Aller au contenu principal

Maroc : Saâdeddine el-Othmani dénonce la normalisation avec Israël

Les déclarations hostiles à l’accord entre les Émirats arabes unis et Israël interviennent à quelques jours de la visite de Jared Kushner au royaume
Selon le Premier ministre marocain, « toutes les concessions en cours sont inacceptables » (AFP)
Selon le Premier ministre marocain, « toutes les concessions en cours sont inacceptables » (AFP)
Par

Le Premier ministre marocain Saâdeddine el-Othmani a rejeté dimanche 23 août toute normalisation des relations entre le Maroc et Israël, a rapporté Reuters.

« Nous refusons toute normalisation avec l’entité sioniste parce que cela l’encourage à aller plus loin dans la violation des droits du peuple palestinien», a-t-il déclaré lors de son discours inaugural du 16e Forum national de la jeunesse du Parti de la justice et du développement (PJD), dont il est le secrétaire général.

Saâdeddine el-Othmani a réaffirmé dans son discours le rejet « du roi du Maroc, du gouvernement et du peuple marocain de toute opération de judaïsation » des lieux saints à Jérusalem.

Il a également insisté sur l’engagement du royaume à « défendre les droits des Palestiniens et les droits des Maqdessis [habitants de Jérusalem] et le caractère arabe et musulman de [Jérusalem] ». Et de marteler qu’il s’agit là de « lignes rouges à ne pas franchir ».

Accord Émirats-Israël : un revers considérable pour Mohammed VI
Lire

Tout en évitant de citer nommément les Émirats arabes unis, qui ont passé un accord de normalisation avec Israël, le Premier ministre marocain a déclaré que  « toutes les concessions en cours [étaient] inacceptables ».

Cette position rejoint celle du PJD contenue dans le communiqué du parti du 21 août dénonçant la normalisation des relations avec Israël, ainsi que la position du parti rejetant l’« accord du siècle » dans un texte publié le 2 juin 2019, quelques jours après la visite au Maroc de Jared Kushner, conseiller et gendre de Donald Trump, chargé du plan de paix israélo-palestinien.  

Le même Jared Kushner est justement attendu dans plusieurs capitales de la région : il visitera dans les prochains jours Israël, Bahreïn, Oman, l’Arabie saoudite et le Maroc.   

La tournée de Kushner est précédée par celle du secrétaire d’État Mike Pompeo. Lundi dernier, Jared Kushner a pressé Riyad de normaliser ses relations avec Israël, estimant qu’un tel accord serait dans l’intérêt des Saoudiens.

« Lors de ses entretiens avec les dirigeants de la région, Kushner devrait encourager davantage de pays arabes à suivre les traces des Émirats arabes unis et à aller de l’avant avec une normalisation complète des relations avec Israël », indique Le Desk, citant des médias américains.  

Un deal autour du Sahara occidental ? 

La télévision publique israélienne Kan a indiqué la semaine passée que « le Maroc serait probablement l’un des prochains États arabes à normaliser ses relations diplomatiques avec Israël ».

« Citant un officiel américain anonyme, la chaîne Kan a déclaré que le Maroc était perçu comme un candidat probable, étant donné qu’il a déjà des liens touristiques et commerciaux avec Israël. Le reportage évoquait aussi les efforts du pays d’Afrique du Nord pour protéger sa petite communauté juive », a rapporté The Times of Israel.

La chaîne israélienne affirmait aussi « qu’en échange de la normalisation, Rabat cherchait à obtenir la reconnaissance américaine de sa souveraineté sur le territoire contesté du Sahara occidental ».

La position officielle du Maroc est en faveur de la solution à deux États, avec Jérusalem-Est comme capitale d’un État palestinien.

Le Maroc et Israël ont noué des relations de basse intensité en 1993 après la conclusion d’un accord de paix israélo-palestinien à Oslo. Mais Rabat a suspendu ses relations avec Israël après le déclenchement de la seconde Intifada en 2000.