Aller au contenu principal

Que cache la coopération militaire croissante de la Russie avec l’Arabie saoudite et l’Égypte ?

Deuxième pays producteur et exportateur d’armes au monde après les États-Unis, la Russie veut accroître ses ventes dans la région, ce qui lui apportera un afflux de devises fortes
Le président russe Vladimir Poutine prononce un discours au Forum international militaro-technique « Army 2021 » à Koubinka, dans la banlieue de Moscou, le 23 août 2021 (AFP)
Le président russe Vladimir Poutine prononce un discours au Forum international militaro-technique « Army 2021 » à Koubinka, dans la banlieue de Moscou, le 23 août 2021 (AFP)

Du 22 au 28 août, la Russie a accueilli le 7eForum international militaro-technique « Army 2021 », un salon visant à stimuler les ventes d’armes russes et à améliorer la coopération militaire avec ses partenaires à travers le monde.

Cette édition a attiré 1 500 exposants locaux et étrangers, ainsi que 800 participants représentant 35 pays. La moitié des délégations nationales avaient à leur tête des ministres de la Défense ou leur représentant.

Les États du Moyen-Orient sont des habitués de ce Forum, où ils signent fréquemment des accords militaires avec la Russie. Le partenariat militaire de la Russie avec l’Arabie saoudite est somme toute plus récent : il date d’il y a cinq ans, lorsque Moscou a ouvert les négociations avec l’Arabie saoudite. 

Comment les ventes d’armes russes entretiennent les divisions dans le Golfe
Lire

Le président russe a discuté de coopération militaire avec le roi Salmane et le prince héritier Mohammed ben Salmane à plusieurs occasions.

Selon le ministère de la Défense russe, ces trois dernières années, Moscou et Riyad ont travaillé activement sur leur coopération militaro-technique et les Saoudiens sont intéressés par l’achat des armes russes les plus sophistiquées.

La semaine dernière, l’Égypte et l’Arabie saoudite ont toutes deux signé des accords de coopération militaire avec la Russie. Rien de nouveau au désir russe d’étendre sa coopération militaire avec les États du Moyen-Orient, en particulier avec l’Arabie saoudite (qui a beaucoup d’argent à dépenser dans les armes) et l’Égypte (partenaire de longue date de la Russie), deux pays qui ont un long passif positif de coopération militaro-technique remontant à l’ère de Gamal Abdel Nasser

Malgré les négociations actuelles entre Moscou et Riyad, aucun accord de vente à plusieurs milliards de dollars n’a été conclu jusqu’à présent.

Selon toute probabilité, l’accord signé la semaine dernière n’était que la poursuite des négociations précédentes entre les deux parties, qui continuent à chercher des termes acceptables de coopération dans la sphère militaro-technique.

Une coopération limitée

Tout d’abord, étant donné les liens stratégiques de l’Arabie saoudite avec les États-Unis, il est peu probable que Riyad coopère de sitôt avec Moscou à un degré comparable avec les Américains sur le plan militaire. 

L’Égypte de l’Arabie saoudite sont des alliés de longue date des États-Unis et dépendent de l’aide financière et technologique américaine.

L’Arabie saoudite achète 79 % de ses armes auprès des Américains, tandis que l’Égypte reçoit 1,3 milliard de dollars par an de Washington, un argent dépensé pour l’achat d’armes américaines.

Un avion de chasse russe Su-35 atterrit lors d’un spectacle aérien à l’aéroport Atatürk d’Istanbul, le 17 septembre 2019 (AFP)
Un avion de chasse russe Su-35 atterrit lors d’un spectacle aérien à l’aéroport Atatürk d’Istanbul, le 17 septembre 2019 (AFP)

Bien que l’Égypte n’ait importé que 14 % d’armes américaines entre 2015 et 2020, et 31 % auprès de la Russie entre 2009 et 2018, les 1,3 milliard de dollars de l’aide américaine représentent 34 % du budget militaire annuel de l’Égypte qui s’élève à 3,8 milliards de dollars.

De plus, l’Égypte a diversifié ses dépenses militaires : ces cinq dernières années, 28 % des importations militaires égyptiennes proviennent de France

Ensuite, la Russie est soumise à des sanctions américaines depuis un moment, ce qui entrave la capacité de Moscou à signer de nouveaux contrats d’armes et à exécuter les contrats existants.

En août 2017, le président américain Donald Trump a signé la Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act (CAATSA), qui vise à sanctionner Moscou pour ce que les États-Unis considèrent comme des actes malveillants.

Affaire des S-400 : pourquoi Washington a déjà perdu contre la Turquie
Lire

En vertu de cette loi, les pays faisant des affaires avec les secteurs de la défense et des renseignements russes sont soumis à des sanctions secondaires.

Washington a déjà imposé des sanctions secondaires à Beijing en raison de son achat d’avions de chasse russes Su-35 et de systèmes de missiles S-400, et met la pression sur la Turquie et l’Égypte en raison de leur coopération militaire avec Moscou.

De nombreux autres pays encourent des sanctions secondaires, notamment les partenaires de longue date de Moscou que sont l’Inde et l’Algérie, ainsi que ceux avec lequel il a commencé récemment à développer des liens militaro-techniques tels que le Vietnam, le Pakistan, le Qatar, l’Indonésie, le Koweït, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis

Mais Moscou n’a ni le désir ni la capacité de remplacer Washington comme principal allié du Caire et de Riyad. 

La Russie va tenter d’exploiter la situation afin de multiplier ses accords d’armement dans la région, ce qui lui apportera un afflux de devises fortes. Mais cela n’engendrera pas de réorientation stratégique de l’Arabie saoudite et de l’Égypte en les détournant des États-Unis au profit de la Russie. 

Qu’est-ce qui motive alors cette offensive commerciale russe ?

