Aller au contenu principal

Sahara occidental : le Polisario rompt ses relations avec l’Espagne, nouvelle frappe à la frontière avec la Mauritanie

« L’État espagnol a des responsabilités envers le peuple sahraoui et les Nations unies comme puissance administrante du territoire », ont expliqué les indépendantistes sahraouis pour justifier la rupture diplomatique avec Madrid
Manifestations à Madrid, le 26 mars 2022, contre le revirement du gouvernement espagnol sur la question du Sahara occidental (AFP/Pierre Philippe Marcou)
Manifestations à Madrid, le 26 mars 2022, contre le revirement du gouvernement espagnol sur la question du Sahara occidental (AFP/Pierre Philippe Marcou)
Par

Les indépendantistes sahraouis du Front Polisario ont annoncé dimanche « rompre » tout contact avec le gouvernement espagnol de Pedro Sánchez  après un revirement de Madrid en faveur de la position marocaine sur la question du Sahara occidental.

Sahara occidental : à Alger, le brusque soutien de l’Espagne au Maroc est vécu comme une trahison
Lire

« Le Front Polisario décide de rompre ses contacts avec le gouvernement espagnol actuel afin qu’il se dissocie de l’instrumentalisation de la question sahraouie dans le cadre du marchandage lamentable avec l’occupant [marocain] », a écrit le Polisario dans un communiqué

Cette rupture persistera jusqu’à ce que le gouvernement espagnol « se conforme aux décisions de la légalité internationale, laquelle légalité internationale reconnaît au peuple sahraoui le droit à l’autodétermination et au respect des frontières de son pays, internationalement reconnues ».

Affichant jusqu’ici sa neutralité, le Premier ministre de l’ancienne puissance colonisatrice espagnole a annoncé publiquement le 18 mars son soutien au plan d’autonomie marocain, qu’il considère désormais comme « la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution de ce différend ».

Critiqué de toutes parts en Espagne mais aussi par Alger, principal soutien du Polisario, le gouvernement espagnol affirme qu’il n’a pas changé de position mais seulement fait « un pas supplémentaire » afin de contribuer à la résolution du conflit qui oppose le Maroc au Front Polisario depuis le départ des Espagnols en 1975.

Le Polisario a justifié sa rupture avec Madrid sur « le principe que l’État espagnol a des responsabilités envers le peuple sahraoui et les Nations unies comme puissance administrante du territoire [puisque le Maroc n’est pas reconnu comme tel par le droit international], des responsabilités qui demeurent ainsi imprescriptibles ».

« État de guerre de légitime défense »

Pour Madrid, le rétablissement des relations avec Rabat a pour but principal de s’assurer de sa « coopération » dans le contrôle de l’immigration illégale alors que le Maroc, d’où partent la plupart des migrants vers l’Espagne, a été régulièrement accusé, par nombre d’observateurs, de les utiliser comme moyen de pression.

Le conflit du Sahara occidental, vaste zone désertique au littoral très poissonneux et au sous-sol riche en phosphates, considéré comme un « territoire non autonome » par l’ONU, oppose depuis des décennies le Maroc aux indépendantistes sahraouis du Front Polisario.

Rabat, qui contrôle près de 80 % de ce territoire, propose un plan d’autonomie sous sa souveraineté, tandis que le Polisario réclame un référendum d’autodétermination, prévu par l’ONU lors de la signature en 1991 d’un cessez-le-feu, mais jamais concrétisé.

VIDÉO : La tension à son comble entre l’Algérie et le Maroc
Lire

Le cessez-le feu a volé en éclats en novembre 2020 après le déploiement de troupes marocaines à l’extrême sud du territoire pour déloger des indépendantistes qui bloquaient la seule route vers la Mauritanie, selon eux illégale.

Depuis, le Polisario se dit « en état de guerre de légitime défense » et publie un bulletin quotidien de ses opérations. 

Selon des informations publiées par le site d’information Menadefense, l’armée de l’air marocaine aurait effectué dans la nuit de samedi à dimanche « huit frappes aériennes contre un regroupement de camions dans la région de Aïn ben Tili, un village situé à l’extrême nord de la Mauritanie et frontalier avec le Sahara occidental et le village de Bir Lahlou.

Toujours selon le site, cette attaque n’aurait pas fait de morts mais il y aurait plusieurs blessés. Sur Facebook, des images, non vérifiées par Middle East Eye, présentent les reste d’un camion bombardé comme le résultat de la frappe marocaine.

Cette dernière rappelle une autre frappe, le 1er novembre 2021, au cours de laquelle trois chauffeurs routiers Algériens avaient été tués alors qu’ils assuraient la liaison à bord de leur camion entre Nouakchott (Mauritanie) et Ouargla (Sud algérien).

La présidence algérienne avait fait état « de plusieurs facteurs désignant les forces d’occupation marocaines au Sahara occidental » comme « ayant commis, avec un armement sophistiqué, ce lâche assassinat ».