Aller au contenu principal

Ancien ou pas ? Les experts israéliens des antiquités bluffés par un mystérieux objet

Les usagers des réseaux sociaux en Israël ont résolu en quelques heures un mystère qui déconcerte depuis longtemps les autorités des antiquités du pays
Un mystérieux artéfact plaqué or de 7,7 kg découvert dans une synagogue de Jérusalem, 22 décembre 2015 (Autorité israélienne des Antiquités/Yuli Schwartz)
Par

Quand un mystérieux artéfact plaqué or de 7,7 kg a fait son apparition dans un cimetière israélien, les experts des antiquités n’ont su quoi penser. Certains archéologues ont estimé que l’objet aux rainures dorées, doté à chaque extrémité de ce qui semble être des poignées, devait être un trésor hérité des anciens habitants d’Israël – à travers les siècles, de nombreuses civilisations ont laissé leur empreinte dans les environs de Jérusalem et de nombreuses fouilles archéologiques sont visibles à travers la ville.

Harmoniseur Beamer Weber-Isis (http://weberbio.de)

D’autres chercheurs ont cependant rejeté cette théorie, pensant que l’objet était en fait moderne, mais sans toutefois savoir ce qu’il pouvait être.

Incapables de parvenir à une conclusion, les archéologues ont ouvert le débat au public, demandant aux lecteurs du journal Haaretz d’exprimer leurs avis sur ce mystère.

Peu pensait que la vérité pût être faite rapidement, or quelques heures après la publication de l’appel à contributions sur les réseaux sociaux, les lecteurs ont trouvé la solution en indiquant que le mystérieux objet ressemblait de façon frappante à un harmoniseur Beamer Weber-Isis, un appareil vendu sur internet pour environ 350 dollars.

L’harmoniseur servirait à optimiser les champs d’énergie personnels et à purifier l’air de tout effet secondaire négatif issu des ondes électriques produites par des dispositifs électroniques tel que la WiFi.

« Depuis sa découverte, le personnel de l’Autorité israélienne des Antiquités a cherché à comprendre ce qu’était cet objet. Celui-ci a été envoyé au laboratoire de l’institut des sciences Weizmann, où l’on a découvert qu’il était recouvert de nickel d’or mais élaboré à partir d’un seul métal », a expliqué à Haaretz Amir Ganor, chef de l’unité antivol de l’autorité.

« Au départ, nous pensions qu’il s’agissait d’un objet militaire, puis nous avons commencé à rêver. Cela fait longtemps que je travaille dans ce domaine et je n’ai pas souvenir d’un tel mystère. »

Traduction de l’anglais (original).