Concurrence acharnée

En sa qualité de second pays producteur et exportateur d’armes au monde après les États-Unis, la Russie a un grand intérêt à accroître sa part de marché.

Selon le rapport annuel du Stockholm international Peace Research Institute (SIPRI), depuis 2016, l’Arabie saoudite et l’Égypte figurent parmi les trois principaux importateurs d’armes au monde, représentant respectivement 11 % et 5,8 % des importations mondiales d’armes.

Le Moyen-Orient est le marché avec la plus grande croissance au monde et le plus attractif et lucratif pour les marchands d’armes tels que la Russie.

Au cours de la dernière décennie, les événements dans la région et aux États-Unis ont créé les conditions dans lesquelles Moscou est devenu un partenaire plus attractif

Les pays du Moyen-Orient ont importé 33 % de l’ensemble des armes vendues dans le monde entre 2016 et 2020, l’Égypte et l’Arabie saoudite sont responsables de la moitié de ces ventes. Il n’est donc pas étonnant que la concurrence entre les principaux pays fabricants d’armes soit si acharnée.

Au cours de la même période, la Russie a accru ses ventes d’armes, représentant jusqu’à 13 % des importations de la région. Moscou veut clairement poursuivre cette tendance de ventes accrues, ce qui expliquerait cette tentative pour faire progresser la coopération avec les Égyptiens et les Saoudiens.

Au cours de la dernière décennie, les événements dans la région et aux États-Unis ont créé les conditions dans lesquelles Moscou est devenu un partenaire plus attractif.

Quels sont les pays et les entreprises qui vendent des armes à Israël ?
Lire

Les États du Moyen-Orient ont commencé à éviter de mettre tous leurs œufs dans le panier américain. Dans ce contexte, la Russie aide à contrebalancer les liens autrefois exclusifs des États du Moyen-Orient avec l’Amérique. Moscou est devenu un levier pratique pour les pays de la région dans leurs négociations avec les États-Unis.

Le changement d’attitude dans la région envers les puissances mondiales a commencé avec les soulèvements du Printemps arabe en 2010, lorsque des pays tels que l’Égypte et l’Arabie saoudite ont commencé à faire preuve de plus de prudence vis-à-vis des États-Unis.

À l’époque, Washington n’a pas réussi à soutenir ses alliés de longue date le président égyptien Hosni Moubarak et le dirigeant tunisien Zine el-Abidine Ben Ali. En fait, elle les a trahis.

Pas de changement dans les allégeances politiques

Puis en 2015, l’accord sur le nucléaire iranien a été conclu. La politique d’engagement du président américain Barack Obama avec l’Iran est venue ajouter à la suspicion du côté des Saoudiens et des Émiratis.

Par ailleurs, en septembre 2015, la Russie a déployé son armée en Syrie. Son implication dans le conflit syrien a changé le cours de la guerre et a contraint les acteurs régionaux qui cherchaient à renverser le gouvernement du président syrien Bachar al-Assad à revoir leurs politiques en prenant compte le nouveau rôle de Moscou.

En conséquence, les élites politiques de ces pays et ceux des autres alliés des États-Unis – l’Arabie saoudite, les EAU, le Qatar etc. – ont commencé à douter de l’engagement américain envers leur sécurité.

Enfin, la révolution du pétrole de schiste des Américains au début des années 2010 a abouti à une augmentation importante de leur propre production pétrolière.

La stratégie russe en Syrie montre comment gagner une guerre au Moyen-Orient
Lire

Entre 2008 et 2019, la production pétrole américaine a augmenté de 140 %, de 5 000 barils par jour (bpj) à 12 000 bpj tandis que les importations de pétrole ont baissé de 24 %, de 13 000 bpj à 7 800 bpj. Les importations de pétrole depuis la région du Golfe a été divisée par trois pendant cette période, réduisant clairement son importance stratégique pour Washington.

Ces changements dans les importations de pétrole américaines et la chute des prix du pétrole en 2014 ont rapproché Moscou et Riyad et ont donné naissance à l’OPEP+ afin de coordonner la production et les exportations de pétrole de ces deux nations.

Cela a également contribué à la diversification des partenariats des pays de la région qui depuis de nombreuses décennies se concentraient exclusivement sur les États-Unis.

Mais les accords militaires entre la Russie et l’Égypte et l’Arabie saoudite ne doivent pas être considérés comme un grand changement d’allégeances politiques.

La coopération militaro-technique entre les Russes et les Égyptiens est bien plus avancée et étroite que celle entre la Russie et l’Arabie saoudite, car elle va au-delà des ventes d’armes et inclut une coopération antiterroriste ainsi que des exercices militaires conjoints chaque année.

Si le partenariat entre Moscou et Riyad se développe lentement, son éventuelle réussite ne suscite que peu d’optimisme car il n’y a pas de facteurs fondamentaux qui peuvent l’amener au niveau supérieur ce qui fait de la Russie seulement l’un des nombreux partenaires clés de l’Arabie saoudite.

Alexey Khlebnikov est un expert de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord au Russian International Affairs Council. Il est titulaire d’une maîtrise en politiques publiques mondiales et études du Moyen-Orient. Il a été titulaire d’une bourse Muskie à l’École des affaires publiques Hubert Humphrey de l’Université du Minnesota (2012-2014) et chargé de recherche à la School of Advanced International Studies de l’Université Johns Hopkins en 2013.

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

Alexey Khlebnikov
Alexey Khlebnikov is a MENA expert at the Russian International Affairs Council. He holds an MA in global public policy and Middle Eastern studies. He was a Muskie fellow at the University of Minnesota Hubert Humphrey School of Public Affairs (2012-2014) and a research fellow at Johns Hopkins SAIS in 2013.