Aller au contenu principal

Israël et les Émirats arabes unis concluent un accord de paix

Les Israéliens suspendent leur plan d’annexion de parties de la Cisjordanie occupée dans le cadre d’un accord négocié par les États-Unis
Le prince héritier d’Abou Dabi Mohammed ben Zayed et le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou (AFP)

Israël et les Émirats arabes unis (EAU) sont parvenus à un accord négocié par les États-Unis pour normaliser leurs relations, a annoncé jeudi un communiqué conjoint.

Dans le cadre de l’accord, Israël a accepté de suspendre ses tentatives d’annexer des parties de la Cisjordanie occupée, ont déclaré à Reuters de hauts responsables de la Maison-Blanche.

Mohammed ben Zayed, prince héritier d’Abou Dhabi, a tweeté : « Lors d’un appel avec le président Trump et le Premier ministre Netanyahou, un accord a été conclu pour mettre fin à l’annexion israélienne des territoires palestiniens.

« Les EAU et Israël ont également convenu de coopérer et de définir une feuille de route pour établir une relation bilatérale », a-t-il ajouté.

Dans une déclaration conjointe, Israël, les Émirats arabes unis et les États-Unis ont déclaré que le Premier ministre Benyamin Netanyahou, Mohammed ben Zayed et le président américain Donald Trump avaient « accepté la normalisation complète des relations entre Israël et les Émirats arabes unis ».

« Cette percée diplomatique historique fera progresser la paix dans la région du Moyen-Orient et témoigne de la diplomatie audacieuse et de la vision des trois dirigeants, ainsi que du courage des Émirats arabes unis et d’Israël en vue de tracer une nouvelle voie qui débloquera le grand potentiel de la région », indique le communiqué.

Le président américain, qui a annoncé la nouvelle de mannière surprise ce jeudi, a évoqué un « accord de paix historique » entre les deux amis [des États-Unis], Israël et les Émirats arabes unis ».

Traduction : « Une ÉNORME avancée aujourd’hui ! Accord de paix historique entre nos deux GRANDS amis, Israël et les Émirats arabes unis ! »

Normalisation sans accord de paix avec les Palestiniens

Le Premier ministre israélien Netanyahou a pour sa part parlé d’ « un jour historique » et annoncé qu’il ferait une déclaration télévisée à 20 heures locales (19 h France).

Ces dernières années, Israël a développé une coopération officieuse avec des économies régionales comme Bahreïn, les EAU et l’Arabie saoudite, avec lesquels il cherche à normaliser ses relations.

Par le passé, cette normalisation était intimement liée au processus de paix avec les Palestiniens, qui devait servir de pont aux relations avec le monde arabe et plus largement musulman. Mais pour Netanyahou, c’est plutôt la normalisation avec les pays arabes qui poussera les Palestiniens à un accord de paix avec Israël.

Entre les Émirats arabes unis et Israël, il y a plus qu’un mariage de raison
Lire

« La gauche israélienne et mondiale a toujours dit qu’on ne peut pas faire d’accord de paix avec les pays arabes sans la paix avec les Palestiniens […] Pour la première fois dans l’histoire, Benyamin Netanyahou a brisé ce paradigme », a réagi son parti, le Likoud.

Le président américain Donald Trump avait présenté en janvier dernier son projet de paix pour le Moyen-Orient, surnommé accord du siècle, qui prévoyait notamment l’annexion par Israël de pans de la Cisjordanie occupée.

Et le gouvernement d’union israélien avait commencé en juillet à étudier la marche à suivre pour mettre en œuvre ce projet, une partie de la classe politique craignant qu’une annexion unilatérale, sans pourparlers préalables avec les Palestiniens, ne mène à plus de violence.

L’annonce de la normalisation avec les Émirats permet « d’éviter » une « annexion unilatérale », a d’ailleurs commenté sur Twitter le chef de la diplomatie israélienne Gabi Ashkenazi, membre du parti centriste Bleu Blanc.

Abou Dabi, qui a salué une « victoire » pour la diplomatie, a pour sa part assuré jeudi que l’accord de normalisation des relations avec Israël était une « étape audacieuse » qui permettra de parvenir à « une solution à deux États » pour le peuple palestinien.

« La plupart des pays y verront une étape audacieuse pour parvenir à une solution à deux États, donnant du temps aux négociations », a déclaré le ministre d’État aux Affaires étrangères Anwar Gargash lors d’une conférence de presse, au cours de laquelle il a ajouté que les deux pays allaient ouvrir des ambassades dans « pas longtemps ».

Le président palestinien Mahmoud Abbas a indiqué jeudi soir qu’il convoquait une « réunion d’urgence » de la direction palestinienne.

« Une continuation du déni des droits du peuple palestinien »

La nouvelle a été vivement critiquée par les Palestiniens.

La normalisation des relations entre Israël et les EAU « ne sert pas la cause palestinienne » et constitue un « chèque en blanc » pour la poursuite de « l’occupation », a dénoncé le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza.

« Cet accord est rejeté et condamné. Il ne sert pas la cause palestinienne mais est considéré comme une continuation du déni des droits du peuple palestinien », a déclaré à l’AFP Hazem Qasem, le porte-parole du mouvement islamiste, qui a connu trois guerres contre Israël par le passé et a encore échangé des tirs avec lui au cours de la dernière semaine.

Artisan de paix : l’héritage du roi Hussein de Jordanie
Lire

Hanan Ashrawi, une haute responsable de l’Autorité palestinienne, qui gouverne la Cisjordanie, a déclaré qu’Israël avait ainsi été récompensé pour ses actions illégales dans les territoires palestiniens depuis 1967.

« Les EAU ont révélé au grand jour leurs relations secrètes/normalisation avec Israël. S’il vous plaît, ne nous rendez pas service. Nous ne sommes la feuille de vigne de personne ! », a-t-elle tweeté.

Les Émirats arabes unis deviennent ainsi le troisième pays arabe à avoir conclu un accord de paix avec Israël, après la Jordanie et l’Égypte en 1994 et 1979 respectivement. Le pacte s’appelle les accords d’Abraham.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, dont le pays est un allié des Émirats et des États-Unis, a salué « l’accord portant sur l’arrêt de l’annexion des territoires palestiniens par Israël », évoquant « une étape » vers la « réalisation de la paix au Moyen-Orient ».

Des délégations israélienne et émiratie devraient se réunir dans les prochains jours pour signer des accords bilatéraux en matière notamment d’investissements, de tourisme, de vols directs, de sécurité et de télécommunications, indique le communiqué conjoint.