Aller au contenu principal

Comment réaliser ce couscous libanais

L’inspiration est peut-être marocaine, mais le Levant s’est bien approprié ce copieux festin
Le mograbieh est l’un des grands plats de fête au Liban (@ranas_kitchen_lab/Instagram)
Le mograbieh est l’un des grands plats de fête au Liban (@ranas_kitchen_lab/Instagram)

Le mograbieh est un plat délicieux, composé de perles de semoule cuites dans un bouillon de poulet ou de viande. C’est la version libanaise du « couscous » marocain – le mot « mograbieh » signifie d’ailleurs « du Maroc ».

C’est l’un des grands plats de fête au Liban, fait pour être dégusté par une assemblée lors des grandes occasions. Il est donc parfait pour le Ramadan ou d’autres fêtes. Ce qui lui donne sa touche distinctive, c’est l’utilisation des épices terreuses telles que la cannelle moulue et le carvi.

La préparation du mograbieh se fait en deux étapes : la cuisson de la viande ; puis la cuisson des perles de mograbieh dans le bouillon de la viande. Ensemble, ils se complètent pour donner un repas copieux qui plaît à tous les palais.


Recette

Portions : 6

Temps de préparation : 30 minutes, cuisson : 40 minutes

Garnissez avec de gros morceaux de poulet, entiers ou désossés (@ranas_kitchen_lab/Instagram)
Garnissez avec de gros morceaux de poulet, entiers ou désossés (@ranas_kitchen_lab/Instagram)

1. Ingrédients

  • 300 g de mograbieh sec
  • 200 g de pois chiches (mis à tremper dans de l’eau pendant une nuit)
  • 12 oignons nouveaux, pelés
  • 1 oignon pour la cuisson du poulet
  • 1 kg de poulet (entier ou découpé)
  • bouquet garni (feuille de laurier, bâton de cannelle, cardamome entière, poivre noir, clou de girofle)
  • eau
  • 1½ cuillère à café de cannelle moulue
  • 1 cuillère à soupe de carvi
  • ½ cuillère à café de quatre-épices
  • 1 cuillère à café de sel + sel pour la cuisson du poulet
  • 2 cuillères à soupe de beurre
  • 3 cuillères à soupe d’huile végétale
Relevez le tout avec de la cannelle moulue et du carvi (@ranas_kitchen_lab/Instagram)
Relevez le tout avec de la cannelle moulue et du carvi (@ranas_kitchen_lab/Instagram)

2. Préparation

  1. Dans une cocotte-minute, mettez le poulet et l’eau (environ 1,3 l). Faites frémir à feu vif.
  2. Retirez de la surface tout résidu brun indésirable. Ajoutez le bouquet garni et une cuillère à café de sel. Fermez la cocotte et laissez cuire le poulet pendant 20 minutes à feu moyen.
  3. Pendant la cuisson du poulet : Faites bouillir de l’eau et faites tremper les perles de mograbieh avec un soupçon de carvi et de cannelle moulue pendant 20 à 30 minutes, puis égouttez. Dans une poêle, faites sauter les perles de mograbieh avec du beurre, une cuillère à café d’huile végétale, la moitié des épices et une cuillère à café de sel.
  4. Faites frire des oignons nouveaux dans une poêle à feu moyen avec deux cuillères à café d’huile végétale jusqu’à ce qu’ils soient dorés.
  5. Une fois le poulet cuit, retirez-le de la cocotte et réservez.
  6. Dans la même cocotte, faites cuire les pois chiches pendant 15 minutes.
  7. Ouvrez la cocotte – pensez à évacuer totalement la vapeur à l’ouverture du couvercle. Ajoutez les oignons et le reste des épices. Refermez la cocotte et faites cuire 5 minutes de plus.
  8. Ajoutez progressivement des louches de bouillon de poulet de la cocotte dans la poêle de mograbieh, en gardant le bouillon au chaud pendant tout le processus. Attendez que le bouillon soit totalement absorbé avant d’ajouter une nouvelle louche de bouillon.
  9. Laissez frémir à feu doux. Ajoutez autant de bouillon que nécessaire.
  10. Il faut une vingtaine de minutes pour cuire les perles de mograbieh. Ajoutez les pois chiches, les oignons et une dernière louche de bouillon de poulet.
  11. Rectifiez l’assaisonnement et faites cuire à feu doux pendant 20 minutes de plus.
  12. Servez chaud et garnissez avec de gros morceaux de poulet, entiers ou désossés.

- Rana Kebbi Damaj est Libanaise, originaire de Beyrouth, et elle a suivi un pré-master en chimie organique. Elle aime cuisiner et se passionne pour tout ce qui touche au stylisme et à la photographie culinaires. Rana partage son travail sur ses pages baptisées « Rana’s Kitchen LAB » sur les différents réseaux sociaux (Instagram : @ranas_kitchen_lab ou Facebook). Elle espère ainsi montrer à quel point il est facile de cuisiner et de bien présenter ses plats. Son intérêt pour la cuisine va des plats libanais on ne peut plus traditionnels et authentiques aux plats de la cuisine internationale.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.