Aller au contenu principal

Faute de F-16, la Turquie pourrait faire une offre pour des Eurofighter Typhoon

Le commandant de l’armée de l’air turque s’est rendu au Royaume-Uni le mois dernier et a inspecté les avions de combat d’Eurofighter, suscitant un débat au sein du gouvernement turc sur une éventuelle acquisition
Un soldat britannique à côté d’un avion de combat Eurofighter Typhoon sur la base Royal Air Force Akrotiri, à Chypre, le 22 septembre 2016, avant son décollage pour une mission sur l’Irak (AFP/photo d’archives)
Un soldat britannique à côté d’un avion de combat Eurofighter Typhoon sur la base Royal Air Force Akrotiri, à Chypre, le 22 septembre 2016, avant son décollage pour une mission sur l’Irak (AFP/photo d’archives)

Le gouvernement turc pourrait être intéressé par l’achat d’avions de chasse Eurofighter Typhoon si sa demande d’achat de F-16 auprès des États-Unis n’avance pas, rapportent des sources au fait du dossier à Middle East Eye

Le commandement de l’armée de l’air turque, le général Hasan Küçükakyüz, s’est rendu le mois dernier au Royaume-Uni, principal producteur au sein du consortium, et a rencontré le chef d’état-major de la Royal Air Force, Sir Mike Wingston.

Le général Küçükakyüz a également inspecté les appareils de la Quick Reaction Alert britannique qui accompagnent les Typhoon.

La Turquie négocie avec les États-Unis pour acquérir des F-16, selon Erdoğan
Lire

« Les Typhoon sont très bons, d’excellente qualité », assure une source au fait des délibérations internes du gouvernement turc à MEE.

« Ce pourrait être une option provisoire jusqu’à ce qu’on obtienne le TF-X de cinquième génération produit localement, si on n’obtient pas les F-16, bien évidemment. » 

En septembre, la Turquie a demandé 40 F-16 et 80 kits de modernisation au gouvernement américain après son expulsion du programme F-35 il y a plus de deux ans car elle avait acquis le système de défense antimissile russe S-400.

Selon les responsables turcs, le gouvernement américain les a encouragés à déposer cette demande après avoir contacté un jeune diplomate turc à Washington pour transmettre l’information.

« Ils savaient même combien nous avions besoin d’avions et ont dit “pourquoi ne pas faire une demande et voir ce qui se passe ?” », précise un responsable turc à MEE

« L’épine dorsale de la défense aérienne alliée »

Ankara a pris son temps pour présenter les documents nécessaires mais ceux qui suivent l’affaire de près à Washington confient à MEE que le président américain Joe Biden va soutenir cette demande. Il est donc très probable que l’accord soit adopté au Congrès américain, malgré sa position généralement peu favorable à la Turquie. 

Des gens proches du dossier estiment que la demande de F-16 pourrait être acceptée au Congrès après l’élection présidentielle turque de juin 2023, étant donné que l’administration Biden ne voudrait pas apparaître comme faisant une faveur au gouvernement du président turc Recep Tayyip Erdoğan

Des gens proches du dossier estiment que la demande de F-16 pourrait être acceptée au Congrès après l’élection présidentielle turque de juin 2023, étant donné que l’administration Biden ne voudrait pas apparaître comme faisant une faveur au gouvernement du président turc

Mais les récentes menaces turques d’une opération militaire contre les groupes kurdes dans le nord de la Syrie ainsi que le véto d’Erdoğan à l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN pourrait compliquer l’ensemble du processus et la Turquie ne pourrait pas obtenir ces F-16 avant longtemps. 

« Le Royaume-Uni tente de vendre le Typhoon à la Turquie depuis longtemps », indique Özgür Ekşi, rédacteur en chef du site spécialisé dans la défense TurDef.com.

« L’Italie, membre du consortium, a elle aussi fait de son mieux il y a dix ans mais n’a pas réussi à convaincre les Turcs car nous étions concentrés sur le matériel américain. » 

Selon un éditorial publié dans le quotidien progouvernement turc Daily Sabah ce weekend, l’Eurofighter produit par un consortium britannique, allemand, espagnol et italien « a démontré son efficacité et est l’épine dorsale de la défense aérienne alliée ». 

Cet article estime que l’approbation des F-16 est un pari à pile ou face et que l’Eurofighter est la meilleure option pour l’armée turque. 

Pourquoi certains États européens ont déclaré la guerre à leur allié turc
Lire

« Depuis son vol inaugural en 1994, le Typhoon a été modernisé et mis à jour pour être l’avion polyvalent le plus sophistiqué sur le marché » insiste l’article.

« Son fuselage a été conçu pour réduire sa surface équivalente radar et les mises à niveau améliorent la furtivité de l’appareil. La fusion des données sensorielles, l’importante perception de la situation, l’avionique et l’électronique de pointe, ses capacités de supercroisière et sa souveraineté concernant les données de missions fourniraient à l’armée de l’air turque un avantage concurrentiel. » 

Interrogé à propos d’un accord éventuel de vente de l’Eurofighter Typhoon à la Turquie, un porte-parole du ministère britannique de la défense a déclaré : « La Turquie est un allié de l’OTAN et un ami important du Royaume-Uni. Le Royaume-Uni discute régulièrement avec la Turquie de coopération, tout comme nous avons des conversations similaires avec d’autres alliés. »

Tout accord nécessite l’approbation de l’Allemagne, de l’Espagne et de l’Italie. Les relations entre la Turquie et l’Allemagne sont souvent tendues et Berlin se montre généralement prudent par rapport aux demandes d’armes de la Turquie et continue de bloquer les exportations de certains éléments clés pour le secteur de l’armement turc.

Des versions modernisées

Le mois dernier, le Royaume-Uni a totalement levé toutes les restrictions sur les exportations de produits liés à la défense vers la Turquie, lesquelles avaient été mises en place à la suite de l’offensive d’Ankara sur le nord-est de la Syrie en 2019. 

La source au fait des réflexions du gouvernement turc indique que l’armée turque pourrait s’adapter facilement aux plateformes de l’Eurofighter mais que cela nécessiterait quand même un certain travail sur le terrain. « Ce ne sera pas très facile mais comparé à un système n’appartenant pas à l’OTAN, cela se fera en douceur. » 

La Turquie « ne tournera pas le dos » au système de missiles S-400 malgré les sanctions américaines
Lire

Ekşi, le spécialiste de la défense, pense que la Turquie devrait mettre la main sur des versions modernisées et mises à jour de l’Eurofighter. « Sinon, l’armée turque devra faire un travail de maintenance additionnel sur le corps des avions et moderniser leur avionique », explique-t-il. 

La Turquie et le Royaume-Uni entretiennent des relations étroites en matière de défense via leur partenariat dans l’OTAN, et il existe aussi une coopération industrielle.

Le fabricant de moteurs britannique Rolls-Royce et son partenaire local Kale devrait fournir un moteur pour le premier avion de chasse produit localement par Ankara, le TF-X.

Le britannique BAE Systems collabore lui aussi étroitement avec Turkish Aerospace Industries pour développer cet avion, y compris sa technologie en matière de furtivité.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.