Aller au contenu principal

EXCLUSIF : L’Iran a annoncé à MBZ qu’il frapperait les Émirats arabes unis en réaction à toute attaque américaine

Cette menace a été délivrée directement au prince héritier d’Abou Dabi Mohamed ben Zayed, quelques heures avant qu’une déclaration émiratie ne condamne l’assassinat du scientifique iranien Mohsen Fakhrizadeh
Au Yémen, un combattant loyal au mouvement houthi, allié de l’Iran, monte la garde à côté d’une fresque dénonçant le prince héritier d’Abou Dabi Mohammed ben Zayed (à droite) et le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou (AFP)
Par

Téhéran a « directement » contacté le prince héritier d’Abou Dabi Mohammed ben Zayed (MBZ) le week-end dernier et menacé les Émirats arabes unis (EAU) de représailles en cas d’attaque américaine contre l’Iran, a confié une source émiratie haut placée à Middle East Eye.

Les Iraniens sont en alerte maximale après l’assassinat vendredi de Mohsen Fakhrizadeh, architecte du programme nucléaire militaire de l’Iran, à l’est de Téhéran.

Bien que le meurtre de Fakhrizadeh ait été officieusement revendiqué auprès du New York Times par des sources appartenant aux renseignements israéliens, l’Iran redoute aussi des attaques de la part des États-Unis, persuadé que le président sortant Donald Trump pourrait se déchaîner contre le pays avant la fin de son mandat le 20 janvier prochain.

« MBZ a reçu une menace directe de l’Iran. Elle n’a pas été transmise par des tiers », précise la source.

À Téhéran, accusations et appels à la vengeance fusent après l’assassinat du scientifique iranien
Lire

Selon cette source, l’Iran a déclaré à Mohammed ben Zayed : « Nous vous tiendrons responsable de l’assassinat de Fakhrizadeh. »

Les EAU, situés à seulement 70 kilomètres de l’Iran de l’autre côté du golfe Persique, sont un allié belliqueux de Trump et ont récemment conclu un accord de normalisation avec Israël qui a déjà vu des liens étroits se nouer dans plusieurs secteurs, notamment la sécurité.

Selon la source émiratie, ce contact personnel de l’Iran avec Mohammed ben Zayed est survenu quelques heures avant la publication d’une déclaration émiratie dimanche soir condamnant l’assassinat de Fakhrizadeh, le ministère des Affaires étrangères avertissant que cela pourrait « raviver les conflits dans la région ».

« L’actuelle instabilité de notre région et les défis auxquels elle est confrontée en matière de sécurité nous conduisent à œuvrer tous ensemble pour prévenir les actes qui pourraient mener à une escalade et, en fin de compte, menacer la stabilité de l’ensemble de la région », indiquait le ministère.

MEE a sollicité l’ambassade émiratie de Londres mais n’avait pas reçu de réponse au moment de la publication.

Inquiétudes croissantes

Dans le même temps, les médias israéliens ont rapporté que les responsables de la sécurité d’Israël s’inquiétaient de représailles contre leurs ressortissants aux EAU.

Depuis la normalisation en septembre, des Israéliens se rendent à Abou Dabi et Dubaï à des fins touristiques et commerciales.

Selon la chaîne israélienne Channel 12, des responsables israéliens et émiratis ont commencé à collaborer pour protéger davantage les Israéliens actuellement aux EAU.

L’Iran a promis de se venger du meurtre de Fakhrizadeh, bien que des responsables iraniens aient précisé à MEE au cours du week-end que toute réaction serait sûrement mesurée et différée.

Avant l’incident de vendredi, les tensions étaient déjà fortes en Iran.

MEE a rapporté la semaine dernière qu’Ismael Qaani, un haut général iranien, avait ordonné aux paramilitaires alliés à l’Iran en Irak d’éviter de viser les États-Unis de quelque manière que ce soit, par crainte de provoquer l’administration Trump et qu’elle ne lance alors une guerre dévastatrice.

EXCLUSIF : Le prince héritier d’Arabie saoudite s’est montré réticent à soutenir une attaque américaine contre l’Iran
Lire

L’Iran espère que l’arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche en janvier conduira à un allègement des sanctions et un retour à l’accord sur le nucléaire de 2015, dont Trump s’est unilatéralement retiré il y a deux ans.

Le déclinant rial iranien a rebondi à l’annonce de la victoire électorale de Biden, et les prix dans le pays ont également baissé.

Cependant, la menace de nouvelles actions de la part d’Israël et des États-Unis pèse lourdement.

Vendredi, avant l’assassinat de Fakhrizadeh, MEE avait rapporté que le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou avait exhorté le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) à soutenir une attaque contre les cibles nucléaires iraniennes.

Une source saoudienne a déclaré que le prince héritier, qui est traditionnellement hostile à l’Iran, était réticent à l’idée d’accéder à cette requête pour deux raisons.

D’abord, à cause de deux récentes attaques contre des installations pétrolières saoudiennes, qui ont été perçues comme des menaces iraniennes via des intermédiaires de l’Iran.

Deuxièmement, parce que la prochaine administration Biden chercherait immédiatement la désescalade.

L’Arabie saoudite dément cette rencontre. Israël a refusé de l’infirmer ou de la confirmer, bien que l’information d’un voyage de Netanyahou en Arabie saoudite ait été largement rapportée dans la presse hébraïque.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.