Aller au contenu principal

Un rapport analyse comment un réseau islamophobe alimente la haine aux Etats-Unis

Les sentiments anti-musulmans aux Etats-Unis sont alimentés par des organisations et des donateurs qui paient plus de 57 millions de dollars pour diaboliser l’islam, selon un rapport
Impression d’écran d’une vidéo produite par le Center for American Progress (YouTube)
Par

Les sentiments anti-musulmans aux Etats-Unis sont alimentés par un « réseau » d’organisations et de mécènes qui cherchent à influencer la perception publique envers les adeptes de l’islam, selon un récent rapport publié par le Center for American Progress. 

Le rapport, intitulé "Fear, Inc. 2.0, The Islamophobia Network’s Efforts to Manufacture Hate in America" met à jour une enquête conduite en 2011 et affirme qu’un ensemble de fondations financent des hommes politiques, des experts en sécurité et des journalistes afin de s’assurer que les musulmans ne sont pas dépeints de manière juste et équilibrée.
 
« [L’islamophobie] prend la forme d’un climat général de peur et de colère envers les musulmans des Etats-Unis, ainsi que l’illustrent la théorie du « djihad civilisationnel », la rhétorique de la droite religieuse et la couverture médiatique biaisée de l’attentat à la bombe du marathon de Boston », écrivent Matthew Duss, Yasmine Taeb, Ken Gude et Ken Sofer, les auteurs du rapport.

« Cela se traduit par des efforts politiques cyniques de tirer profit de ce climat de peur, comme le montrent les projets de loi nationaux contre la Charia introduits à travers le pays et la démagogie des hommes politiques de droite. Et, peut-être plus dangereux encore, cela se manifeste à travers des politiques institutionnelles qui voient les musulmans américains comme une menace, à l’instar des manuels de formation du FBI qui présentent l’islam comme une religion de violence. »

Le réseau aurait déboursé plus de 57 millions de dollars pour diaboliser l’islam dans l’opinion publique.

« L’alarmisme perpétué par le réseau de l’islamophobie va souvent de pair avec les tentatives d’institutionnaliser la discrimination à l’encontre des musulmans », écrit Yasmine Taeb dans un article publié sur le site web ThinkProgress.org.

Dans une interview pour DemocaryNow.org, Yasmine Taeb indique que le rapport de 2011 « expose en détail l’étroit enchevêtrement de groupes de mécènes, d’organisations, d’activistes, d’élus et de commentateurs des médias qui composent le réseau et alimentent fondamentalement les sentiments anti-musulmans aux Etats-Unis ».

« Dans notre nouveau rapport [2014], nous constatons que ce réseau cherche à marginaliser une communauté de trois millions d’Américains en promouvant des politiques discriminatoires et nous expliquons précisément les répercussions de ces politiques sur la vie d’Américains ordinaires », a-t-elle ajouté.

« Nous savons que l’effet de l’hystérie anti-musulmans que ce réseau génère contribue à la hausse du nombre des crimes de haine… Plus de 57 millions de dollars ont été alloués à ces organisations alarmistes, anti-musulmans et anti-islam par huit mécènes extrêmement riches. »