Aller au contenu principal

Syrie : la France rejette sans explication la demande d’asile d’un journaliste

Hussam Hammoud ignore pourquoi il s’est vu refuser un « visa humanitaire » et craint d’être renvoyé en Syrie depuis la Turquie
Hussam Hammoud lors d’une interview dans le Sud de la Turquie (Aboud Hamam)

La France a rejeté la demande d’asile d’un célèbre journaliste syrien qui risque désormais d’expulsion vers son pays natal depuis la Turquie, où il vit actuellement.

Hussam Hammoud, qui collabore avec Middle East Eye, The Guardian et France 24 notamment, s’est vu refuser un « visa humanitaire » pour lui, sa femme et leurs deux enfants bien qu’ils aient reçu des menaces de plusieurs sources à la fois en Turquie et en Syrie.

En Syrie, les réfugiés d’Idleb se préparent à ne plus recevoir d’aide humanitaire
Lire

Le journaliste, qui a couvert la Syrie notamment depuis sa ville natale de Raqqa – un temps « capitale » autoproclamée du groupe État islamique –, confie à MEE avoir passé des jours à tenter d’en savoir plus sur le motif du rejet de sa demande.

« Je n’ai pas la moindre idée de la raison pour laquelle elle a été rejetée parce qu’on ne m’a pas donné d’explication. Avec d’autres, nous avons tenté de connaître la raison, mais on ne nous a pas donné de réponse », explique-t-il.

Il se dit « très déconcerté » étant donné que des milliers d’autres réfugiés syriens ont été acceptés dans le pays, même récemment, et en tant que journaliste, l’asile lui était particulièrement nécessaire.

« J’ai été interrogé en tant que journaliste et j’ai demandé une protection en tant que journaliste, c’est une espèce de cas spécial pour un réfugié syrien », explique-t-il.

« Ils ont accueilli énormément de réfugiés syriens, même il y a encore un mois ou deux. Il est donc bizarre de refuser ma demande tandis qu’ils en accueillent d’autres. »

Des menaces qui se multiplient

Il dit attendre une réponse de l’ambassade française en Turquie à qui il a demandé de reconsidérer cette décision. En cas d’échec, il pourrait faire appel de la décision via un avocat à Paris.

Le rejet de la demande de Hussam Hammoud intervient alors que le climat est de plus en plus délétère pour les quatre millions de Syriens qui vivent en Turquie.

En raison de la pression nationale, Ankara a promis le retour des Syriens – qui n’ont pas officiellement le statut de réfugiés mais sont considérés comme des invités – en Syrie malgré les combats en cours et la répression du gouvernement syrien et d’autres groupes armés.

« Ce qui fait défaut actuellement en Turquie, c’est une véritable protection pour les réfugiés syriens »

- Hussam Hammoud, journaliste

De plus, des réfugiés syriens sont fréquemment agressés et leurs commerces incendiés en raison de comportements racistes.

Le weekend dernier, un Syrien de 17 ans aurait été assassiné dans la province de Hatay, dans le Sud de la Turquie. Faris Muhammed al-Ali, qui venait d’être accepté en médecine dans la province occidentale de Balıkesir, a été agressé par un groupe de cinq hommes et poignardé à mort alors qu’il rentrait chez lui après le travail.

Hussam Hammoud indique qu’avec d’autres Syriens, ils craignent pour leur sécurité en Turquie du fait des incidents de ce type, combinés à la menace toujours présente d’un renvoi dans leur pays d’origine.

Comment les réfugiés syriens sont devenus des victimes sur le front des « fake news » en Turquie
Lire

« Ce qui fait défaut actuellement en Turquie, c’est une véritable protection pour les réfugiés syriens », estime-t-il, pointant le fait que les Syriens sont menacés d’expulsion même en cas d’infractions mineures.

MEE a contacté les autorités françaises mais n’avait pas reçu de réponse au moment de la publication.

L’organisation dédiée à la liberté de la presse Reporters sans frontières classe la Syrie parmi les pays les plus dangereux au monde pour les journalistes : au moins 300 journalistes, professionnels et non professionnels, ont été tués en couvrant des bombardements ou ont été assassinés par les parties prenantes au conflit depuis 2011. 

Plus de 300 000 personnes sont mortes depuis le début de la guerre civile en Syrie en 2011, lorsque le président Bachar al-Assad a réprimé les manifestations réclamant plus de libertés civiles et des réformes dans le pays.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.