Aller au contenu principal
Live |

Coronavirus : suivez l’actualité dans la région MENA

Live
Coronavirus : suivez l’actualité dans la région MENA
L’épidémie du nouveau coronavirus bouleverse une région déjà sous tension. Suivez sur ce fil les derniers développements au Maghreb et au Moyen-Orient

Mises à jour du direct

Le bouclage de la Cisjordanie étendu de 5 jours
3 minutes ago
Plus de 4 570 personnes ont été contaminées par la pandémie de COVID-19 en Cisjordanie, selon le dernier bilan du ministère de la Santé palestinien (AFP)
Plus de 4 570 personnes ont été contaminées par la pandémie de COVID-19 en Cisjordanie, selon le dernier bilan du ministère de la Santé palestinien (AFP)

L’Autorité palestinienne a annoncé mardi étendre de cinq jours le bouclage de la Cisjordanie occupée afin de lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, après une hausse du nombre de cas de malades.

Les secteurs sous contrôle palestinien de la Cisjordanie étaient déjà fermés depuis vendredi et le seront jusqu’au dimanche 12 juillet au soir, a déclaré le porte-parole du gouvernement Ibrahim Melhem.

« Le gouvernement a décidé de fermer tous les gouvernorats, les villes et villages palestiniens pour cinq jours de plus », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Lundi, le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh avait appelé Israël à fermer tous les points de passage avec la Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël qui en contrôle tous les points d’entrée.

Selon le dernier bilan du ministère de la Santé palestinien, plus de 4 570 personnes ont été contaminées par la pandémie de COVID-19 en Cisjordanie, dont 17 en sont décédées. Il y a une semaine, le nombre de cas atteignait 2 356 et cinq morts.

Côté israélien, les autorités ont officiellement recensé plus de 31 270 cas de coronavirus, dont plus de 330 sont décédés.

Constatant une hausse importante du nombre des malades consécutive au déconfinement, Israël a annoncé lundi de nouvelles restrictions : les bars, boîtes de nuit et salles de sport vont refermer, tandis que les restaurants ne pourront accueillir que 20 personnes contre 30 précédemment.

Le Maroc va rouvrir progressivement ses mosquées
1 heure ago
Des fidèles marocains prient dans une mosquée, à Rabat, le 24 novembre 2017 (AFP)
Des fidèles marocains prient dans une mosquée, à Rabat, le 24 novembre 2017 (AFP)

Les mosquées marocaines vont commencer à rouvrir à partir du 15 juillet de façon « progressive » et resteront fermées pour la grande prière du vendredi, a annoncé le ministère des Affaires islamiques mardi.

EN IMAGES : Les mosquées vides pour les prières du vendredi à cause du coronavirus
Lire

« Il a été décidé […] de rouvrir progressivement les mosquées sur l’ensemble du territoire national » à compter du 15 juillet « en prenant en considération la situation épidémiologique locale et les conditions de contrôle sanitaire », indique le ministère dans un communiqué.

« Les mosquées demeureront fermées pour la prière du vendredi » et la date de leur réouverture ce jour-là sera annoncée ultérieurement, a-t-il ajouté.

Les fidèles devront porter un masque, utiliser leur propre tapis de prière, maintenir une distance d’environ 1,5 mètre avec les autres et éviter « rassemblements » et « poignées de main », précise-t-il. 

Des « commissions locales » s’assureront du respect des mesures à l’entrée des mosquées. 

Les lieux de culte avaient fermé mi-mars avec l’instauration de l’état d’urgence sanitaire et la mise en place de larges restrictions pour lutter contre la pandémie de nouveau coronavirus

Début juin, le royaume avait commencé à assouplir ces mesures et fin juin, il avait accéléré son déconfinement avec la réouverture des cafés, restaurants, hôtels et salles de sport ainsi que la reprise du tourisme intérieur et des déplacements interurbains. 

L’état d’urgence sanitaire reste cependant en vigueur jusqu’au 10 juillet, le port du masque obligatoire et les frontières fermées « jusqu’à nouvel ordre ».

Quelque 14 500 cas de contamination, dont 239 décès, ont été officiellement détectés dans le royaume, qui compte 35 millions d’habitants.

