Aller au contenu principal

Des drones révèlent l’existence d’un monument antique de la taille d’une piscine olympique à Pétra

Des archéologues ont localisé une gigantesque plate-forme qui était « cachée à la vue de tous » dans ce site jordanien classé au patrimoine mondial
Un Bédouin jordanien pose avec des touristes devant la façade de la Khazneh (« le Trésor »), un tombeau de la ville antique de Pétra (AFP)

Des images transmises par satellite et par drone ont permis à des archéologues de localiser un gigantesque monument antique qui était « caché à la vue de tous » à Pétra, un site classé au patrimoine mondial.

Située en Jordanie, la ville caravanière nabatéenne – autrefois un important carrefour entre l’Arabie et l’Égypte – a été à moitié construite et à moitié creusée dans la roche. C’est l’un des sites archéologiques les plus célèbres au monde, où les traditions orientales se marient avec l’architecture hellénistique.

Le site de Pétra, qui a figuré dans le film Indiana Jones et la dernière croisade, est encerclé de montagnes entrecoupées d’étroits passages et de gorges et fait partie des sites du patrimoine les plus explorés au monde.

Le cœur de la cité nabatéenne fut largement étudié par l’explorateur Johann Burckhardt en 1812, mais la récente découverte d’une structure de la longueur d’une piscine olympique à 800 mètres à peine du centre de la ville antique prouve qu’il y a encore des découvertes à faire aux alentours.

Le monument nouvellement découvert consiste en une plate-forme de 56 x 49 m, dont on pense qu’elle englobe une plate-forme de taille légèrement plus réduite, recouverte à l’origine d’un dallage. Elle est en partie bordée de colonnes qui couronnaient autrefois un grand escalier.

Il n’existe aucune structure similaire à Pétra et il est très probable qu’elle ait eu une fonction publique ou cérémonielle, d’après les archéologues Sarah Parcak, associée au National Geographic, et Christopher Tuttle, directeur exécutif du Council of American Overseas Research Centers.

Les chercheurs ont utilisé des photographies de drones, des images satellitaires à haute résolution et des relevés de terrain classiques pour localiser la structure, qui n’a pas encore été exhumée.  

Les images transmises par satellite et par drone ont permis aux deux archéologues d’identifier de façon imprécise les contours de bâtiments antiques et de tenter de comprendre leurs rapports avec d’autres édifices de Pétra.

On a pu déceler cette structure grâce à des images transmises par satellite et par drone (ASOR)

Leurs travaux ont été divulgués dans une étude publiée la semaine dernière par The Bulletin of the American Schools of Oriental Research, qui a décrit cette découverte comme étant « cachée à la vue de tous ». Pétra était la capitale de la tribu des Nabatéens au IIe siècle avant J.-C., mais elle fut abandonnée à la fin de la période byzantine, six siècles plus tard. Des tessons de poterie trouvés près de la surface de la plate-forme nouvellement découverte suggèrent que celle-ci a été construite au milieu du IIe siècle avant J.-C., quand Pétra avait atteint son apogée.

Aujourd’hui, des centaines de milliers de touristes viennent chaque année visiter les monuments antiques de Pétra, et notamment le Trésor, qui a servi de décor aux scènes finales de la superproduction hollywoodienne.  

Avant d’être soumis et absorbés par l’Empire romain, les Nabatéens contrôlaient une vaste portion du Moyen-Orient – d’Israël et de la Jordanie actuels jusqu’au nord de la péninsule arabique. Les vestiges de leurs réseaux novateurs de capture, de stockage et de transport de l’eau ainsi que de leurs systèmes d’irrigation subsistent encore de nos jours à travers la région.

Traduit de l’anglais (original) par Maït Foulkes.