Aller au contenu principal

Les Kurdes de Syrie proclament une nouvelle fédération dans leur quête d’autonomie

Bien que les dirigeants affirment que la Fédération de Syrie du Nord s’adresse à tous les groupes ethniques et religieux, cette mesure a été rapidement rejetée par le gouvernement syrien et les autres parties
Des responsables ont déclaré que la fédération unifierait trois cantons essentiellement kurdes (AFP)
Par

Les Kurdes de Syrie ont proclamé une « Fédération de Syrie du Nord » qui réunit trois zones à majorité kurde sous une seule et même entité. Cette annonce a été rapidement dénoncée par le gouvernement syrien, l’opposition et les puissances régionales.

D’après Idris Nassan, responsable du Parti de l’union démocratique kurde (PYD), ce plan comprendra des « zones d’autonomie administrative démocratique » sous la bannière fédérale, englobant tous les groupes ethniques et religieux vivant dans la région.

Deux responsables participant aux pourparlers impliquant des parties kurdes, arabes et autres dans la ville de Rmeilan ont indiqué à l’AFP que les délégués ont convenu d’un « système fédéral » unifiant les trois cantons majoritairement kurdes du nord de la Syrie.

Selon l’agence de presse pro-kurde Firat News Agency (ANF), le « texte décrivant le système démocratique unifié du Rojava et du nord de la Syrie » a été approuvé à l’issue d’un vote auquel ont pris part 200 délégués dont, entre autres, des représentants de groupes ethniques arabes, kurdes, arméniens, turkmènes, tchétchènes ou encore syriaques.

Les frontières de la région fédéraliste doivent encore être établies, selon un délégué qui a participé aux pourparlers et qui s’est exprimé sur Twitter.

[[{"fid":"34247","view_mode":"default","fields":{"format":"default"},"type":"media","link_text":"pic.twitter.com/pIa0KWns8y","attributes":{"class":"twitter-tweet media-element file-default"}}]]

Traduction : Les célébrations ont commencé à Serêkaniyê alors que l’administration du Rojava vote en faveur d’un système fédéral pic.twitter.com/pIa0KWns8y

Le gouvernement syrien et les membres de l’opposition ont affirmé avoir rejeté la déclaration.

Citant un responsable du ministère des Affaires étrangères, l’agence de presse de l’État syrien SANA a indiqué que la déclaration « n’a aucun fondement juridique » et « empiéterait sur l’unité territoriale de la Syrie ».

Du côté de l’opposition, la Coalition nationale a pour sa part mis en garde contre « toute tentative de formation d’entités, de régions ou d’administrations qui usurpent la volonté du peuple syrien ».

Un responsable turc cité par Sky News Arabia a déclaré que son comté « [n’accepterait] pas la création d’entités sur une base ethnique dans le nord de la Syrie ».

De même, les États-Unis ont précédemment fait part de leur refus de reconnaître une déclaration d’autonomie dans le nord de la Syrie.

Traduction de l’anglais (original) par VECTranslation.