Aller au contenu principal

Le groupe Wagner « s’enrichit au Soudan » grâce aux mines d’or et au gouvernement

Une enquête du New York Times met en lumière les concessions minières soudanaises du groupe de mercenaires russes
Un bijoutier tient un morceau d’or sur le marché de l’or de Khartoum au Soudan, le 20 juin 2019 (AFP)
Un bijoutier tient un morceau d’or sur le marché de l’or de Khartoum au Soudan, le 20 juin 2019 (AFP)

Le dirigeant militaire du Soudan, le général Abdelfattah al-Burhan, a émis un ordre empêchant la fouille d’un avion militaire russe suspecté de faire du trafic d’or, a révélé au New York Times un ancien responsable soudanais de la lutte contre la corruption.

Dans le cadre d’une enquête mettant en lumière l’implication russe dans les mines aurifères du Soudan, cet ancien responsable raconte que, le 23 juin 2021, un général soudanais (agissant sur ordre de Burhan) a empêché la fouille d’un avion de l’armée russe.

EN IMAGES : Des chercheurs d’or ratissent les sites antiques du Soudan
Lire

Les responsables soudanais, qui appartenaient à un organisme de lutte contre la corruption démantelé après le putsch de l’année dernière, soupçonnaient alors cet avion de faire partie d’un certain nombre d’appareils de l’armée russe impliqués dans un trafic d’or direct entre le Soudan et Moscou. 

Ces révélations surviennent alors que continuent à émerger les détails de l’implication du groupe Wagner, société militaire privée proche du Kremlin, dans les mines d’or à travers le Soudan et les pays voisins.

Au Soudan, les registres montrent que le groupe de mercenaires russes s’est assuré des concessions minières lucratives qui produisent de l’or. 

En Afrique depuis 2017

Selon le New York Times, cela inquiète les responsables américains, pour qui ces concessions stimuleront les réserves d’or de 130 milliards de dollars de Moscou, ce qui aidera le gouvernement du président Vladimir Poutine à contourner les effets des sanctions économiques imposées en raison de la guerre en Ukraine

Une grande partie de l’or soudanais transite par les Émirats arabes unis. Des données officieuses des Émirats indiquent que plus de 1,7 milliard de dollars d’or soudanais a atterri à Dubaï l’année dernière, ce qui représente un peu moins de la moitié de la valeur de l’ensemble des exportations du Soudan. 

Or, armes et combattants : la voie internationale vers le pouvoir des janjawids soudanais
Lire

Des responsables occidentaux affirment que le groupe Wagner est dirigé par Evgueni Prigojine, oligarque russe surnommé le « chef de Poutine » parce que ses restaurants ont accueilli des dîners du président russe accompagné de dignitaires étrangers. Ce dernier dément.

« À ma connaissance, aucune preuve ne démontre l’existence du groupe Wagner », a-t-il déclaré au New York Times. « La légende de “Wagner” n’est que ça, une légende », a-t-il ajouté, avant d’attirer l’attention du reporter du NYT, Declan Walsh, sur l’existence d’un « groupe d’admirateurs du compositeur et chef d’orchestre allemand Wilhelm Richard Wagner ».

Wagner opère en Afrique depuis 2017, s’impliquant davantage au Soudan après une rencontre à Sotchi entre Poutine et le dirigeant soudanais de l’époque, Omar el-Béchir.

Béchir, qui avait du mal à maintenir son emprise sur le pouvoir après quasiment 30 ans à la présidence, avait déclaré à Poutine que le Soudan pourrait être la « clé vers l’Afrique » pour la Russie.  

Jet privé

Citant des informations du Dossier Centre et du Center for Advanced Defence Studies, le New York Times rapporte que dans les semaines suivant la rencontre de novembre 2017, des géologues russes employés par Meroe Gold étaient arrivés au Soudan. 

