Aller au contenu principal

À l’ONU, la France muette sur les droits de l’homme en Arabie saoudite

Le 23 septembre, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a publié une déclaration qui s’inquiète des violations des droits humains dans le royaume saoudien. La plupart des grands pays européens l’ont signée, mais pas la France
Le président français Emmanuel Macron et le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, à Paris, le 10 avril 2018 (AFP)

Elle a pris la parole à Genève, devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, au péril de sa sécurité et celle des siens. Visiblement très émue, solennelle, Lina, la sœur de l’activiste saoudienne Loujain al-Hathloul emprisonnée depuis mai 2018, a demandé aux représentants présents de réclamer à l’Arabie saoudite la libération « immédiate et sans conditions » de sa sœur.

Loujain, qui vient d’avoir 30 ans, aurait été torturée en prison, ainsi que plusieurs autres militantes saoudiennes des droits des femmes, selon des activistes. Des méthodes brutales que Human Rights Watch avait déjà dénoncées dans un rapport en novembre dernier ; une des militantes torturées aurait tenté à plusieurs reprises de se suicider.

À la fin de cette session, la troisième de l’année pour le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, l’Australie a présenté une déclaration pour demander à l’Arabie saoudite « de redoubler ses efforts de réforme en faveur des droits de l’homme », et « mettre fin à l’impunité en cas de torture et d’exécutions extrajudiciaires », appelant en outre le royaume à interdire la peine capitale.

La Belgique, le Canada, l’Allemagne ou encore le Royaume-Uni : en tout vingt-quatre pays l’ont signée, dont quinze membres de l’Union européenne, mais pas… la France.

« Intérêts économiques »

« C’est certain que c’est lié à des intérêts économiques », explique à Middle East Eye Nada Awad, en charge du plaidoyer international pour l’Institut du Caire pour les droits de l’homme, une ONG régionale. La France « ne veut pas mettre la pression car elle vend des armes » à l’Arabie saoudite. Le royaume est le troisième plus gros client des exportations d’armement françaises.

Ces ventes d’armes, qui sont susceptibles d’être utilisées par l’Arabie saoudite dans la guerre qu’elle mène depuis 2015 au Yémen – laquelle a fait des milliers de victimes parmi les civils et généré une situation humanitaire désastreuse – ont été dénoncées par des ONG.

« [La France] ne veut pas mettre la pression car elle vend des armes [à l’Arabie saoudite] »

- Nada Awad, Cairo Institute for Human Rights Studies

Un groupe d’experts de l’ONU a même préconisé début septembre de stopper la vente d’armement aux belligérants, ajoutant : « la légalité des transferts d’armes par la France, le Royaume-Uni, les États-Unis et d’autres États reste discutable et fait l’objet de diverses procédures judiciaires nationales ».

La France, elle, affirme que « les armes françaises dont disposent les membres de la coalition sont placées pour l’essentiel en position défensive » et qu’elle n’a « pas connaissance de victimes civiles résultant de leur utilisation sur le théâtre yéménite », où la guerre a déjà fait plus de 10 000 morts.

Contactés par Middle East Eye, la délégation française a indiqué avoir renvoyé les questions vers Paris, sans donner de réponse avant publication. La France a encore deux semaines pour changer d’avis et apposer sa signature sur la déclaration du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. L’Italie, l’Espagne ou encore la Suisse n’ont pas encore signé non plus.

Activistes libérées

« Ils donnent beaucoup d’excuses : parce qu’on est en train de négocier avec l’Arabie saoudite sur la guerre au Yémen, parce qu’il faut trouver un équilibre dans nos intérêts, etc. », rapporte à Middle East Eye Salma El Hosseiny, qui s’occupe du plaidoyer auprès du Conseil des droits de l’homme pour l’ONG International Service for Human Rights.

Pourtant, selon elle, cette déclaration n’a pas uniquement une valeur symbolique.

Alors qu’auparavant, jamais le royaume n’avait été inquiété à propos de la situation des droits de l’homme à l’intérieur de ses frontières, en mars 2019, une précédente déclaration commune du Conseil des droits de l’homme condamnant l’Arabie saoudite avait porté certains fruits.

Entre Khashoggi et ben Salmane, la France opte pour ses intérêts
Lire

On était alors en plein dans l’affaire Khashoggi : le meurtre de ce célèbre journaliste et détracteur dans l’enceinte du consulat saoudien à Istanbul avait marqué les esprits.

Selon un rapport de l’ONU, « des éléments de preuves tangibles » semblent lier son assassinat au prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane. L’intéressé a d’ailleurs admis que le crime a été « commis sous sa responsabilité », dans un documentaire qui sera diffusé début octobre sur la chaîne américaine PBS. 

En mars, la totalité des États de l’Union européenne ont signé ce premier communiqué conjoint, qui demande à l’Arabie saoudite de faire toute la lumière sur le meurtre du journaliste mais aussi de libérer les militants des droits de l’homme emprisonnés.

« La France a été l’un des derniers pays à signer », se rappelle Salma El Hosseiny.

Aux côtés de neuf autres détenus, la déclaration mentionne le cas de Loujain al-Hathloul.

À l’époque, ces militants saoudiens étaient emprisonnés depuis plus de dix mois sans procès. « Et il était question de les faire juger devant un tribunal spécial qui s’occupe des affaires de terrorisme », souligne Salma El Hosseiny. Selon Human Rights Watch, les activistes risquaient alors jusqu’à vingt ans de prison.

La déclaration du Conseil des droits de l’homme a alors fonctionné, remarque Salma El Hosseiny : « Sept activistes, dont cinq qui étaient cités dans la déclaration, ont été libérés. Ce n’est pas rien, sept personnes dehors ! »

La France et les autres pays européens qui ont signé en mars « ont depuis modifié leurs positions alors que la situation, elle, n’a pas changé », ajoute-t-elle.

Pourquoi les femmes fuient l’Arabie saoudite de Mohammed ben Salmane
Lire

En août, la famille de Loujain al-Hathloul a fait savoir que la jeune femme venait de refuser d’être libérée. Les autorités saoudiennes lui demandaient en échange de nier toute torture dans une vidéo. Or, selon son frère Walid, la jeune activiste a été « fouettée, frappée, électrocutée, et harcelée régulièrement », sans compter des menaces de viols et les multiples interrogatoires.

Loujain n’a toujours pas goûté à l’un des droits qu’elle a ardemment défendus : celui de pouvoir conduire, qui a été octroyé aux femmes saoudiennes en juin 2018, juste après son arrestation.

Les deux déclarations du Conseil des droits de l’homme le stipulent : l’Arabie saoudite a mené des réformes ces deux dernières années, comme promis par le prince héritier Mohammed ben Salmane. La plus récente : depuis juin, les Saoudiennes peuvent obtenir un passeport et voyager sans avoir besoin de l’accord d’un « gardien » masculin.

C’est trop peu, jugent toutefois les États signataires de la dernière déclaration, qui restent « préoccupés par les rapports faisant état d’actes de torture, de détentions arbitraires, de disparitions forcées, de procès injustes et de harcèlement » contre les défenseurs des droits de l’homme.

Mais pour l’instant, la France n’a pas joint sa voix à ces inquiétudes.