Aller au contenu principal

Al Hoceima : nouveaux heurts entre manifestants et forces de l'ordre

Ce lundi, le mouvement de contestation du Rif marocain a organisé une nouvelle manifestation à Al Hoceima. Dans un village voisin, des affrontements ont éclaté avec les forces de l'ordre
Les nouveaux affrontements, ce lundi 26 juin près d'Al Hoceima, ont fait des blessés notamment du côté des manifestants, comme le rapporte le journal marocain Alyaoum24.com (Facebook)

De nouveaux heurts ont opposé lundi forces de l'ordre et manifestants dans la province d'Al Hoceima, dans le nord du Maroc, où la contestation sociale perdure.

Ces violences interviennent au lendemain d'une déclaration du roi Mohammed VI qui a dénoncé la lenteur des chantiers de développement mis en œuvre par le gouvernement dans cette région.

Un « grand rassemblement » à l'appel du mouvement de contestation, appelé hirak, était programmé lundi dans la ville d'Al Hoceima, jour de l'Aïd el-Fitr, la fête marquant la fin du Ramadan.

Mais les forces de l'ordre largement déployées ont « usé de la force » pour disperser ce rassemblement, selon des médias locaux et l’AFP.

La police a « complètement verrouillé Al Hoceima » et « multiplié des contrôles » sur les routes menant à cette ville, épicentre d'un mouvement de contestation pacifique qui secoue le nord du royaume depuis huit mois. 

EN IMAGES : À Al Hoceima, la colère ne dort pas la nuit

« Des manifestants venant de localités voisines, notamment d'Imzouren et de Tammassin, ont été empêchés d'y accéder », a confié à l'AFP un journaliste local.

À Ajdir, près d'Al Hoceima, des « heurts ont éclaté entre les forces de l'ordre et des manifestants qui voulaient se rendre à Al Hoceima », a-t-il poursuivi, faisant état de « blessés » et d'une « dizaine d'arrestations » dans les rangs des manifestants.

À Al Hoceima même, des centaines de manifestants sont parvenus à se rassembler vers 17 h mais ont été « brutalement réprimés par les forces de l'ordre », a-t-il accusé.  

Les protestataires venaient réclamer la libération des détenus du hirak qui revendique le développement d'une région se disant « marginalisée ».

Car la province septentrionale et enclavée d'Al Hoceima, dans la région historiquement frondeuse du Rif, est plongée dans un marasme économique avec un taux de chômage particulièrement élevé. 

Traduction : « Des manifestants se rendent à Al Hoceima pour participer à une marche pour exiger la libération des détenus, interdite par des barrières de sécurité »

Pour trouver une issue à la crise, l'État marocain a relancé ou accéléré ces derniers mois un vaste programme de projets d'infrastructures. 

Mais Mohammed VI a tancé dimanche ses ministres pour la « non exécution », « dans les délais impartis », de ces projets et ordonné une enquête pour déterminer les responsabilités. 

« Aucune issue à la crise n'est possible sans la libération des détenus », a estimé un élu local contacté par l'AFP.  

Car « la situation s'est compliquée avec les arrestations », alors que « la lenteur des procédures judiciaires a envenimé la situation. S'il y a des innocents, qu'ils soient libérés pour apaiser les tensions », a-t-il ajouté.

Les critiques d'ONG locales et internationales se multiplient pour dénoncer la « répression » et « les arrestations arbitraires », tout en appelant à la libération des détenus