Aller au contenu principal

L’étrange collaboration entre al-Qaïda et les combattants anti-Houthis

Malgré une coopération inattendue sur le champ de bataille, un sentiment de méfiance naît parfois entre les combattants anti-Houthis et al-Qaïda
Les gens se rassemblent devant un camp après sa prise par les combattants d’al-Qaïda le 12 février dans la province de Shabwa dans le sud du Yémen (AFP)

AL-MUKALLA, Yémen – Une vive querelle a éclaté fin mars entre les séparatistes du Yémen du Sud et un groupe de combattants d’al-Qaïda alors qu’ils étaient aux prises avec une incursion houthie au plus profond de la province méridionale d’Abyan. Non loin du village natal du président Abd Rabbo Mansour Hadi, la levée du drapeau noir d’al-Qaïda et le fait de permettre à certains hommes originaires du nord de combattre dans le sud constituaient la pomme de discorde entre les deux milices.

« Nous leur avons dit que s’ils veulent combattre les Houthis dans nos territoires, ils ne peuvent pas lever leur drapeau ni envoyer des combattants du Nord pour lutter contre les Houthis dans le sud », a déclaré un jeune combattant du Sud originaire de la province d’Abyan – qui a demandé à se faire appeler Mohammed afin de protéger son identité – à Middle East Eye.

Après avoir rapidement pris le contrôle de la capitale en septembre, le mouvement chiite Houthi a progressé jusqu’à étendre son influence dans le sud dominé par les sunnites, ce qui a incité les populations locales à prendre les armes pour faire reculer les Houthis. Dans le sud, le Mouvement du Sud (terme vague désignant les factions qui appellent à la renaissance de l’État du Yémen du Sud, lequel a été unifié avec le nord en 1990) a pris de l’ampleur tandis que l’expansion militaire houthie a stimulé le sentiment sécessionniste.

Considérant les Houthis comme des « hérétiques », al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA), la branche la plus active d’al-Qaïda, a également incité ses membres à lutter contre l’avancée des Houthis à travers le pays. L’impitoyable bombardement aérien de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite sur les positions houthies a aidé les combattants anti-Houthis et leur a permis d’adopter une position offensive depuis juillet.

Le gouvernement yéménite exilé à Riyad a nié ou s’est tu lorsque des médias ont indiqué que ses combattants sur le terrain sont soutenus par des militants d’al-Qaïda. Mais les combattants locaux interrogés par MEE ont confirmé la relation directe et indirecte entre les groupes.

Mohammed a déclaré que les militants d’al-Qaïda agissaient en grande partie de leur propre chef sur le champ de bataille et prenaient parfois seuls l’initiative d’attaquer les positions houthies. « Ils mènent parfois des attentats-suicides et des embuscades contre les Houthis. Nous nous rejoignons sur les lignes de front. »

Les séparatistes du Yémen du Sud ont demandé aux militants d’abaisser leurs drapeaux pour ne pas être repérés par les drones américains qui participent activement au conflit en cours. Mohammed a déclaré que les miliciens ne transportaient généralement pas d’armes lourdes afin de ne pas être frappés par des drones.

Il a ajouté qu’en général cela ne dérangeait pas les combattants d’al-Qaïda les plus prudents de fournir des armes lourdes aux séparatistes et aux autres combattants. « Nous leur avons pris des canons et des obus de char. »

Début avril, les militants d’al-Qaïda ont pris d’assaut la ville de Mukalla, la capitale de la province de l’Hadramaout, au sud-est, et la cinquième ville la plus importante du Yémen. Les militants n’ont rencontré que peu de résistance, la plupart des troupes de l’armée s’étant rendues ou ayant fui. Dans les jours suivants, les rebelles ont été vus transportant des chars, des canons et d’autres armes à travers les lignes de front de Shabwa. Al-Qaïda ainsi que les prédicateurs salafistes conservateurs ont recruté et formé des combattants dans des camps militaires avant de les envoyer se battre contre les Houthis.

Mohammed a déclaré que les miliciens d’al-Qaïda ont d’importantes ressources financières, s’étant emparés de milliards de rials yéménites à la Banque centrale de Mukalla, et aiment acheter certains types d’armes. « Ils ont beaucoup d’argent. Ils ont récemment acheté des mines qui avaient été abandonnées par les Houthis. »

Les militants d’al-Qaïda se vantent de leur participation active dans la lutte contre les Houthis à travers le pays. Dans une récente vidéo publiée sur YouTube par la branche médias du groupe, al-Malahem, le commandant sur le terrain d’al-Qaïda au Yémen, Jalal Baleedi, a déclaré que les armes et l’argent de la milice avaient constitué une bouée de sauvetage pour de nombreux groupes de combattants anti-Houthis, ajoutant qu’al-Qaïda avait transformé la ville de Mukalla en un refuge sûr pour les blessés de guerre et les personnes déplacées.

« Lorsque les moudjahidines sont entrés dans la ville de Mukalla, ils en ont fait un lieu d’approvisionnement en armes, munitions et argent », a déclaré Baleedi.

Suspicion

Malgré cette coopération inattendue entre les deux groupes sur le champ de bataille, un sentiment de méfiance naît parfois. « Ils achètent et stockent des armes. Nous pensons qu’ils se préparent pour une autre bataille, a confié un autre combattant séparatiste, qui a souhaité se faire appeler Ali, à MEE.

La méfiance s’est accrue ces derniers jours lorsque les troupes soutenues par les Saoudiens ont pénétré avec des armes lourdes dans le gouvernorat d’Abyan et d’autres provinces du Sud. Les combattants ont rapporté que les hommes d’al-Qaïda ne s’étaient pas réjouis de l’avancée des troupes et, dans son interview vidéo, Baleedi a déclaré que les forces de la coalition étaient intervenues alors que ses combattants gagnaient du terrain.

Tournant

Mohammed et Ali étaient tous deux parmi les centaines de combattants locaux qui ont combattu aux côtés des forces gouvernementales contre al-Qaïda en 2012. Trois mois plus tard, les combattants ont accepté de passer l’éponge et ont soutenu ceux-là mêmes qui les avaient repoussés hors de la province. Pour certains analystes au Yémen, ce mouvement annonce un tournant dans l’idéologie des miliciens. « Pour al-Qaïda au Yémen, les principaux ennemis sont par ordre d’importance : Satan, les États-Unis, la Grande-Bretagne et les Houthis », selon Saïd Obeid, un expert indépendant spécialisé sur l’extrémisme et basé dans la capitale yéménite.

Durant ce conflit, a expliqué Obeid, les miliciens d’al-Qaïda ont paru moins enclins à déclarer leur propre émirat islamique et ont semblé prêts à rompre le pain avec d’autres groupes sunnites qui les avaient combattus par le passé.

« Les membres enthousiastes d’al-Qaïda en sont venus à la conclusion qu’ils peuvent servir leur religion non pas en proclament leur propre État, mais en luttant contre l’expansion des Houthis avec d’autres combattants de la résistance. »
 

Traduction de l’anglais (original) par VECTranslation.