Le Bangladesh affirme avoir « contenu » le coronavirus dans les camps rohingyas
18 heures ago
Des femme rohingyas font la queue après avoir été identifiée par la police indonésienne au centre de détention pour immigrés, le 26 juin 2020 (AFP)
Des femme rohingyas font la queue, après avoir été identifiées par la police indonésienne au centre de détention pour immigrés, le 26 juin 2020 (AFP)

L’épidémie de coronavirus a été « contenue avec succès » dans les immenses camps de réfugiés rohingyas du Bangladesh, affirment les autorités locales, en dépit du faible nombre de tests réalisés.

Près d’un million de membres de cette minorité musulmane persécutée en Birmanie voisine vivent dans la misère noire et la promiscuité dans de gigantesques camps de cabanes de bâches et bambous, une situation qui alarme les épidémiologistes depuis le début de la pandémie.

La catastrophe qui s’abat sur les Rohingyas
Lire

Mais avec seulement cinq décès attribués à la maladie COVID-19 dans les camps à ce jour, sur 54 cas déclarés, « nous avons contenu avec succès l’épidémie », a déclaré lundi à l’AFP Mahbub Alam Talukder, commissaire aux réfugiés du Bangladesh.

En comparant ces chiffres avec ceux du reste du district de Cox’s Bazar (60 décès sur 2 776 cas confirmés), région du sud-est du Bangladesh où sont situés les camps, les autorités locales y voient le succès de leur stratégie d’endiguement du virus dans la communauté rohingya.

Les responsables bangladais ont fermé les accès aux camps dès le début de l’épidémie, n’y autorisant que les travailleurs humanitaires essentiels pour les distributions de nourriture et les soins médicaux.

Ils ont également fermé la plupart des échoppes, barricadé les quartiers des camps contenant des foyers, distribué des savons et appelé par hauts-parleurs les réfugiés à respecter les gestes barrières.

Les cris de victoire sur l’épidémie dans les camps rohingyas sont toutefois à prendre avec précaution.

Les soignants ont testé seulement 724 Rohingyas sur une population de près d’un million de personnes. Les morts dans les camps ne sont également pas testés pour le nouveau coronavirus.

« Beaucoup de gens ont souffert de grippe saisonnière, de maux de tête, de douleurs et de diarrhées ces dernières semaines », a indiqué à l’AFP Mohammad Shafi, un professeur rohingya vivant à Kutupalong, le plus grand camp de réfugiés de la planète.

« Et la plupart ne sont pas allés dans les hôpitaux. Ils se sont plutôt fournis en médicaments auprès de pharmacies » établies dans les camps, a-t-il ajouté.

L’hôpital de campagne de Dubaï dit adieu à son dernier patient
19 heures ago
Des hommes passent devant une affiche, à Dubaï, le 15 avril 2020 (AFP)
Des hommes passent devant une affiche, à Dubaï, le 15 avril 2020 (AFP)

L’hôpital de campagne de Dubaï destiné au traitement des malades du nouveau coronavirus a fait mardi ses adieux à son dernier patient avant de fermer ses portes, les autorités jugeant la pandémie sous contrôle.

De nationalité japonaise, Hiroaki Fujita est sorti de l’hôpital, accompagné d’un groupe d’infirmières et de médecins, au coeur du Dubai World Trade Centre, le quartier commercial de l’émirat où l’établissement a été construit mi-avril. 

Rues et centres commerciaux désertés : la peur du coronavirus plombe la saison touristique à Dubaï
Lire

« Je suis tellement content de quitter l’hôpital », a-t-il confié à l’AFP, appelant la population de cet émirat du Golfe– à 90 % constituée d’étrangers– à « plus de prudence » face à la pandémie.

Au total, les Émirats arabes unis ont officiellement enregistré 52.600 infections, dont 326 décès. En plein déconfinement, le pays a connu ces derniers jours une remontée du nombre quotidien de contaminations.

L’hôpital sera démantelé, tandis que les équipements et appareils médicaux « seront conservés dans des entrepôts, entretenus, désinfectés et stérilisés en prévision d’une éventuelle deuxième vague », a précisé la directrice de l’établissement, Manal Taryam. 

« Si besoin, nous pourrons réinstaller l’hôpital de campagne en quelques heures », a-t-elle assuré à l’AFP, insistant néanmoins sur le fait que les autorités avaient « réussi à contrôler la pandémie ».

L’établissement, d’une capacité d’environ 3 000 lits, a accueilli et traité gratuitement 1 290 personnes de 31 nationalités différentes, malades du nouveau coronavirus.

