Aller au contenu principal

Arabie saoudite : Neom toujours plus grand, les consultants étrangers toujours plus riches

Les employés étrangers des projets saoudiens perçoivent des salaires exonérés d’impôts qui frôlent le million de dollars alors que les tribus locales déplacées pour Neom touchent des indemnités dérisoires
Les participants au Rallye Dakar longent la mer Rouge dans la mégapole saoudienne de Neom, le 12 janvier 2021 (AFP)
Les participants au Rallye Dakar longent la mer Rouge dans la mégapole saoudienne de Neom, le 12 janvier 2021 (AFP)

L’ambitieuse et révolutionnaire mégapole de Neom en Arabie saoudite enrichit les consultants de plusieurs centaines de milliers de dollars, selon de nouvelles informations, alors même que les tribus locales déplacées touchent des indemnités dérisoires ou que leurs membres languissent en prison.

Pour un article publié par Bloomberg jeudi, 25 anciens et actuels employés de Neom ont été interrogés et 2 700 pages de documents internes ont été examinées, révélant les rêves bizarres et follement futuristes du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) – et la rémunération exorbitante des consultants étrangers pour les concrétiser. 

« MBS paiera le prix qu’il faut pour les relations publiques et laver sa réputation. Il fera tout pour prétendre transformer l’Arabie saoudite en pays civilisé »

- Alya al-Huwaiti, activiste saoudienne

Mégapole saoudienne se vantant de faire 33 fois la superficie de New York, Neom comprendra une ville sur une ligne droite de 170 km, une ville octogonale flottante, une station de ski avec un village vertical, entre autres projets grandioses à l’architecture ambitieuse.

Selon Bloomberg, les principaux consultants étrangers de Neom se voient offrir des salaires exonérés d’impôts allant jusqu’à 900 000 dollars pour des idées qui ne verront probablement jamais le jour. 

« Si je devais résumer tout le travail que j’ai fait dans cette région, c’étaient des présentations et des PowerPoint qui allaient directement à la corbeille la semaine suivante », confie un ancien responsable. 

« C’était la partie la moins productive de ma vie en matière de véritables accomplissements mais la plus lucrative. »

Des habitants déplacés et emprisonnés

Le projet est construit dans le Nord-Ouest de l’Arabie saoudite, dans la province de Tabuk, où la tribu des Howeitat vivait depuis des siècles, mais a depuis été déplacée. 

En avril 2020, l’activiste tribal Abdul-Rahim al-Howeiti avait été abattu peu après avoir réalisé des vidéos contestant son expulsion pour laisser la place à la mégapole.

« MBS paiera le prix qu’il faut pour les relations publiques et laver sa réputation », déclare à Middle East Eye Alya al-Huwaiti, activiste dissidente de la tribu vivant au Royaume-Uni, à la lecture de la rémunération des consultants pour les projets sur sa terre ancestrale.

Le meurtre d’un activiste saoudien révèle les tensions suscitées par le projet de mégapole de ben Salmane
Lire

« Il fera tout pour prétendre transformer l’Arabie saoudite en pays civilisé. Mais ce n’est pas vrai, parce qu’[un pays civilisé] n’aurait pas tous ces prisonniers, ne tuerait pas les gens et ne les déplacerait pas de force. »

Selon l’article de Bloomberg, les indemnités compensatoires pour les déplacés peuvent atteindre un million de rials (266 000 dollars) pour les propriétaires de grands biens immobiliers et 100 000 rials (27 000 dollars) pour ceux dont les biens sont plus petits. 

Mais d’après Alya al-Huwaiti, ces chiffres sont inexacts : « C’est n’importe quoi, c’est totalement faux. »     

Elle est régulièrement en contact avec les membres de sa tribu qui, dit-elle, reçoivent plutôt dans les 3 000 dollars. 

« 150 personnes ont disparu de la surface de la terre. Elles sont en prison », indique-t-elle. 

« Le frère et neuf des cousins d’Abdul-Rahim, qui ont refusé de déménager, sont en prison et ont entamé une grève de la faim il y a un mois », ajoute-t-elle. « Le gouvernement ne nous laisse pas les contacter ou les joindre. Le mystère plane autour de leur sort. » 

Ascenseurs volants et plages en marbre

L’article de Bloomberg met en lumière le côté fantasmagorique de certaines idées de la nouvelle mégapole. 

Un « guide de style » interne de Neom comprend « des ascenseurs qui volent en quelque sorte dans le ciel, un port spatial urbain, des bâtiments en forme de double hélice, les ailes ouvertes d’un faucon et une fleur en pleine floraison ». 

Certaines idées douteuses ont depuis été remisées. 

L’une d’entre elles, baptisée « Plage d’argent », était une côte délimitée par du marbre brisé… qui aurait scintillé au soleil comme de l’argent. » 

Ce projet a été abandonné en 2019 parce que selon d’anciens employés, il n’était pas assez innovant pour les dirigeants de Neom. 

L’Arabie saoudite va construire une station de ski futuriste avec un village vertical
Lire

Un projet de parc solaire à 200 milliards de dollars a lui aussi été annulé peu après son annonce. 

« Neom est un projet fantasmagorique. Rien ne se passe sur le terrain excepté quelques bâtiments qui appartiennent à MBS lui-même », déclare Alya al-Huwaiti à MEE

Trojena, la station de ski annoncée en début d’année, nécessiterait de « faire exploser de larges pans du paysage » pour construire un lac artificiel, selon Bloomberg

Andy Wirth, homme d’affaires américain dans le secteur du tourisme, a abandonné le projet en 2020 après s’être inquiété des implications environnementales et logistiques. 

« On ne pouvait même pas estimer les coûts de construction », rapporte Wirth. « On suspendait des bâtiments à l’à-pic de falaises et on ne connaissait même pas la géologie du terrain. »

Idées fantasmagoriques inspirées par Hollywood

D’anciens employés indiquent que le PDG de Neom, Nadhmi al-Nasr, est irascible et menace souvent les employés. 

Une fois, il a dit qu’il allait « sortir une arme et commencer à tirer si on ne lui disait pas qui était responsable » de l’annulation par deux sociétés d’eSports de leur partenariat avec Neom en raison de préoccupations concernant les droits de l’homme, d’après deux témoins. Al-Nasr conteste ces allégations.

L’Arabie saoudite va construire une ville octogonale flottante 
Lire

Ailleurs, Neom a engagé des consultants et designers qui avaient travaillé sur des films fantastiques et dystopiques pour Hollywood, notamment Les Gardiens de la galaxie, la trilogie The Dark Knight, World War Z et Je suis une légende

Une importante destination touristique baptisée « Golfe d’Aqaba » comprendra des marinas, des discothèques et un pensionnat, selon des documents internes. 

Mohammed ben Salmane aurait déclaré aux designers du projet qu’il préférait l’esthétique « cyberpunk » : une sous-culture de la science-fiction dans laquelle les technologies se juxtaposent à une société dystopique et oppressive.

Un document interne relatif au Golfe d’Aqaba définit le « post-cyberpunk » comme l’une de ses philosophies directrices, ce qui est décrit comme un monde futuriste avec des gratte-ciels élancés et des voitures volantes racées.

Le meilleur exemple de ce style se trouve dans le film Black Panther de Marvel.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.