Aller au contenu principal

Changements climatiques : la moitié des jeunes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord hésitent à avoir des enfants

Les jeunes rapportent à l’UNICEF que les événements climatiques extrêmes ont un impact sur leurs revenus et leur accès à l’eau et à la nourriture
Selon un sondage, 44 % des jeunes de la région déclarent que les conséquences des changements climatiques les ont fait réfléchir à deux fois à propos de fonder une famille (AFP/Samer Abdallah)
Par

Près de la moitié des jeunes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ont changé d’avis quant au fait d’avoir des enfants en raison des changements climatiques, selon l’agence pour l’enfance de l’ONU.

Selon un sondage mondial conduit pour le compte de l’UNICEF, 44 % des jeunes de la région déclarent que les conséquences des changements climatiques les ont fait réfléchir à deux fois à propos de fonder une famille. Il s’agit du taux d’inquiétude le plus élevé au monde. Les jeunes d’Afrique subsaharienne suivent de près avec 43 %.

Des manifestants pendant la COP27 à Charm el-Cheikh en Égypte, le 10 novembre (AFP/Mohammed Abed)
Des manifestants pendant la COP27 à Charm el-Cheikh en Égypte, le 10 novembre (AFP/Mohammed Abed)

Les jeunes de ces deux régions ont connu plusieurs événements climatiques extrêmes qui ont eu des répercussions sur leurs revenus et leur accès à l’eau et à la nourriture.

Le sondage, mené auprès de 243 512 personnes à travers le monde, a été publié au moment même du sommet de la COP27 qui a lieu à Charm el-Cheikh en Égypte.

« Nous vivons actuellement les impacts des changements climatiques, mais cela va bien au-delà des inondations, des sécheresses et des vagues de chaleur. Ils touchent l’espoir même », indique Paloma Escudero, directrice de la délégation de l’UNICEF à la COP27.

Un avenir en suspens

Celle-ci exhorte les pays qui convergent à Charm el-Cheikh à prendre note de ce sondage et à agir.

« En particulier en Afrique, les jeunes constatent les répercussions de ces événements climatiques extrêmes pour eux et pour ceux qu’ils aiment, et cela altère leurs projets d’avenir. Cependant, les choses n’ont pas à se passer ainsi. À la COP27, les dirigeants du monde doivent écouter cette anxiété des jeunes et agir immédiatement pour les protéger », soutient-elle.

En Afrique du Nord et au Moyen-Orient, de jeunes activistes climatiques font bouger les choses
Lire

Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, 31 % des répondants rapportent avoir eu moins de nourriture à cause des changements climatiques et 34 % disent que les sources de revenus de leur famille ont été touchées.

Par ailleurs, 35 % des jeunes de la région disent qu’il est de plus en plus difficile d’accéder à de l’eau salubre et 70 % ont envisagé de changer de pays ou de ville à cause des effets des changements climatiques.

Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord sont parmi les régions les plus à risque face aux changements climatiques. Aridité accrue, hausse des températures, baisse des précipitations et hausse du niveau des mers affectent chaque pays le long de la côte nord-africaine.

Et les catastrophes climatiques au Moyen-Orient devraient gagner en gravité et en fréquence, selon une récente étude du Fonds monétaire international (FMI).

La conférence annuelle sur le climat a débuté dimanche dans la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh sur la mer Rouge. Elle a lieu dans un contexte de catastrophes naturelles majeures à travers le monde, notamment les inondations dévastatrices au Pakistan qui ont touché plus de 30 millions de personnes et une sécheresse aiguë dans la Corne de l’Afrique.

« Pour eux, le succès de la COP27 doit être mesuré à l’aune de la fourniture de l’aide financière promise depuis longtemps »

- Paloma Escudero, directrice de la délégation de l’UNICEF à la COP27

« Il y a beaucoup à dire à propos des décisions politiques, mais ce n’est pas ce qui est en jeu ici à la COP27 », estime Paloma Escudero.

« Ce sondage dit clairement que l’avenir des jeunes est en suspens – avoir des enfants ou non, quitter le pays ou non, comment survivre aux dangers auxquels ils sont confrontés. »

« Pour eux, le succès de la COP27 doit être mesuré à l’aune de la fourniture de l’aide financière promise depuis longtemps pour aider les communautés à s’adapter et le développement de solutions qui répondent aux pertes et aux préjudices », affirme-t-elle.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.