Aller au contenu principal

« Pas d’hommage à un chef de parti terroriste » : le Parlement tunisien divisé au sujet de Mohamed Morsi

Une polémique a éclaté hier à l’Assemblée des représentants du peuple alors que certains députés souhaitaient rendre hommage au président égyptien décédé
Par

En Tunisie, le décès de l’ancien président égyptien Mohamed Morsi a chamboulé le programme l’Assemblée des représentants du peuple (l’ARP), mardi 18 juin. 

Tout a commencé quand le chef du bloc parlementaire du parti Ennahdha, Noureddine Bhiri, a demandé à ce que la fatiha (la sourate d’ouverture du Coran) soit récitée avant le début de la séance afin de rendre hommage à Morsi, décédé lundi 17 juin.

Cette demande a suscité la polémique alors que devait débuter une séance plénière consacrée au vote des amendements concernant la loi électorale.

Certains députés, qui se définissent comme laïcs, ont quitté la salle, jugeant que Mohamed Morsi appartenait à un organisme qualifié d’« organisation terroriste » et que le Parlement tunisien n’avait pas à lui rendre hommage.

La députée du parti Nidaa Tounes, Fatma Mseddi, a par exemple dénoncé cet hommage en appelant à ne pas « fraterniser » – référence aux Frères musulmans – l’ARP. « Il ne faut pas rendre hommage à Mohamed Morsi, chef d’un parti terroriste », a-t-elle affirmé en ajoutant : « Si le parti Ennahda se revendique des Frères Musulmans, il faut le classer comme étant un parti issu de la mouvance islamiste et donc comme étant un parti terroriste ».

Des députés du parti Ennahdha ont déploré cette réaction. Imen Ben Mhamed a regretté la façon dont la politique avait « déshumanisé » certains, même quand il s’agit de la mort, qualifiant la polémique suscitée à l’ARP de « scandale ».

السياسة تفقدنا إنسانيتنا حتى في الموت .. ما حدث من خصام في المجلس مشين فعلا ..

Posted by Imen Ben Mohamed on Tuesday, June 18, 2019

Traduction : « La politique nous fait perdre notre humanité même quand il s’agit de la mort… La polémique suscitée à l’ARP est un scandale » 

Les réactions des internautes tunisiens n’ont pas tardé sur les réseaux sociaux. Certains ont estimé que cet hommage devrait être observé pour « les victimes du terrorisme islamiste ». 

Pour d’autres, cet hommage est « une preuve » de l’allégeance de parti Ennahdha à l’organisation des Frères musulmans.

L’hommage rendu par le parti Ennahdha a été salué par certains internautes qui voient dans l’ARP la « seule institution démocratique dans le monde arabe »

Traduction : « Le Parlement tunisien, seule institution démocratique dans le monde arabe, rend hommage au président Morsi en récitant la sourate Fatiha »

Dans un communiqué publié le 17 juin, le parti tunisien Ennahdha a exprimé sa « tristesse » en apprenant la nouvelle du décès de l’ancien président égyptien au cours de son audience. 

Pour le parti, Mohamed Morsi est « l’une des personnalités égyptiennes les plus importantes à avoir accédé au pouvoir à la suite d’élections libres et transparentes ».

« Que cette tragédie [le décès de Mohamed Morsi] mette un terme à la souffrance de milliers de détenus politiques en Égypte en les libérant et instaure un dialogue entre les différents partis pour parvenir à un paysage politique démocratique », a conclu Ennahdha.