Aller au contenu principal

La pandémie de coronavirus pourrait remodeler l’ordre mondial

Comme avec l’avènement de la Renaissance après la peste noire en Europe il y a six siècles, il peut être raisonnable de supposer qu’après cette pandémie, le monde que nous connaissons ne sera plus le même
Des piétons portant des masques faciaux passent devant un tableau électrique montrant l’indice Nikkei 225 à la Bourse de Tokyo, le 13 mars (AFP)

La pandémie de coronavirus semble occulter, et simultanément catalyser, les dynamiques et événements qui affectent l’équilibre régional et mondial dans un ordre international déjà en mutation.

La Russie a une nouvelle fois freiné l’ambition de la Turquie de décider de l’avenir d’Idleb et de ce qui reste de l’insurrection syrienne.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a poursuivi sa répression contre les membres de la famille royale et les fonctionnaires du royaume, dans le but de prévenir un coup d’État potentiel ou de préparer son ascension au trône, voire les deux.

Ben Salmane a également lancé une guerre du pétrole, inondant les marchés de brut saoudien hautement compétitif et faisant baisser les prix à des niveaux extrêmement bas, remettant ainsi en cause la production et les parts de marché russes et iraniennes, tout en exposant l’industrie américaine du pétrole de schiste à une possible faillite.

Pétrole saoudien

Nous avons déjà vu que la production pétrolière saoudienne pouvait être divisée par deux en une seule frappe, et le risque est maintenant que cela se reproduise. On ignore cependant si les deux récentes décisions de ben Salmane sont liées de quelque manière que ce soit, et si elles se retourneront contre lui et son pays.

Les cours du pétrole s’effondrent après une guerre des prix lancée par l’Arabie saoudite
Lire

Pendant ce temps, l’urgence du coronavirus a offert une autre bouée de sauvetage au Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, dont le procès a été reporté au 24 mai. Néanmoins, la possibilité qu’il maintienne son poste actuel par le biais d’un gouvernement d’urgence nationale motivé par le COVID-19 est minime.

Le virus nuit apparemment à l’Iran davantage que des décennies de sanctions occidentales, poussant Téhéran à présenter une demande d’aide sans précédent au Fonds monétaire international. Cette pandémie pourrait-elle être la goutte d’eau qui fait déborder le vase pour la République islamique ?

Du point de vue de la Russie, où le président Vladimir Poutine se prépare vraisemblablement à rester au pouvoir jusqu’en 2036, le timing de la guerre du pétrole semble calculé pour frapper les États-Unis à un moment crucial, alors que leur système financier est au bord de l’effondrement.

Rétrospectivement, l’opposition américaine au gazoduc Nord Stream 2 allant de la Russie à l’Allemagne n’était probablement pas avisée. Soit dit en passant, la Russie n’a jusqu’à présent pratiquement pas été affectée par la pandémie.

La Chine et l’Occident

La Chine, à l’inverse, a été fortement touchée par le COVID-19, mais elle donne maintenant l’impression de se redresser. Bien que le nombre de victimes et l’étendue des dommages économiques aient pu être minimisés par le gouvernement chinois, ce qui compte, c’est la perception du public : la Chine a mené une guerre contre le virus et elle l’a gagnée en deux mois, point barre. Les États-Unis et l’Europe occidentale pourront-ils en faire de même ? Espérons-le.

La pandémie a lourdement touché l’Italie et fait désormais des ravages dans le reste de l’Europe et aux États-Unis. Les bourses ont plongé et le paysage économique est pour le moins terrifiant. Peu importe combien de milliards de dollars la Réserve fédérale déverse dans le système, peu importe à quel point les taux d’intérêt sont proches de zéro, peu importe si le plan de sauvetage promis par la Banque centrale européenne se révèle être efficace, le cycle économique est toujours en pleine tourmente.

Un homme traverse un Times Square presque vide à New York, le 12 mars (AFP)
Un homme traverse un Times Square presque vide à New York, le 12 mars (AFP)

Et il y a encore l’exception notable du Royaume-Uni de Boris Johnson, où son darwinisme social consistant à lutter contre le virus par le biais de « l’immunité collective », sans vaccin, pourrait entraîner des centaines de morts, en particulier parmi les personnes âgées et vulnérables – qui, entre parenthèses, représentent l’une de ses principales sources de voix.

