Aller au contenu principal

Sahara occidental : le dangereux litige entre l’Algérie et l’Espagne

L’absence de médiateur dans la crise du Sahara occidental risque, sur le long terme, de nuire aux relations entre l’Algérie et l’Union européenne
Un manifestant porte sur le front un autocollant indiquant « Le Sahara n’est pas à vendre » lors d’une manifestation contre le soutien du gouvernement espagnol au plan d’autonomie du Maroc pour le Sahara occidental, le 26 mars 2022 à Madrid (AFP)
Un manifestant porte sur le front un autocollant indiquant « Le Sahara n’est pas à vendre » lors d’une manifestation contre le soutien du gouvernement espagnol au plan d’autonomie du Maroc pour le Sahara occidental, le 26 mars 2022 à Madrid (AFP)

Ces dernières années, les gouvernements occidentaux et arabes se sont rapprochés des positions et des discours du Maroc sur le conflit au Sahara occidental.

Cette tendance suscite la colère de l’Algérie, principal soutien étatique du Front Polisario. En mars, l’Espagne, ancienne puissance coloniale au Sahara occidental, a approuvé le plan d’autonomie marocain de 2007, alignant ainsi les positions de Madrid et Rabat.

Comment Pedro Sánchez a fait imploser la relation entre Alger et Madrid
Lire

En réponse, l’Algérie a pris une série de mesures en guise de sanctions, puis, le 8 juin, a suspendu le traité d’amitié et de coopération signé avec l’Espagne en 2002, une information que l’Algérie a ensuite démentie. Il a par ailleurs été rapporté que l’Algérie serait allée encore plus loin en suspendant les relations commerciales avec l’Espagne, ce qui est faux.

En revanche, l’État algérien a cessé de faciliter les opérations de change pour les entreprises algériennes pratiquant différents commerces de marchandises avec l’Espagne, ce qui a entraîné la suspension de la quasi-totalité des importations et exportations, à l’exception des contrats à long terme existants, notamment les importations espagnoles de gaz naturel.

Cette décision est considérée comme une sanction contre l’Espagne pour avoir abandonné sa neutralité vis-à-vis du Sahara occidental, ce qui constitue selon Alger une « violation [des] obligations légales, morales et politiques » de Madrid.

L’UE a deux options

Dans le sillage de la guerre en Ukraine, l’Italie et d’autres pays de l’Union européenne (UE) ont commencé à considérer l’Algérie comme un géant de l’énergie qui pourrait les aider à se sevrer rapidement des hydrocarbures russes

Étant donné que les pays européens développeront probablement une plus grande dépendance vis-à-vis du pétrole et du gaz algériens, et alors que les tensions entre l’Occident et la Russie demeurent vives, les membres de l’UE doivent examiner attentivement les risques liés à des mesures susceptibles de contrarier Alger dans le contexte géopolitique actuel.

Ces circonstances placent l’UE, qui maintient officiellement sa neutralité dans le conflit au Sahara occidental, face à un dilemme délicat, puisque le bloc de 27 membres doit convenir de la réponse à apporter à ce litige entre Alger et Madrid.

« Le bloc européen sera tenté de se montrer assez dur envers l’Algérie en la dépeignant comme une nation déraisonnable parce qu’on attend d’elle une très bonne attitude »

- Jalel Harchaoui, chercheur spécialiste de la Libye

L’UE a deux options : elle pourrait publier un communiqué pour réprimander l’Algérie – sans aller plus loin – et attendre que les tensions se calment. Autrement, le bloc pourrait exprimer une forte solidarité avec l’Espagne et faire pression sur Alger en vue d’un abandon de ses moyens de pression sur Madrid. 

« J’imagine que l’UE préférera l’Espagne, simplement parce que l’Algérie a la réputation d’être un pays très raisonnable », indique à Middle East Eye Jalel Harchaoui, chercheur spécialiste de la Libye.

Les pays européens considèrent l’Algérie comme un pays qui évite traditionnellement l’escalade des tensions avec les membres de l’UE.

« En général, dans de telles situations, l’Algérie ne se montre pas déloyale. Le Maroc est plus enclin à menacer l’État espagnol – et l’Europe indirectement – avec des questions liées à la sécurité et aux flux migratoires lorsqu’il ne répond pas aux objectifs [de Rabat] », explique à MEE Leticia Rodriguez, chercheuse à l’université de Grenade.

« Ainsi, maintenant que les Algériens expriment leur colère, le bloc européen sera tenté de se montrer assez dur envers l’Algérie en la dépeignant comme une nation déraisonnable parce qu’on attend d’elle une très bonne attitude », ajoute Jalel Harchaoui. 

Le revirement espagnol sur le Sahara occidental, entre bêtise et démesure
Lire

Il convient d’examiner les ramifications potentielles de cette querelle diplomatique du point de vue de la coopération entre l’Algérie et l’UE en matière de sécurité.

En ce qui concerne les flux migratoires et la surveillance des risques sécuritaires, l’Algérie comme le Maroc échangent des informations cruciales avec les pays d’Europe du Sud.

