Aller au contenu principal

Le Conseil d’État suspend l’interdiction du « burkini » dans une station balnéaire du sud

Le Conseil d’État suspend l’interdiction du maillot de bain intégral à Villeneuve-Loubet, près de Nice, une décision qui pourrait faire jurisprudence pour les autres arrêtés locaux
Une femme porte un « burkini » sur une plage de Marseille, France, le 17 août (Reuters)

Ce vendredi, un tribunal français a suspendu l’arrêté « anti-burkini » d’une station balnéaire du sud.

Le Conseil d’État, la plus haute juridiction administrative française, a statué contre l’interdiction de ce vêtement couvrant l’ensemble du corps à Villeneuve-Loubet, près de Nice.

Dans cette ordonnance qui devrait faire jurisprudence, le Conseil d’État a énoncé que les autorités locales ne pouvaient restreindre les libertés individuelles qu’en cas de « risque avéré » pour l’ordre public.

Des policiers ont verbalisé des musulmanes portant des burkinis sur les plages dans certaines villes telles que les stations balnéaires de Nice et Cannes sur la côte d’Azur.

Le recours avait été déposé par la Ligue des droits de l’homme et le Collectif contre l’islamophobie en France.

Le Conseil français du culte musulmans (CFCM) a salué cette « décision de bon sens » et une « victoire du droit, de la sagesse ».

Toutefois, d’autres arrêtés locaux restent en vigueur et doivent également être contestés.
 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.