Puis ce fut le tour de responsables de la défense russe qui cherchaient à assurer pour Moscou une base navale sur la côte soudanaise de la mer Rouge, un objectif toujours d’actualité.

Le département du Trésor américain indique que Meroe Gold est contrôlé par Prigojine, même si, comme pour ses liens supposés avec Wagner, l’homme d’affaires russe nie ces allégations, assurant au NYT qu’il « n’a rien à voir » avec cette entreprise.

des mercenaires russes accusés d’avoir tué des centaines de personnes près de la frontière soudanaise
Lire

Dans les dix-huit mois qui ont suivi l’arrivée des géologues russes, Meroe Gold a importé 131 cargaisons au Soudan, précise le NYT, citant les données des douanes russes.

Ces cargaisons comprenaient du matériel de construction et d’extraction minière, ainsi que des camions militaires, des véhicules amphibies, deux hélicoptères de transport (dont l’un a été photographié plus tard en République centrafricaine) et une Cadillac de 1956.

Le jet privé de Prigojine est arrivé à Khartoum en amenant une délégation de responsables de l’armée russe, avant de rentrer à Moscou avec des cadres de la défense soudanaise, selon les données de vol obtenues par le journal russe Novaïa Gazeta.

Facilitation de massacres

L’un de ces responsables soudanais était le frère du général Mohamed Hamdan Dagalo, responsable des Forces de soutien rapide (FSR), milice issue des milices janjawids redoutées au Darfour. 

Dagalo, plus connu sous le nom de Hemeti, est un acteur clé dans les opérations minières aurifères au Soudan. Environ 70 % de la production d’or soudanaise (qui a connu un essor rapide depuis que le Soudan du Sud a obtenu son indépendance en 2011, emportant avec lui sa richesse pétrolière) est sorti clandestinement du pays, ce dont Hemeti et sa famille bénéficient énormément. 

Les ressources à nouveau au centre d’une flambée de violences au Darfour
Lire

Le dirigeant des FSR est désormais l’adjoint de Burhan, bien que les deux dirigeants militaires ne s’entendraient pas et ont des sources différentes de pouvoir et de revenus. 

Les mercenaires du groupe Wagner, ont confié des sources diplomatiques à MEE, ont combattu aux côtés des FSR, les aidant à réprimer le mouvement révolutionnaire prodémocratie au Soudan. 

En février, alors que la Russie envahissait l’Ukraine, Hemeti était à Moscou pour une visite d’une semaine, lors de laquelle il a rencontré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et Alexander Fomin, vice-ministre de la défense de Moscou.

Massacre

Cameron Hudson, ancien diplomate américain et analyste de la CIA avait alors déclaré à MEE : « Il y a des rumeurs persistantes selon lesquelles Hemeti a emmené avec lui en Russie 30 millions de dollars en or et a signé de nouveaux accords miniers avec les intérêts russes. » 

Une source au sein des FSR a déclaré à MEE que les allégations de Hudson n’étaient rien de plus que de la « propagande ».

Plus d’une centaine de « mercenaires » se rendant en Libye arrêtés au Soudan
Lire

Aujourd’hui, le New York Times rapporte que le 5 juin 2019, deux jours après un massacre à Khartoum qui a fait 128 morts parmi les manifestants et a été perpétré par les FSR, Meroe Gold a importé 13 tonnes de boucliers anti-émeutes, ainsi que des casques et matraques, pour une compagnie contrôlée par la famille de Hemeti.

Middle East Eye avait réalisé récemment un reportage en République centrafricaine, où des témoins oculaires ont raconté que des combattants russes appartenant au groupe Wagner ont perpétré un massacre en mars, tuant des mineurs d’or artisanaux du Soudan et d’autres pays voisins. 

Les survivants de cette tuerie de masse ont marché pendant des jours pour s’échapper, passant la frontière avec le Tchad et faisant leur chemin vers la région soudanaise du Darfour. 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.