Aller au contenu principal

Jeux paralympiques de Tokyo : ce pongiste égyptien joue avec sa bouche

Ibrahim Hamadtou a perdu ses deux bras dans un accident de train lorsqu’il était enfant. Il espère désormais accéder à la phase à élimination directe des Jeux paralympiques de Tokyo
Ibrahim Hamadtou prend part au tournoi du tennis de table lors des Jeux paralympiques de Rio de Janeiro (Brésil), en 2016 (AFP/Christophe Simon)

Ibrahim Hamadtou n’avait que 10 ans lorsqu’il a perdu ses deux bras dans un accident de train.

Mais il n’a pas laissé cet accident l’entraver : aujourd’hui âgé de 48 ans, il représente l’Égypte aux Jeux paralympiques de Tokyo 2020.

Même si le football semblait être une activité sportive logique, Ibrahim Hamadtou a été attiré par le tennis de table simplement en raison de l’énorme défi que cela représentait. 

« Dans notre village, nous ne pouvions jouer qu’au tennis de table et au football à l’époque, raison pour laquelle j’ai pratiqué les deux sports », a raconté l’athlète à CNN en 2014.

« Il était logique de faire tout d’abord du football, compte tenu de mon cas ; ensuite, j’ai fait du tennis de table pour le défi. »

JO de Tokyo : les grands moments de la région MENA
Lire

La persévérance et la détermination dont fait preuve Ibrahim Hamadtou, qui attire aujourd’hui l’attention internationale, ne sont pas nouvelles. C’est même sa détermination qui l’a poussé à se lancer dans ce sport.

« J’étais au club et j’arbitrais un match entre deux de mes amis », a-t-il confié dans une interview accordée à la Fédération internationale de tennis de table.

« Ils n’étaient pas d’accord sur un point. Lorsque j’ai accordé le point à l’un d’eux, l’autre joueur m’a dit de ne pas intervenir car je ne pourrais jamais jouer. C’est après avoir entendu ces mots que j’ai décidé de me mettre au tennis de table. »

Les images saisissantes d’Ibrahim Hamadtou en compétition ont attiré l’attention d’un large public en ligne. L’athlète tient la raquette dans sa bouche et ne porte pas de chaussure au pied droit pour pouvoir tenir la balle avec ses orteils. 

Traduction : « Ibrahim Hamadtou prouve que rien n’est impossible. Star du para tennis de table, le pongiste égyptien évoluant dans la classe 6 est de retour pour ses deuxièmes Jeux. »

Traduction : « C’est incroyable. Ibrahim Hamadtou, un athlète paralympique égyptien de 48 ans qui a perdu ses bras dans un accident de train à l’âge de 10 ans, est aujourd’hui à Tokyo. Il aurait pu jouer au football mais il s’est mis au tennis de table “pour le défi”. Comme c’est inspirant ! »

Dans un article du site officiel du Comité international paralympique soulignant les moments marquants des Jeux paralympiques de 2016 à Rio de Janeiro, l’athlète a été félicité à la fois pour « son attitude et son style de jeu [qui] ont véritablement illustré l’essence du sport paralympique ».  

JO de Tokyo : Feryal Abdelaziz, première Égyptienne à décrocher l’or
Lire

Mercredi, Ibrahim Hamadtou a perdu son premier match de poule dans la classe 6 contre le Sud-Coréen Park Hong-kyu. Il espère toutefois remporter son deuxième match et accéder à la phase à élimination directe. La classe 6 concerne les athlètes capables de se tenir debout, mais qui souffrent d’un handicap affectant les bras et les jambes. 

Marié et père de trois enfants, il a remporté plusieurs médailles au fil des ans, dont une médaille d’argent aux Championnats d’Afrique de 2013.

Les collisions ferroviaires similaires à celle dont Ibrahim Hamadtou a été victime ne sont pas rares en Égypte. Le pays connaît des accidents fréquents en raison du manque d’entretien des chemins de fer et d’investissements.

Rien qu’en 2021, trois collisions ferroviaires se sont produites dans le pays, une en mars et deux en avril, pour un bilan de 41 morts et 154 blessés.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.