Aller au contenu principal

« Rentrez chez vous. Dépêchez-vous ! » : la Tunisie déploie des robots pour faire respecter le confinement

Les autorités tunisiennes ont déployé des véhicules télécommandés qui effectuent des patrouilles dans les rues pour que les mesures contre la propagation du coronavirus soient respectées
Ces véhicules pilotés à distance sont utilisés par le ministère de l’Intérieur pour faire respecter le confinement à Tunis (MEE)
Par
TUNIS, Tunisie

Les autorités tunisiennes ont déployé des robots afin de faire respecter le confinement dans le pays et d’aider à prévenir la propagation du coronavirus.

Des vidéos qui ont été largement diffusées sur les réseaux sociaux montrent des Tunisiens appréhendés par des véhicules télécommandés, leur demandant s’ils sont au courant des règles de confinement.

Sur l’une des vidéos, qui semble tirée d’un film de science-fiction, un homme se retrouve face à l’un des robots alors qu’il marche dans une rue vide de Tunis.

Le robot fustige l’homme : « Êtes-vous au courant du confinement ? », lui lance-t-il avant de lui demander où il va. L’homme lui explique alors qu’il va acheter des cigarettes. Le robot lui répond : « Allez chercher vos cigarettes et rentrez chez vous. Dépêchez-vous ! »

Traduction : « Dystopie ou méthode nécessaire pour faire respecter la loi ? La Tunisie déploie des robots pendant le confinement imposé face au coronavirus. »

Dans une autre vidéo, une femme est appréhendée : « Tout le monde est tenu d’appliquer les procédures publiques de quarantaine et de rester à son domicile afin de limiter la propagation de la contagion. »

D’après les fabricants, les robots P-Guard sont pilotés à distance et emploient plusieurs caméras infrarouges, un système de télémétrie laser et des caméras thermiques. 

Selon les médias locaux, ils sont employés dans toute la capitale par le ministère de l’Intérieur suite à l’entrée en vigueur de mesures de confinement le 22 mars.

Chez Consomed, 150 ouvriers se confinent

Le gouvernement tunisien a instauré une série de politiques dans le but de contribuer à arrêter la propagation du coronavirus. Le pays a fermé ses écoles, universités, cafés et bars ainsi que ses frontières terrestres et maritimes et suspendu tous les vols internationaux.

La présidence a également annoncé une augmentation des déploiements militaires pour faire respecter les restrictions.

La semaine dernière, environ 150 personnes ont décidé de se confiner dans une usine tunisienne produisant des masques et autres équipements médicaux afin de contribuer à la lutte contre la propagation de la maladie. 

Les employés de l’usine Consomed ont fait part de leur besoin de se confiner au cas où le virus se propagerait parmi les travailleurs. Si les employés venaient à tomber malades, l’usine ne serait pas en mesure de répondre à la demande d’équipements de protection du secteur local de la santé, affirme le directeur de l’usine, Hamza Alouini.

En Tunisie, la gestion d’économie de guerre se heurte au manque de moyens
Lire

« Nous sommes les seuls à [fabriquer des articles de protection] pour les hôpitaux tunisiens. J’ai choisi d’isoler [l’entreprise] par précaution car si le virus pénètre dans l’usine, ce sera désastreux », ajoute-t-il.

Khawla Rebhi, responsable de la chaîne de production, explique que les employés ont accepté par patriotisme de s’engager pour trente jours de confinement.

« Mon mari et ma fille sont les premiers à me soutenir. Nous sommes tous motivés », confie Khawla Rebhi.

« Nous sommes tous collègues et nous nous entraidons. Lorsqu’une personne se sent stressée, nous essayons de lui remonter le moral, de lui changer les idées. Parce que certains ressentent un manque sans leur famille. »

La semaine dernière, la Tunisie a alloué 850 millions de dollars à la lutte contre les effets économiques et sociaux de la crise.

Le pays s’attend à ce que le virus affecte son secteur du tourisme, qui représente environ 10 % du produit intérieur brut, et anticipe également une récession économique, ce qui a incité le gouvernement à réduire ses prévisions de croissance à 1 % contre 2,7 % pour cette année.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.