des terroristes. Ils savent comment les gérer. La seule chose que nous voulons, c’est apporter la paix. »

Les « terroristes » censés faire des ravages en Bolivie sont, selon l’article de Reuters, « des gauchistes radicaux qui seraient liés [au président vénézuélien Nicolás] Maduro et des trafiquants de drogue qui, selon le gouvernement [par intérim bolivien], ont provoqué des troubles meurtriers dans le pays ». En d’autres termes, le méli-mélo habituel d’épouvantails locaux a été ressorti pour justifier toute entreprise de droite nécessitant une justification – et peu importe que ce soit l’armée et la police boliviennes qui aient perpétré des massacres.

Marketing de la répression

Quant à l’expérience présumée d’Israël dans la « gestion des terroristes », qui mieux qu’un État terroriste pour offrir une formation antiterroriste ? Il est certain que les plus de sept décennies de nettoyage ethnique des Palestiniens et d’entrave à la paix à chaque tournant en font un candidat solide pour assister la Bolivie en tant qu’artisan de paix.

Mais c’est précisément la vaste expérience d’Israël dans la répression brutale – et souvent mortelle – qui rend ses tactiques si faciles à vendre aux régimes de droite dans le monde entier. En Amérique latine en particulier, Israël a été complice de tout, de l’armement et la formation d’escadrons de la mort au Guatemala et au Salvador, allant jusqu’à alimenter le comportement meurtrier de l’ancien dictateur chilien notoire Augusto Pinochet et celui de l’actuel régime chilien

Est-ce une pure coïncidence, se demande-t-on, si les forces de sécurité israéliennes et chiliennes ont récemment montré un penchant pour viser les yeux ? 

"
La police antiémeute bolivienne tire des gaz lacrymogènes pour disperser les partisans d’Evo Morales à La Paz, le 13 novembre (AFP)

Pendant ce temps, les forces de droite en Bolivie semblent être d’accord avec Israël sur l’importance prioritaire de supprimer les droits autochtones et d’effacer l’identité autochtone. Alors qu’Israël poursuit ses efforts pour éliminer le concept de « palestinité » – souvent en éliminant physiquement les Palestiniens dans le processus – la droite bolivienne salive en ce moment à la perspective d’inverser l’émancipation des autochtones qui a eu lieu sous Morales, le premier et unique président autochtone de la nation.

Fin novembre, 33 opposants environ au coup d’État avaient été tués – la grande majorité d’entre eux étaient des autochtones – et des centaines d’autres blessés lors de confrontations avec les forces de sécurité boliviennes, comme l’a souligné la journaliste bolivienne Jacquelyn Kovarik dans une interview à The Real News Network.

Alliance génocidaire

Après le renversement de Morales, a rapporté Jacquelyn Kovarik, « des gens – en particulier dans l’armée – ont commencé à brûler le wiphala, le drapeau arc-en-ciel qui représente tous les peuples autochtones ainsi que les Afro-Boliviens, et est encore une fois un drapeau qui représente les Pueblos autochtones non seulement en Bolivie, mais dans toutes les Andes ».

Mais, vous savez, la révolte était la faute de ces terroristes-trafiquants de drogue de la gauche radicale soutenus par le Venezuela.

Tirer parti des intérêts communs de l’Amérique latine et de la Palestine
Lire

Comme on pouvait s’y attendre, l’annonce par le gouvernement bolivien par intérim du renouvellement imminent des relations diplomatiques avec Israël a été saluée par l’administration Trump, tandis que le tristement célèbre site d’information d’extrême droite Breitbart a applaudi l’utilisation de la présidente par intérim Jeanine Áñez de « son temps au pouvoir pour réhabiliter une grande partie du gouvernement du pays au lendemain de près d’une décennie et demie de régime socialiste ; rétablir des relations diplomatiques avec Israël était un élément proche du sommet de la liste des réformes qu’elle désirait. »

Après tout, quoi de plus utile au Bolivien lambda luttant pour survivre qu’une alliance diplomatique avec une entité génocidaire de l’autre côté de la planète ?

Le Times of Israel a cité le ministre israélien des Affaires étrangères, Israel Katz, qui saluait pour sa part le rapprochement comme « contribuant aux relations étrangères d’Israël et à son statut international ».

Et alors que la droite cherche à reconquérir la Bolivie – démantelant la solidarité avec la Palestine et tenter de disculper la brutalité israélienne par la même occasion – il ne fait aucun doute que le coup d’État contre Morales a été un coup d’État pour Israël également.

- Belen Fernandez est l’auteure de Exile: Rejecting America and Finding the World et de The Imperial Messenger : Thomas Friedman at Work. Elle collabore à la rédaction du magazine Jacobin.

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

Belen Fernandez
Belen Fernandez is the author of Exile: Rejecting America and Finding the World and The Imperial Messenger: Thomas Friedman at Work. She is a contributing editor at Jacobin magazine.