« L’Algérie est l’un des pays les plus impliqués dans la lutte contre le terrorisme au Sahel », précise Leticia Rodriguez. « La moitié des opérations menées ces dernières années l’ont été grâce à des échanges d’informations entre les services de renseignement européens et algériens. »

Comme l’a souligné la crise de Ceuta en mai 2021, qui a mis à mal les relations entre le Maroc et l’Espagne, les membres de l’UE n’ont jamais considéré la coopération de Rabat comme acquise.

Relation avec la Russie

Selon Jalel Harchaoui, la décision de l’Espagne d’abandonner sa position de neutralité au Sahara occidental est probablement liée à la crainte d’un chantage du Maroc autour des flux migratoires et d’autres questions. 

En revanche, les pays européens n’ont pas les mêmes craintes vis-à-vis de l’Algérie. « L’Algérie n’aime pas utiliser le chantage, ce que l’on appelle “linkage” dans le milieu de la diplomatie : “Si vous ne me donnez pas ceci, j’arrêterai de vous donner cela.” Ce n’est pas dans l’ADN de l’Algérie », souligne Jalel Harchaoui.

Même sans faire de chantage aux pays européens sur la question du Sahara occidental, la suspension par l’Algérie de son traité de 2002 avec l’Espagne est un développement significatif.

Le ministre espagnol de l’Intérieur Fernando Grande-Marlaska (G) en réunion avec son homologue algérien Kamel Beldjoud, le 10 août 2020 à Alger (AFP)
Le ministre espagnol de l’Intérieur Fernando Grande-Marlaska (à gauche) en réunion avec son homologue algérien Kamel Beldjoud, le 10 août 2020 à Alger (AFP)

Compte tenu de l’instabilité géopolitique croissante résultant de la guerre en Ukraine et de l’accroissement du clivage est-ouest, cette querelle se déroule dans un contexte où la diabolisation des pays africains jugés « trop proches de la Russie » s’intensifie en Occident. 

L’Algérie et la Russie entretiennent effectivement une relation spéciale remontant à la guerre froide.

Le pays d’Afrique du Nord achète la plupart de ses armes à la Russie. Moscou a effacé 4,7 milliards de dettes algériennes et lors du mouvement de protestation de 2019 en Algérie, le régime s’est tourné vers le Kremlin pour obtenir un soutien.

Il existe par ailleurs un discours, vendu et exploité par le Maroc, qui affirme qu’Alger est redevable envers le Kremlin et constitue un « intermédiaire » de la Russie au Maghreb.

Par ailleurs, compte tenu de la recrudescence des tensions entre l’Algérie et le Maroc à la suite de l’adhésion de Rabat aux accords d’Abraham en vue d’une normalisation israélo-arabe en 2020, l’Algérie a considéré sa coopération avec Moscou comme essentielle pour contrer la position géopolitique du Maroc au Maghreb.

Poutine « ne fait que se défendre » : à Alger, le cœur balance plutôt du côté russe
Lire

Néanmoins, l’Algérie est loin d’être un « intermédiaire » de la Russie, comme le soulignent le refus d’Alger d’autoriser les Russes à établir une base navale sur son territoire et l’approfondissement des relations économiques et énergétiques entre l’Algérie et les adversaires européens de la Russie.

Début mars, l’Algérie – au contraire de la Syrie – n’a pas voté contre la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies rédigée par les États-Unis et condamnant l’agression russe en Ukraine. Elle a été le seul État arabe à s’abstenir. De plus, dans la guerre civile libyenne de 2014 à 2021, l’Algérie n’a pas suivi la position pro-Haftar de la Russie.

Pourtant, cette nuance ne parvient pas aux spectateurs occidentaux dans le discours sur les relations russo-algériennes.

L’absence de médiateur 

« Il n’y a pas d’armée de journalistes, de propagandistes, de trolls ou de sociétés de conseil à Washington pour défendre l’image de l’Algérie », poursuit Jalel Harchaoui, qui ajoute que l’Algérie ne dispose pas des lobbies et du soft power que l’on attribue davantage à des pays comme Israël, le Maroc et les Émirats arabes unis

Le conflit au Sahara occidental manque actuellement d’un médiateur, ce qui présente un danger. Pendant des décennies, le soutien des États-Unis au Maroc a menacé leurs prétentions à servir de médiateur neutre en vue de la paix.

Les choses ont fini par être claires en décembre 2020 lorsque l’administration Trump a adopté la position de Rabat et reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. Aujourd’hui, l’administration Biden semble avoir la ferme intention de maintenir cette position.

L’Espagne a renoncé à sa neutralité en mars. La France, la Turquie et d’autres pays membres de l’OTAN ne peuvent pas servir d’États neutres compte tenu de leurs positions pro-Rabat.

Avec la crise ukrainienne qui affaiblit considérablement la crédibilité de l’ONU, cette dernière n’est pas en mesure de contribuer à la résolution de la crise au Sahara occidental. Ainsi, comme l’affirme Jalel Harchaoui, « cette crise va probablement s’aggraver avant que les choses ne s’améliorent ».

- Giorgio Cafiero est le PDG de Gulf State Analytics (@GulfStateAnalyt), une société de conseil en risques géopolitiques basée à Washington. Vous pouvez le suivre sur Twitter : @GiorgioCafiero.

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

Giorgio Cafiero is the CEO of Gulf State Analytics (@GulfStateAnalyt), a Washington-based geopolitical risk consultancy. You can follow him on Twitter @GiorgioCafiero