Aucun décès n’y a été enregistré, selon les autorités.

La fermeture de l’hôpital de campagne coïncide avec la réouverture mardi du tourisme international, Dubaï accueillant de nouveau les visiteurs étrangers avec l’espoir de relancer un secteur-clé pour une économie lourdement affectée par la crise sanitaire.

L’émirat a largement assoupli les mesures de précaution imposées pour contenir la propagation du virus. Des messages de prévention continuent d’être diffusés auprès de la population et le port du masque reste obligatoire dans les espaces publics.

Le club iranien d’Esteghlal frappé de plein fouet par le virus
19 heures ago
La Ligue des champions de l'AFC entre l'Iranien Esteghlal et le Qatarien Al Duhail, au stade Azadi, à Téhéran, le 6 mai 2019 (AFP)
La Ligue des champions de l'AFC entre l'Iranien Esteghlal et le Qatarien Al Duhail, au stade Azadi, à Téhéran, le 6 mai 2019 (AFP)

Douze membres du club d’Esteghlal, géant du championnat de football iranien, ont été testés positifs au COVID-19, a rapporté mardi l’agence officielle Irna.

« À l’issue de tests, 12 personnes - un médecin de l’équipe et des joueurs - ont été confirmés positifs » au nouveau coronavirus, écrit Irna, en citant un communiqué de l’hôpital Massih-Danechvari de Téhéran.

Les « Bleus » d’Esteghlal sont l’une des équipes les plus connues d’Iran avec les « Rouges » du club Persépolis dont la rivalité s’exprime lors des emblématiques derbys de Téhéran.

Selon Irna, les tests ont été effectués sur « 61 joueurs et membres du personnel technique » à la demande du club, et les noms de personnes contaminées ont été fournis au club et aux responsables concernés.

Le championnat de première division iranien a repris le 25 juin après quatre mois de suspension à cause de l’épidémie de COVID-19.

L’Iran est le pays du Proche et du Moyen-Orient le plus touché par la pandémie.

Après une phase de reflux, la maladie y apparaît en nette progression depuis le début du mois de mai.

Selon Irna, le président de Foolad Ahvaz, club de la ville d’Ahvaz évoluant en première division, dans le Sud-Ouest de l’Iran, a confirmé samedi l’infection de 16 membres du club, dont 11 joueurs.

L’Iran annonce un nouveau record avec 200 morts en 24 heures
22 heures ago
L'ayatollah Ali Khamenei, lors d'une réunion, à Téhéran, le 30 juin 2020 (AFP)
L'ayatollah Ali Khamenei, lors d'une réunion, à Téhéran, le 30 juin 2020 (AFP)

Les autorités iraniennes ont annoncé mardi un nouveau record de morts provoqués par le nouveau coronavirus, le troisième en moins de dix jours avec 200 décès en une journée.

« Malheureusement, au cours des 24 dernières heures, nous avons perdu 200 de nos compatriotes, ce qui porte le nombre total de victimes [du virus] à 11 931 », a indiqué à la télévision d’État Sima Sadat Lari, porte-parole du ministère de la Santé.

« Armageddon » : quand le coronavirus a frappé un hôpital de Téhéran
Lire

Ce chiffre efface largement le précédent record de 163 morts qui datait de dimanche.

L’Iran fait face depuis plusieurs semaines à une hausse des nouveaux cas confirmés et des décès.

« L’augmentation du nombre de morts est très douloureuse pour nous tous », a regretté Sima Sadat Lari. C’est « le résultat de notre comportement et des nos actions à tous. »

L’Iran, qui a déclaré ses premiers cas de contamination par le virus en février, est le pays le plus durement touché par la pandémie au Proche et Moyen-Orient.

Sima Sadat Lari a également annoncé 2 637 nouvelles personnes testées positives au virus. Cela porte le total des cas officiellement confirmés à 245 688 en Iran.

La porte-parole a insisté sur le fait que le nombre de patients avait nettement augmenté dans une des villes du pays, qu’elle n’a pas citée, « où la population a organisé une cinquantaine de cérémonies de mariage ces jours-ci ».

Les autorités ont mis à plusieurs reprises en garde contre ce qu’elles considèrent être un laisser-aller de la population quant au respect des procédures sanitaires.

« Ayez toujours un masque sur vous lorsque vous sortez », a martelé Sima Sadat Lari.