Aller au contenu principal

Les forces turques accusées de « massacre » à propos du raid sur Cizre

Les rapports sur le bilan et l’identité des victimes du raid sur un bâtiment par les forces de sécurité turques sont pour le moins contradictoires
Une foule se tient en face des cercueils de victimes kurdes qui auraient été tuées pendant le couvre-feu, lors de funérailles à Şırnak (AFP)

Des dizaines de personnes auraient été tuées dans la ville de Cizre, au sud de la Turquie, à la suite d’un raid mené par les services de sécurité sur un bâtiment supposé abriter des combattants séparatistes kurdes.

Le groupe de presse public TRT a indiqué dimanche soir que 60 « terroristes » avaient été « neutralisés » après le raid sur le bâtiment dans le quartier Cudi de Cizre.

Des sources médiatiques turques avaient précédemment rapporté que neuf personnes avaient trouvé la mort dans le bâtiment le vendredi lorsqu’un incendie s’était déclenché dans les étages supérieurs.

Le député du Parti démocratique des peuples pro-kurde Faysal Sarıyıldız a déclaré à la chaîne de télévision kurde Sterk TV qu’il avait entendu « deux grosses explosions » avant l’assaut.

« Les personnes dans le bâtiment nous avaient dit il y a deux jours que mis à part les neuf personnes qui étaient mortes dans l’incendie provoqué par les forces de l’État et l’enfant qui a été tué par balles, il y avait encore 52 personnes là-bas », a-t-il rapporté.

« Il semble que ce soit le bâtiment dont parlent les médias. Nous ne disposons d’aucune information concrète. Toutefois, ce genre de sauvagerie pourrait être vraie. Tout ce que nous voulions était que ces gens soient transportés à l’hôpital. »

« Si cette affirmation est vraie, alors il s’agit d’un massacre. »

De nombreuses déclarations contradictoires ont été faites à propos de l’ampleur de l’attaque, ainsi que sur l’implication présumée des victimes avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Traduction : « Guerre de l’info en Turquie :
TV publique : « 60 terroristes » tués au cours du raid de Cizre.
HDP kurde : « 30 personnes brûlées vives » dans le raid.
Gouverneur : « 10 terroristes » tués au combat. »


Une déclaration faite par le bureau du gouverneur de Şırnak publiée lundi matin indiquait : « dix terroristes ont été neutralisés à la suite de l’opération menée contre des membres de l’organisation terroriste séparatiste dans le district de Cizre ».

Dans le même temps, Kamuran Yüksek (co-président du parti frère du HDP, le Parti démocratique des régions, DBP) a déclaré dans un communiqué à la presse dans la province de Mardin que 30 corps avaient été emmenés dans des ambulances.

Il a également dit qu’un deuxième sous-sol, où se trouvait 26 personnes blessées et où 7 personnes seraient déjà mortes, avait subi des attaques de l’armée.

Halil Yavuzel, frère de Mehmet Yavuzel, l’un de ceux pris au piège dans le sous-sol, a déclaré à l’agence pro-PKK Firat que le président turc Recep Tayyip Erdoğan essayait d’« exterminer » les Kurdes dans le sud-est.

« Le président Erdoğan, le continuateur de cette guerre, tente d’exterminer le peuple kurde avec sa dictature », a-t-il affirmé. « Il échouera et sa dictature prendra fin tôt ou tard ! »

« Il devrait regarder ce qui est arrivé aux dictateurs voisins ; tout ce qui est arrivé à Saddam et Assad va bientôt lui arriver. »

Les couvre-feux, les meurtres et les arrestations de journalistes rendent difficile la vérification des faits concrets sur les événements dans le sud-est : la plupart des informations proviennent de sources soit pro-gouvernementales soit pro-PKK.

Cizre est soumise à un couvre-feu depuis 57 jours, depuis que les militants kurdes armés affiliés pour la plupart au Mouvement de la jeunesse patriotique révolutionnaire (YDG-H) – souvent désigné comme « l’aile de la jeunesse » du PKK – ont déclaré l’autonomie et ont commencé à ériger des barrages routiers et à creuser des tranchées.

L’armée turque affirme avoir tué environ 500 militants rien qu’à Cizre depuis que les opérations contre la ville ont commencé le 14 décembre.

La semaine dernière, le HDP a déclaré qu’au moins 200 civils avaient été tués depuis juillet, dont 70 enfants.

On pense que jusqu’à 100 000 des 120 000 habitants de Cizre ont fui.

Des violences ont éclaté dans le sud-est depuis le mois de juillet lorsqu’un cessez-le feu de deux ans entre l’État turc et le PKK a pris fin.

La Turquie a lancé des frappes aériennes contre des cibles liées au PKK en Turquie et dans les montagnes de Qandil dans le nord de l’Irak et prétend à ce jour avoir tué plus de 3 100 militants, bien que le PKK conteste vivement ce chiffre.

Traduction de l’anglais (original) par VECTranslation.