Aller au contenu principal

L’EI viole et torture également des femmes sunnites

HRW a documenté des cas de détentions arbitraires, de passages à tabac, de mariages forcés et de viol sur les femmes dans les zones sous leur contrôle
Des Irakiennes passent devant un panneau du groupe État islamique (EI) dans la partie est de Mossoul libérée récemment, le 17 janvier (AFP)

Les combattants du groupe de l’État islamique, dont les abus contre les Yézidies ont été bien documentés, violent et torturent également des sunnites, a déclaré lundi Human Rights Watch (HRW).

L’organisation a documenté des cas de détentions arbitraires, de passages à tabac, de mariages forcés et de viols commis par des militants à l’encontre des femmes qui ont fui la ville de Hawijah, qui est toujours sous contrôle de l’EI.

HRW a raconté l’histoire de Hanan, une jeune femme de 26 ans dont le mari avait déjà fui Hawijah, qui a été capturée par des combattants de l’EI avec d’autres femmes alors qu’elles tentaient à leur tour de fuir la ville.

Les combattants de l’EI lui ont dit que la fuite de son mari faisait d’elle une apostate et qu’elle devait épouser le chef des militants locaux.

Quand elle a refusé, on lui a bandé les yeux, elle a été battue avec des câbles en plastique, suspendue par les bras pendant un certain temps, puis violée.

« Le même type m’a violée tous les jours pendant le mois suivant sans un bandeau, toujours devant mes enfants », a déclaré Hanan à HRW.

Le groupe a indiqué que la question ne recevait pas suffisamment d’attention et que trop peu était fait pour s’attaquer à la stigmatisation qui empêche de nombreuses autres victimes de se présenter.

« On sait peu de choses des violences sexuelles commises contre des femmes sunnites vivant sous la domination de l’EI », a déclaré Lama Fakih, directrice adjointe de la division Moyen-Orient à HRW.

« Nous espérons que la communauté internationale et les autorités locales feront tout leur possible pour donner à ce groupe de victimes le soutien dont elles ont besoin », a-t-elle déclaré.

Le groupe État islamique, qui a proclamé un « califat » à cheval sur l’Irak et la Syrie en juin 2014, prétend suivre une branche pure de l’islam sunnite tel qu’il était pratiqué au temps de Mahomet.

Cependant, ses combattants ont justifié le viol et l’asservissement sexuel en masse des femmes de la minorité yézidie – qui ne sont ni arabes ni musulmanes – au motif qu’elles sont polythéistes.

Les récits recueillis par HRW mentionnent souvent des combattants de l’EI accusant les femmes d’apostasie, ou d’avoir abandonné leur foi, avant de les brutaliser.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.