Dans un environnement politique et économique aussi bouleversé, la présidence de Donald Trump aux États-Unis pourrait avoir atteint son point d’inflexion. Trump pourrait perdre les élections de novembre, avec la probabilité peu réconfortante qu’il soit remplacé par le démocrate Joe Biden, un représentant typique – et impénitent – du même establishment dont les erreurs en série ont porté le magnat de New York à la Maison Blanche en 2016.

Une nouvelle ère ?

L’économie mondiale connaît une tempête parfaite : un choc de l’offre et de la demande généré par la perturbation des principales chaînes d’approvisionnement en Chine, couplé à l’arrêt progressif de presque toutes les activités économiques dans les principales économies mondiales et un effondrement financier.

Ce qui s’est passé après la crise financière de 2008 pourrait faire pâle figure par rapport à ce qui pourrait se dérouler dans les mois à venir.

Il serait prématuré d’affirmer que cette tempête parfaite inaugurera une nouvelle ère, comme cela s’est produit il y a six siècles avec l’avènement de la Renaissance après que la peste noire eut décimé la population européenne. Néanmoins, le COVID-19 incite déjà à revoir certains des tabous politiques et économiques avec lesquels nous vivons depuis des décennies.

Comme d’habitude, ce sont les plus vulnérables qui en paieront le prix

Il a fallu une pandémie pour ébranler enfin les partisans des politiques d’austérité au sein de l’Union européenne. Les contraintes budgétaires liées à leur pacte sacré de stabilité, qui ont ravagé le sud de l’Europe au cours des dix dernières années, ont finalement été levées, du moins par la Commission européenne.

Aux États-Unis et en Europe occidentale, les politiciens sont contraints de reconsidérer des décennies de politiques néolibérales qui ont causé d’énormes inégalités, ainsi que des coupes budgétaires généralisées et systémiques dans les services publics, notamment sanitaires, et, plus généralement, en matière de sécurité sociale. Aujourd’hui, ils peuvent regretter bon nombre de ces choix ; toutefois, comme d’habitude, ce sont les plus vulnérables qui en paieront le prix.

Un avenir incertain

Pour l’instant, seules quelques conclusions préliminaires peuvent être prudemment avancées. Premièrement, le COVID-19 ne crée pas une récession mondiale, il l’accélère tout simplement. L’économie mondiale était déjà dans un état fragile, alimentée comme elle est par des bulles financières et une énorme dette des consommateurs.

Coronavirus : suivez l’actualité dans la région MENA
Lire

Deuxièmement, en observant les réactions face à la pandémie, on peut voir un autre virus se propager aux côtés de celui du COVID-19 : une renationalisation mondiale de presque toutes les politiques néolibérales, y compris la liberté de circulation, et des aides d’État auparavant impensables pour les entreprises et les travailleurs.

Troisièmement, quarante ans de politiques économiques de libre marché, de mondialisation incontrôlée, d’inégalités généralisées et de coupes dans le budget de la sécurité sociale pourraient approcher d’une fin peu glorieuse. Les leçons de la crise financière de 2008 ont été ignorées délibérément et de manière impardonnable ; faire de même avec les leçons de 2020 n’est pas une option.

On ne sait pas encore comment et dans quelle mesure, mais il peut être raisonnable de supposer qu’après cette pandémie, le monde et la mondialisation que nous connaissons ne seront plus les mêmes.

- Marco Carnelos est un ancien diplomate italien. Il a été en poste en Somalie, en Australie et aux Nations unies. Il a fait partie du personnel de la politique étrangère de trois Premiers ministres italiens entre 1995 et 2011. Plus récemment, il a été l’envoyé spécial coordonnateur du processus de paix au Moyen-Orient pour la Syrie du gouvernement italien et, jusqu’en novembre 2017, ambassadeur d’Italie en Irak.

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Traduit de l’anglais (original). 

Marco Carnelos
Marco Carnelos is a former Italian diplomat. He has been assigned to Somalia, Australia and the United Nations. He has served in the foreign policy staff of three Italian prime ministers between 1995 and 2011. More recently he has been Middle East Peace Process Coordinator Special Envoy for Syria for the Italian government and, until November 2017, ambassador of Italy to Iraq.