Aller au contenu principal

Nicki Minaj au royaume wahhabite : les activistes appellent la rappeuse à défendre les droits des Saoudiennes

Selon les défenseurs des droits de l’homme, le prince héritier Mohammed ben Salmane se sert de célébrités comme la sulfureuse chanteuse américaine Nicki Minaj pour se laver de ses crimes contre les femmes
Les chansons chargées d’obscénités de celle qui se surnomme la « reine » sont souvent centrées sur les thèmes du sexe et de la drogue » (AFP)
Par

Dans un de ses hits, Nicki Minaj conclut un couplet en comparant ses paroles à « un emballage, comme ce truc sur la tête d’un Saoudien ». 

Désormais, les critiques se creusent la tête face au fait que la célèbre rappeuse – dont les chansons chargées d’obscénités sont souvent centrées sur les thèmes du sexe et de la drogue – se produira dans le royaume ultraconservateur. 

Le festival Jeddah Season a confirmé ce mardi que Nicki Minaj serait ce mois-ci en tête d’affiche d’un événement d’une dizaine de jours dans la ville saoudienne de Djeddah, bordant la mer Rouge et située à moins de 90 km de La Mecque, qui abrite le site le plus sacré de l’islam.

Perplexes, des observateurs ont condamné cette annonce et souligné le bilan atroce de l’Arabie saoudite en matière de droits de l’homme, notamment la ségrégation sexuelle et l’emprisonnement d’activistes des droits des femmes.

Le chroniqueur du New York Times Nick Kristof a appelé la pop star à soulever la question du sort de femmes telles que Loujain al-Hathloul, une féministe emprisonnée qui a été torturée et harcelée sexuellement par ses geôliers dans le royaume du Golfe.

Traduction : « Cela ne me dérange pas que Nicki Minaj se produise en Arabie Saoudite – tant qu’elle s’y exprime au sujet des droits des femmes. Qu’elle dédicace une chanson à Loujain al-Hathloul, l’activiste nommée au prix Nobel de la paix qui a été torturée et agressée sexuellement pour avoir plaidé la cause des femmes. Qu’elle demande au prince héritier d’arrêter d’affamer le Yémen. » / « Chère Nicki Minaj, avant de vous produire en Arabie saoudite, je vous prie de jeter un œil au bilan du pays en matière de droits de l’homme et à la situation désastreuse des activistes des droits des femmes telles que Loujain al-Hathloul, entre autres. Vous ne devriez pas monter sur scène pour un pays qui présente un tel bilan. »

Sarah Leah Whitson de Human Rights Watch a fait écho au commentaire de Kristof, ajoutant que Nicki Minaj ne devait pas aider à « laver l’Arabie saoudite de ses crimes de guerre au Yémen ».

Traduction : « Bonjour Nicki Minaj, si vous allez en Arabie saoudite, veuillez vous exprimer contre la détention d’activistes féministes et contre le système de tutelle qui interdit aux femmes de voyager et de se marier sans permission. Et s’il vous plaît, ne vous laissez pas utiliser pour laver l’Arabie saoudite de ses crimes de guerre au Yémen. »

D’autres se sont demandé si les organisateurs du festival étaient au courant des paroles sexuellement explicites de la chanteuse et de ses apparitions provocantes sur scène.

Traduction : « On dirait que les autorités saoudiennes n’ont pas vérifié au préalable le catalogue de Nicki Minaj. »

Le royaume tente d’assouplir ses normes sociales conservatrices et de divertir davantage sa population de plus en plus jeune. 

L’an dernier, l’Arabie saoudite a levé l’interdiction des cinémas, alors qu’en 2017, Djeddah a accueilli le premier Comic Con du royaume.

De grandes stars de la pop occidentale, dont la diva américaine Mariah Carey, se sont en outre récemment produites en Arabie saoudite. 

Traduction : « Nicki Minaj en Arabie saoudite. Lorsque vous avez une population jeune, pour la garder dans le rang, il suffit de faire diversion en accordant des libertés superficielles sans pour autant changer la structure du pouvoir. »

Néanmoins, la campagne dite de « modernisation » menée par le prince héritier Mohammed ben Salmane, qui a également accordé aux femmes le droit de conduire, n’a pas amélioré la situation des droits de l’homme dans le pays, selon des groupes de défense des droits de l’homme.

De fait, Mohammed ben Salmane a lancé une campagne de répression massive contre la dissidence, dont le point d’orgue a été l’assassinat et le démembrement du chroniqueur du Washington Post Jamal Khashoggi début octobre au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul. 

Le royaume a également arrêté plusieurs féministes qui ont fait campagne pour le droit de conduire, dont Loujain al-Hathloul.

Nicki Minaj, qui s’autoproclame « reine » (Queen est d’ailleurs le nom de son dernier album), affirme défendre la cause des femmes.

« Ce qu’elle fait, c’est couvrir l’emprisonnement actuel d’activistes des droits des femmes telles que Loujain al-Hathloul » 

– Ariel Gold, co-directrice de CODEPINK aux États-Unis

D’après Ariel Gold, co-directrice de CODEPINK aux États-Unis, un groupe féministe et pacifiste à la tête d’une campagne appelant au boycott de l’Arabie saoudite, le royaume du Golfe se sert de célébrités comme Nicki Minaj pour se laver de ses crimes contre les femmes. 

Selon les partisans de la tenue du concert en Arabie saoudite, les spectacles mixtes constituent un pas en avant vers l’égalité. 

Gold a toutefois indiqué à Middle East Eye que le concert de Nicki Minaj n’aiderait pas les Saoudiennes.

« Ce qu’elle fait, c’est couvrir l’emprisonnement actuel d’activistes des droits des femmes telles que Loujain al-Hathloul », a-t-elle affirmé.

« J’ai été tellement déçue de voir qu’elle allait être en tête d’affiche de ce festival. Elle parle de l’émancipation des femmes, mais elle va dans un pays qui continue d’emprisonner et de torturer des femmes. »

Pour Gold, la tenue que Nicki Minaj portera sur scène importera peu tant que les femmes saoudiennes resteront elles-mêmes limitées dans ce qu’elles peuvent porter ou non. 

Dans une vidéo largement relayée, une utilisatrice de Twitter affirmant être originaire d’Arabie saoudite s’est en effet demandé pourquoi elle devrait porter l’abaya traditionnelle pour aller à un concert où Nicki Minaj pourrait secouer son postérieur et réciter des « paroles indécentes ».

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.